Skip to content

Démocraties et dictatures en Afrique : bilan 2017 et perspectives 2018

14 janvier 2018

Démocraties et dictatures en Afrique : bilan 2017 et perspectives 2018

Après 2016, l’année des inversions de résultats de présidentielles,

2017 une année supplémentaire à l’équilibre continental,

avant une nouvelle vague d’élections non-démocratiques en 2018. 

Régis Marzin, journaliste et chercheur indépendant, Twitter : @Regis_Marzin

14 janvier 2018

Télécharger le dossier en version PDF (version 18.3.18 au lieu 14.1.18, 27 pages)

Suite des études

du 30 mars 2016 : ‘Après 26 ans de démocratisation, dictature et démocratie bientôt à l’équilibre en Afrique’ et

du 27 avril 2017 : 2016 : Année des coups d’Etat électoraux en Afrique, démocratisation de l’Afrique depuis 1990’ et actualisation des principaux graphiques et de carte des régimes.

Diaporama des graphiques et de la carte de cette étude :

 

Sommaire

Introduction. 2

  1. Bilan 2017 : évolution de la nature des régimes politiques. 2

1.1 Changements de régimes et de type de régimes en 2017. 2

1.2 Evolution du classement des régimes en Afrique de 1990 à 2017 (55 pays) 4

1.3 Evolution du classement des régimes en Afrique de 1990 à 2017 et régimes intermédiaires (Tcii) 5

1.4 Carte d’Afrique des régimes politiques, des démocraties et dictatures en 2017. 7

  1. Processus électoraux en 2017 : accalmie entre 2016 et 2018, poursuites des crises électorales. 8

2.1 Prévisions de la qualité des processus électoraux selon la nature des régimes. 8

2.2 Bilan électoral de 2017. 9

2.3 Alternances en 2017 et noyau dur des dictatures sans alternances. 11

2.4 Elections en dictature : fin de la phase d’inversion de résultats de présidentielles. 13

2.5 Evolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2017. 14

  1. Perspectives 2018 : nouveau pic électoral 16

3.1 Calendrier : 2018 année des législatives en dictatures stables (données) 16

3.2 Processus de démocratisation nationaux et équilibre continental des types de régime en 2018. 20

Conclusion. 21

ANNEXES. 22

  1. Historique 2017 : année électorale. 22
  2. Prévisions 2018 : année électorale (au 8.1.18) 25

 

Introduction

Depuis 2015, le continent africain est à l’équilibre entre démocraties avérées et dictatures stables : 22 contre 22 en 2015, 23 contre 23 en 2016 selon cette étude. Les chefs d’Etats non réellement élus se serrent les coudes : en 2016, ils s’étaient entraidés pour faire passer 4 inversions de résultats de présidentielles à la compilation des procès-verbaux et à la publication officielle des résultats. Avec le rapport de force installé depuis fin 2016 en République démocratique du Congo, après les inversions au Gabon, au Tchad, à Djibouti, au Congo Brazzaville, 2017 pouvait être une année de gestion des crises électorales. Pourtant, dans ces 4 pays francophones, le système dictatorial s’est maintenu sans difficulté, sans réprobation internationale. L’effet des inversions de résultat s’est cristallisé, solidifié sous une nouvelle couche de vernis diplomatique. Le tabou s’est instauré durablement sur les inversions de résultats.

Le débat sur la qualité des processus électoraux s’est déplacé sur les difficultés de contrôle dans des pays déjà relativement démocratisés, cette fois anglophones, au Kenya et au Libéria, enterrant du même coup les pays francophones dans un brouillard d’oubli et de mensonges, de sourires de présidents hypocrites dans des sommets[1].

Le continent a finalement terminé l’année sur un statu quo avec, de nouveau, un équilibre entre 22 démocraties et 22 dictatures. Au niveau continental, rien n’a vraiment changé malgré la chute d’un dictateur en Gambie et le départ en retraite d’un autre au Zimbabwe. Optimistement, il faudra attendre encore un peu avant de voir les effets des améliorations dans quelques pays se concrétiser à l’échelle du continent.

 

1.     Bilan 2017 : évolution de la nature des régimes politiques

1.1 Changements de régimes et de type de régimes en 2017

Le classement des régimes issu de l’étude du 30 mars 2016 distingue 3 catégories : « Dictature stable, Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII), Démocratie. Les critères principaux de classement des régimes sont la manière d’arriver au pouvoir et la manière de conserver le pouvoir, et ils se rajoutent d’autres critères. La catégorie ‘Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII)’ est aussi la catégorie de tous les régimes qui ne sont pas des Dictatures stables ou des Démocraties. » Dans ce classement, en 2017, 4 pays ont changé de catégorie, la Gambie, la RDC, le Kenya et le Rwanda.

Modif°. Etat Pays Evénements et changements Dates
Dict.S>Dict.S Angola En dictature stable : passage en dictature de parti (MPLA) au moment du remplacement de José Eduardo dos Santos au pouvoir depuis 1979 par João Lourenço après les législatives du 23.8.17. 23.08.2017
Dict.S>Dict.S Zimbabwe Démission forcée par l’armée le 21.11.17 de Robert Mugabe au pouvoir depuis 31.12.87 et remplacement par Emmerson Mnangagwa le 24.11.17. 21.11.2017

24.11.2017

TCII>Dict.S Rwanda Passage de ‘suite de génocide’ à dictature stable (‘classique’) de Paul Kagamé et du FPR après suppression de la limitation à deux mandats de la constitution le 18.12.15, soutiens d’autres dictatures dont celle du Togo en 2016-2017, élection de Paul Kagamé à 98,79% le 4.8.17 après un processus électoral détourné en amont, des discours défavorables à la démocratisation de l’Afrique et la répression d’opposants après la présidentielle. 18.12.2015

04.08.2017

Dict.S>TCII Gambie Transition vers la démocratie rapide après la victoire d’Adama Barrow (UDP) contre Yahya Jammeh (APRC) à la présidentielle du 1.12.16 et à l’exil de Yahya Jammeh le 20.1.17 après une intervention militaire de la CEDEAO. 01.12.2016

20.01.2017

Dict.S>TCII RDCongo Instabilité en attente organisation d’élections et début théorique de transition vers la démocratie suite à l’accord du 31.12.2016 31.12.2016
TCII>TCII Somalie Suite de la guerre civile et changement du chef de l’Etat : Mohamed Abdullahi Farmajo président du parlement de transition exilé à Mogadiscio le 8.2.17 08.02.2017
Démo>TCII Kenya Instabilité et conflit électoral lié à la présidentielle contestée et annulée du 4.8.17 et à la présidentielle boycottée le 26.10.17. Uhuru Kenyatta (Jubilee) reste président. 04.08.2017

26.10.2017

Démo>Démo Ile Maurice Changement de chef de l’exécutif : remplacement du 1er ministre Anerood Jugnauth (86 ans) par son fils Pravind Jugnauth le 23.1.17 23.01.2017
Démo>Démo Seychelles Changement de chef de l’Etat sans alternance de parti après démission de James Michel le 27.9.16 et son remplacement par le vice-président Danny Faure. 27.09.2017
Démo>Démo Somaliland Changement de chef de l’Etat sans alternance de parti après victoire de Muse Bihi Abdi (Kulmiye) à présidentielle du 23.11.17 23.11.2017
Démo>Démo Libéria Changement de chef de l’Etat et alternance de parti après victoire de Georges Weah le 26.12.17 après un 1er tour le 10.10.17 (limitation de nombre mandat 2×6 ans atteinte pour Ellen Johnson-Sirleaf). 10.10.2017

26.12.2017

En dehors des évolutions très marquées en Gambie, en RDC et au Kenya, visible dans l’actualité, l’évolution du Rwanda, est plus une évolution lente et le troisième mandat est plus le symbole du passage progressif en régime dictatorial classique qu’un événement qui indiquerait clairement une dégénérescence rapide du régime.

La RDC passe en 2017 en période d’instabilité de gouvernement (TCII) en raison du début de transition en attente des élections mais le système dictatorial reste en place. Il est à la fois contraint à des négociations, à des adaptations qui l’affaiblissent ou à des renoncements, mais semble aussi rester capable de reprendre le dessus et de retrouver tous les avantages qu’il avait provisoirement perdus comme système non-démocratique durable.

L’Angola a rejoint le clan fermé des dictatures de partis composé auparavant de l’Ethiopie, du Mozambique de la Tanzanie et de l’Algérie. Le remplacement de José Eduardo dos Santos par João Lourenço a été bien perçu internationalement, la perception de l’existence des dictatures de partis politiques en Afrique étant quasiment nulle. L’installation dans une dictature solide à long terme peut même se faire avec des progrès sur des points secondaires qui n’affectent pas la solidité du régime.

Les gabonais ont connu un fort renforcement de la dictature, la stabilisation dans la militarisation du régime à la suite de l’inversion du résultat de la présidentielle de 2016. Ali Bongo sortait fortement affaibli de l’épisode de sa seconde inversion de résultat de présidentielle, mais une transition vers la démocratie s’est ensuite révélée impossible[2]. Les mouvements sociaux qui ont pris le relais dans la contestation fin 2016 n’ont pas atteint un pouvoir maintenant barricadé, protégé par l’armée et comptant sur une assemblée nationale obtenue dans une élection boycottée.


1.2 Evolution du classement des régimes en Afrique de 1990 à 2017 (55 pays)

Pour la 3e année consécutive, il s’observe l’équilibre entre nombre de démocraties et de dictatures stables : 22/22 en 2015, 23/23 en 2016, et 22/22 en 2017. Cet équilibre reflète aussi le statu quo depuis l’arrêt du processus continental de démocratisation en 2005.

Par ailleurs, en 2017, la démocratie a continué de se fragiliser en Afrique du Sud, en raison des affaires qui touchent la présidence et le parti ANC. Cette mauvaise qualité démocratique de l’Afrique du Sud pèse lourd au niveau continental par l’absence de la présence diplomatique d’une des 2 premières puissances économiques.

Au niveau quantité de population, il se constate surtout le passage de la RDC en période d’instabilité dans un potentiel début de transition vers la démocratie (79 millions d’habitants en 2016). Les 46 millions d’habitants du Kenya (en 2016) jouent également, sachant que dans ce pays, la démocratie pourrait ultérieurement reprendre le dessus. En quantité de population, le processus de démocratisation de l’Afrique en 2018 et 2019 dépendra beaucoup de l’évolution de ces deux pays.

 

1.3 Evolution du classement des régimes en Afrique de 1990 à 2017 et régimes intermédiaires (Tcii)

Classement et évolution dans le classement des régimes en 2017 avec détails des régimes en Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII).

 Les pays changeant de catégories sont notés en gras.

Dictatures

stables

22 au lieu 23

-1

Erythrée, Guinée Equatoriale, Zimbabwe, Soudan, Tchad, Congo Brazzaville, Cameroun, Swaziland, Ouganda, Djibouti, Togo, Gabon, Angola, Ethiopie, Egypte, Algérie, Tanzanie, Mozambique, Burundi, Mauritanie, Côte-d’Ivoire (2016), Rwanda (1994 suite génocide, 2003 Kagamé élu, 2017 3e mandat).
Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé

(TCII)

11

au lieu 9

+2,-1,+1

Guerre et suite de guerre :

Guerre (dont guerre en Etat failli) : Somalie (1991 guerre, 2000 parlement exil, 2012 Sheikh Mohamud), Libye (2011 guerre Etat failli),

Suite guerre en Etat failli (dont en transition démocratique) : Soudan du Sud (2005 suite guerre, 2010 Kiir, 2011 indépendance), Centrafrique (2013 suite guerre Etat failli, 2014 transition, 2016 Touadéra)

NB : En 2017, ces 2 Etats, Sud Soudan et RCA, sont à la limite de la guerre active et il y a peu de différence entre guerre et suite de guerre.

Suite guerre hors Etat failli (dont suite indépendance) : –

Suite génocide : –

Instabilité de gouvernement (dont suite coup d’Etat) et/ou contestation populaire : Guinée Bissau (2009 instabilité), RDCongo (2017 attente élections), Kenya (2017 conflit électoral)

Indéterminé : Somaliland (1991 non reconnu Onu, 2001 constitution, 2010 Mahamoud), Maroc (1999 Mohammed VI, monarchie, 2011 démocratisation),

Transition de dictature vers démocratie : Guinée Conakry (2010 transition, 2011 Condé), Gambie (2017 transition vers la démocratie proche de la démocratie).

Démocraties

22

au lieu 23, -1

Botswana, Ile Maurice, Cap Vert, Sao Tomé-et-Principe, Zambie, Afrique du Sud, Namibie, Malawi, Lésotho, Comores, Sénégal, Nigéria, Ghana, Bénin, Mali, Niger, Sierra Leone, Libéria, Seychelles, Tunisie, Madagascar, Burkina Faso (2016)

NB : En 2017, le Kenya passe en TCII en raison du conflit électoral mais la démocratie y reste présente de manière fragilisée.


Evolution du classement régimes en Afrique de 1990 à 2017 avec détails des régimes intermédiaires (Tcii)

Entre 1990 et 2005, la courbe des pays en transition vers la démocratie ne donne pas une bonne indication de l’avancement de la démocratisation du continent car il y a alors trop d’échecs. Elle montre les efforts des démocrates mais pas leur réussite. A partir de 2006, les transitions vers la démocratie sont plus solides et ont de meilleures chances d’aboutir. La courbe ‘somme des pays en transitions vers la démocratie et des démocraties’ devient alors plus intéressante pour prévoir l’évolution.

Ce graphe ne s’analyse qu’en tenant compte de l’évolution sur des périodes assez longues. Depuis 2015, à l’équilibre continental, les tendances sont incertaines. En 2017, dans le niveau intermédiaire, le nombre de pays en instabilité de gouvernements augmente : la RDC et le Kenya se rajoutent à la Guinée Bissau. L’instabilité au Togo n’est pas encore visible sur ce graphe. La seule tendance du moment pourrait être celle de l’augmentation et d’un retour des instabilités de gouvernement alors que certaines dictatures sont victimes de leur usure et de leur vieillesse, mais cette tendance n’est pas, juste avec ces données, encore assez confirmée.

La démocratie reste présente structurellement au Kenya malgré le conflit électoral de 2017. En RDC, le début de transition vers la démocratie est confronté à la résistance du système dictatorial et le rapport de force a tendance à s’équilibrer. La RDC est restée en 2017 le pays où se concentre un maximum d’enjeux et de forces. Le résultat du processus de démocratisation de ce pays devrait affecter fortement le processus de démocratisation continental. La concentration des efforts internationaux a été fortement impactée par les élections présidentielles aux USA et en France : du temps a été perdu, et le niveau de pression s’est relâché, influant sur le rapport de force en RDC et indirectement sur le processus de démocratisation continental, tant est stratégique l’évolution de la RDC en Afrique.


1.4 Carte d’Afrique des régimes politiques, des démocraties et dictatures en 2017

Pour comprendre cette carte, voir aussi sur le blog R*E

le diaporama de l’évolution des régimes de 1990 à 2017[3]

Cette carte, qui reprend les données du paragraphe 1.1, s’analyse par contraste avec la dernière carte de la série de 1990 à 2016 dans l’étude du 27 avril 2017[4].


2.     Processus électoraux en 2017 : accalmie entre 2016 et 2018, poursuites des crises électorales

2.1 Prévisions de la qualité des processus électoraux selon la nature des régimes

La qualité des processus électoraux sur un an est presque globalement prévisible l’année précédente ou en début d’année en fonction du classement par type de régime.

La règle des élections en dictature est[5] : « Il n’y a pas en dictature d’élection présidentielle correcte ou même douteuse sans une transition vers la démocratie préalable. L’absence de processus électoraux corrects définit en critère primaire la dictature. Si une élection correcte était organisée, le régime tomberait. Dans les cas où le résultat n’est pas inversé et où une majorité de votants a voté pour le président sortant, le processus électoral a été détourné des règles de la démocratie en amont selon de nombreuses modalités. Il s’observe de rares exceptions ».

Cette règle correspond à l’observation de la qualité des processus électoraux selon la nature des régimes :

Type régime Processus électoraux

corrects

Processus électoraux

douteux

Processus électoraux

détournés et sans valeur (mascarades)

Dictatures stables Rares exceptions Aucune Toutes les élections

sauf les rares exceptions

TCII Nombreux cas Quelques cas Nombreux cas
Démocraties Grande majorité des cas Quelques cas Cas très peu nombreux

En 2017, au niveau du calendrier, 2 élections se sont rajoutées :

  • au Lésotho, les législatives de 2020 ont été avancées en 2017,
  • en Guinée Equatoriale, les législatives ont été avancées de mai 2018 à novembre 2017.

Sans sortir de la règle et du classement associé, des décalages sont apparus dans 2 cas par rapport aux prévisions préalables (mi-mars 2017)[6]:

  • Au Kenya, la contestation de la présidentielle, les violences et l’instabilité au Kenya n’étaient pas prévisibles en fonction du type de régime, démocratique, pendant l’organisation. Le résultat de la présidentielle n’est pas vraiment contestable au niveau du choix final du président, mais la qualité du processus électoral est extrêmement mauvaise[7].
  • Au Somaliland, en raison des 3 partis autorisés, la qualité du processus électoral de la présidentielle n’était pas garantie. L’élection a abouti à une alternance de président sans alternance de parti, sans remise en cause du processus électoral. En dehors du point négatif des 3 partis autorisés, le processus électoral a été globalement correct.

En 2017, toutes les élections ont correspondu à la règle et au tableau correspondant ci-dessus. En particulier, les processus électoraux des 6 élections dans les pays classés au préalable en dictature stable ont été détournés et n’ont pas eu de valeur démocratique.


2.2 Bilan électoral de 2017

L’essentiel de l’actualité électorale se trouve au niveau des législatives et présidentielles.

Bilan de l’année électorale 2017 : liste des présidentielles et législatives (cf aussi Annexe A)

Date Pays Type

Régime

Scrutin

P ou L

Président ou parti victorieux Durée du

pouvoir

30.11.16

08.02.17

Somalie TCII L+PR-Parl Alternance : Mohamed Abdullahi Farmajo 0
06.04.17 Gambie TCII L Alternance : UDP (Adama Barrow) 0
04.05.17 Algérie Dict.S L FLN + allié RBD (A. Bouteflika) 55+PR18
03.06.17 Lésotho Démo L+1erM-Parl Alternance : Convention des Basothos (ABC) (Thomas Thabane) 0
02.07.17 Sénégal Démo L Coalition Benno Bokk Yakaar (M.Sall) 5 ans
16.07.17 Congo Brazzaville Dict.S L PCT (Denis Sassou Nguesso) 42 (33)
04.08.17 Rwanda Dict.S P Paul Kagame (FPR) 23 (17)
04.08.17 Kenya =>TCII L Jubilee (Uhuru Kenyatta) 4
23.08.17 Angola Dict.S L+PR-Parl MPLA + João Lourenço 42+PR0
10.10.17 Libéria Démo L Alternance : CDC-NPP-LPDP (Weah) 0
26.10.17 Kenya =>TCII P Uhuru Kenyatta (Jubilee) 4
12.11.17 Guinée Equatoriale Dict.S L PDGE (Teodoro Obiang) 37 ans
13.11.17 Somaliland TCII P Alternance de président mais pas de parti : Muse Bihi Abdi (Kulmiye) 0
10.10.17

26.12.17

Libéria Démo P Alternance : George Weah (CDC) 0

 

Bilan de l’année électorale 2017 : présidentielles et législatives par type de régime

Date Pays Type

Régime

Scrutin

P ou L

Président ou parti victorieux Durée

pouvoir

Démocraties : 3 législatives (4 avec Kenya) + 1 chef exécutif par parlement + 1 présidentielle

03.06.17 Lésotho Démo L+1erM-Parl Alternance : Convention des Basothos (ABC) (Thomas Thabane) 0
02.07.17 Sénégal Démo L Coalition Benno Bokk Yakaar (M.Sall) 5 ans
10.10.17 Libéria Démo L Alternance : CDC-NPP-LPDP (Weah) 0
10.10.17

26.12.17

Libéria Démo P Alternance : George Weah (CDC) 0

TCII : 3 législatives (3 sans Kenya) + 1 chef exécutif par parlement + 2 présidentielles

30.11.16

08.02.17

Somalie TCII L+PR-Parl Alternance : Mohamed Abdullahi Farmajo 0
06.04.17 Gambie TCII L Alternance : UDP (Adama Barrow) 0
04.08.17 Kenya =>TCII L Jubilee (Uhuru Kenyatta) 4
26.10.17 Kenya =>TCII P Uhuru Kenyatta (Jubilee) 4
13.11.17 Somaliland TCII P Alternance de président mais pas de parti : Muse Bihi Abdi (Kulmiye) 0

Dictatures stables : 4 législatives + 1 chef exécutif par parlement + 1 présidentielle

04.05.17 Algérie Dict.S L FLN + allié RBD (A. Bouteflika) 55+PR18
16.07.17 Congo Brazzaville Dict.S L PCT (Denis Sassou Nguesso) 42 (33)
04.08.17 Rwanda Dict.S P Paul Kagame (FPR) 23 (17)
23.08.17 Angola Dict.S L+PR-Parl MPLA + João Lourenço 42+PR0
12.11.17 Guinée Equatoriale Dict.S L PDGE (Teodoro Obiang) 37 ans

10 législatives + 3 chef exécutif par parlement + 4 présidentielles


Bilan de la qualité des processus électoraux en 2017 selon le type de régime

NB : « Mascarade » signifie « élection au processus électoral détourné en amont ou détourné le jour du vote ou avec inversion de résultat à la compilation et/ou à la publication des résultats ».

Pays Présidentielles
Type régime en 2017 Correctes Douteuses Mascarade

En TCII

Mascarade Mascarade

≥ 10ans

Dictatures stables Angola(parlement)

Rwanda

TCII Somalie(parlement)

Somaliland(3partis)

Kenya*

Démocraties Libéria

Lésotho(parlement)

Totaux 5 0 0 0 2

* Kenya : résultat ‘correct’ malgré processus électoral très incorrect avec forte contestation, violences, boycott

Total : 7 dont 3 par parlement

 

Pays Législatives
Type régime en 2017 Correctes Douteuses Mascarade

En TCII

Mascarade Mascarade

≥ 10ans

Dictatures stables Angola

Algérie

Congo B

Guinée Eq.

TCII Gambie(transition)

Kenya

Somalie (guerre)*
Démocraties Sénégal

Libéria

Lésotho

Totaux 5 1 0 0 4

* En Somalie, l’élection du parlement circonscription par circonscription est ‘douteuse’ à cause de la guerre, mais finalement l’élection du président par le parlement reste correcte à cause d’une sorte de lissage statistique en absence de forte exigence en contexte de guerre.

Total : 10

 

Bilan 2017 de la qualité des processus électoraux

Présidentielles Législatives Total
Correctes 5 5 10
Douteuses 0 1 1
Mascarades en TCII 0 0 0
Mascarades 0 0 0
Mascarades ≥ 10 ans 2 4 6
7 10 17

 

Pays Présidentielles Législatives Totaux
Type régime en 2016 Cor Dout Masc.

En TCII

Masc Masc.

≥ 10ans

Cor. Dout Masc.

enTCII

Masc Masc.

≥ 10ans

Cor. Dout. Masc. Total
Dictatures S. 2 4 6 6
TCII 3 1 1 4 1 5
Démocraties 2 4 6 6
Totaux 5 2 5 1 4 10 1 6 17

 

Evolution des totaux depuis 1990 de 2016 à 2017

Total Mascarade Douteuses Correctes
1990-2015 499 259 19 221
2016 24 8 2 14
1990-2016 523 267 21 235
2017 17 6 1 10
1990-2017 540 273 22 245

Concernant les processus électoraux, 2017 a été une année d’accalmie. L’année 2016 avait été une année de tension autour d’un assez grand nombre de présidentielles en dictatures stables, 6 en Ouganda, Congo Brazzaville, Djibouti, Guinée Equatoriale, Tchad et Gabon, et en raison des 4 occurrences d’inversion de résultat de présidentielles à la compilation des procès-verbaux et à la publication des résultats (Congo Brazzaville, Djibouti, Tchad et Gabon). En 2018, la tension remontera autour de 9 législatives en dictatures stables et de la préparation des élections en RDC et au Cameroun.

L’accalmie s’est surtout ressentie parce que 10 processus électoraux sur 17 ont été globalement corrects, et parce que le débat s’est reporté sur le contrôle du résultat en cas de contestation dans un contexte structurellement démocratique, au Kenya et au Libéria. Même si ce débat fait couler beaucoup d’encre et même s’il y a eu des dizaines de morts au Kenya, la ‘tension’ générée par ce type de crise est moins forte – mais pas toujours le nombre de morts – que dans le cas des inversions de résultats en dictature. Cette tension est plus exprimée dans un contexte démocratique alors qu’elle est contenue militairement en contexte dictatorial et alors non-dite ou camouflée, ou encore déplacé par le chef d’Etat dans un conflit armé dans le cas du Congo Brazzaville.

 

2.3 Alternances en 2017 et noyau dur des dictatures sans alternances

 

Il y a eu 5 alternances de présidents en 2017 :

  • 3 en TCII : Gambie (première), Somalie (première), Somaliland (2nde),
  • 2 en démocratie : Lésotho (5e), Libéria(2nde)

et 4 alternances de partis au Gouvernement

  • 2 en TCII : Gambie (première), Somalie (première)
  • 2 en démocratie : Lésotho (5e), Libéria (2nde)

Comme en 2017, il reste 21 pays qui n’ont pas connu d’alternance de président dans une élection depuis 1990 (moins 2 / 2016) et 26 qui n’ont pas connu d’alternance de parti au gouvernement depuis 1990 (-2 / 2016). Le nombre de pays ayant vécu une alternance complète de président et de parti de gouvernement passe de 28 à 30.

Aucun des 17 (ex) Parti Unique de 1990 ou ultra dominant depuis indépendance 1990 encore au pouvoir en 2016 n’a perdu le pouvoir en 2017 (14 ex partis uniques au pouvoir depuis 1990 et 3 revenus au pouvoir). (cf graphe suivant)


Comparaison du nombre de pays sans alternance depuis 1990, gouverné par ancien parti unique, en dictature

Du point de vue des alternances, la démocratie a continué de progresser grâce à la Gambie, la Somalie, le Somaliland, à la suite de la disparition d’une seule dictature stable en Gambie et sans affaiblissement des anciens partis uniques des années 80.

Les impossibilités d’alternance les plus évidentes ont perduré en 2017. Le renouvellement des chefs d’Etat s’est surtout fait en Afrique anglophone, 5 sur 7, et pas du tout en Afrique francophone.

Dictatures stables TCII Démocratie Total
19 ex-colonies Fr

(sans Maroc)

0
19 ex-colonies Uk

(sans Swaziland)

Zimbabwe Gambie (démo 2018)

Somaliland

Libéria

Lésotho

5
14 autres pays

(sans Libye)

Angola (Pt) Somalie (It) 2
Total 2

En dictature stable, les alternances correspondent en Angola à une transformation en dictature de parti et au Zimbabwe (2017) à une possibilité de transformation en dictature de parti soutenu par l’armée (2018).

 

Noyau dur des 11 dictatures en Afrique sans alternance depuis 1990 (10 stables, RDC en TCII en 2017)

Cumul des années sans alternance de président (et famille) et de parti au pouvoir fin 2017

Le noyau dur des dictatures correspondant aux pays sans alternance passe de 14 à 11 pays. La Gambie a quitté le noyau dur en 2017 à la chute de Jammeh. Angola et Zimbabwe le quitte également. La RDC aborde une potentielle phase de transition vers la démocratie. En Angola et Zimbabwe, les systèmes dictatoriaux sont remis en cause par le départ des présidents par un nouveau chef d’Etat du même parti. Pour l’Angola, le passage à une dictature de parti s’est fait simplement en 2017. Au Zimbabwe, il est possible ou probable en 2018 si jamais la qualité du processus électoral en 2018 n’est pas suffisante. Dans le noyau dur, 5 ex-colonies françaises sont toujours en tête au niveau cumul des années sans alternance à la présidence et au parlement, en additionnant les temps de pouvoir dans une même famille au Gabon, au Togo, et à Djibouti.

 

2.4 Elections en dictature : fin de la phase d’inversion de résultats de présidentielles

Les inversions de résultats de présidentielles à la compilation des procès-verbaux et la publication des résultats se sont finalement terminées en septembre 2016 au Gabon. Les présidentielles en dictature stable de 2017 ont eu des processus électoraux détournés en amont, en Angola (par le parlement) et au Rwanda. De ce point de vue, la tension sur les processus électoraux en Afrique est retombée. En dictature stable, encore, les processus électoraux des législatives en Angola, en Algérie, au Congo Brazzaville et en Guinée Equatoriale étaient également détournés en amont.

L’attention s’est reportée sur l’amélioration des processus électoraux en démocratie au Libéria et au Kenya, en particulier au Kenya. Le Kenya a connu violences, contestation et boycott. Ces 2 pays ont poussé à regarder le travail des instances de vérification, Cour suprême et cour constitutionnelle, alors que la question est très différente de la question qui se pose avec ces mêmes cours en contexte dictatorial.

La tension a baissé sur les présidentielles en dictature stable par rapport à 3 années difficiles de 2014 à 2016. Il n’y a pas eu de présidentielle totalement boycottée (même si au Rwanda cela ne signifierait pas grand-chose).

 

2.5 Evolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2017

Avec 7 présidentielles – 4 présidentielles directes et 3 chefs de l’exécutif élu par un parlement – et 10 législatives, l’année 2017 contenait un nombre assez faible de scrutins. 6 sur 17 étaient en ‘dictatures stables’.

Synthèse évolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2017, présidentielles et législatives ensemble, 540 élections incluant 41 élections du président ou 1er ministre par le parlement

La tendance à la disparition des processus électoraux détournés en pays en instabilité hors dictature stable (en Tcii) se confirme. Quand il n’y a pas de président sortant ou de partis incompatibles avec la démocratie, avec des efforts, les processus électoraux sont de plus en plus corrects. Seule les législatives en Somalie, à cheval sur 2016 et 2017 ont connu de grosses difficultés d’organisation (douteuse en Tcii, aboutissant ‘paradoxalement’ à une présidentielle indirecte au parlement correcte). En dictature stable, il ne reste plus que des d’anciennes dictatures de plus de 10 ans (y compris le Rwanda pour ce graphe).

De 1990 à 2017, 245 présidentielles et législatives sur 540 (239 sur 523 fin 2016, 231 sur 499 fin 2015) ont été organisées dans des dictatures stables. Seulement 169 scrutins sur 540 ont été organisés dans des démocraties bien installées (164 sur 523 fin 2016, 152 sur 499 fin 2015). Les 126 derniers l’ont été dans des contextes intermédiaires et complexes ou des transitions de la dictature vers la démocratie (TCII). Quasiment tous les processus électoraux détournés ou au résultat inversé (mascarade) sont advenus en dictature, 234 sur 273 (228 sur 267 fin 2016, 220 sur 259 fin 2015). 158 processus électoraux corrects sur 245 sont advenus en régime de démocratie (153 sur 235 fin 2016, 143 sur 221 fin 2015). (Paragraphe ajouté le 21.1.18)

Processus électoraux sans démocratie, élections globalement fraudées ou au résultat inversé en dictature stable et en régime ‘Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé’ (TCII) de 1990 à 2017

Le cycle de 5 ans 2013-2017 est moins mauvais en nombre de processus électoraux détournés que le cycle 2008-2012, même si les années 2015 et 2016 ont été très difficiles.

La passivité, l’indifférence, l’inefficacité et/ou l’hypocrisie des acteurs internationaux étaient apparues au grand jour[8] au premier semestre 2016 lors des 3 premières inversions de résultats de présidentielles au Congo Brazzaville, au Tchad et à Djibouti. Ce scandale s’était ensuite en partie dissipé au Gabon grâce à l’action de l’Union européenne. Après le début de la confrontation entre l’Union européenne et le pouvoir militairement maintenu au Gabon, après la mission d’observation européenne, l’Ue n’est intervenu en 2017 par des missions d’observation électorale que dans des démocraties établies ou en transition vers la démocratie : 9.12.16 Ghana (P+L), 6.4.17 Gambie (L, transition vers la démocratie), 8.8.17 Kenya (P+L), 10.10.17 Libéria (P+L). Elle a eu un rôle important au Kenya, malgré des difficultés[9]. Il est à craindre qu’à partir de fin 2016, les outils d’améliorations des processus électoraux, dont les Moe-Ue, ne puissent plus toucher que des pays en démocratie ou en TCII et soit exclus des dictatures stables[10]. L’Union africaine n’a pour l’instant aucune crédibilité en mission d’observation et son expérience s’est uniquement accumulé dans le soutien des régimes dictatoriaux au travers de fausses missions d’observation.

 

3.     Perspectives 2018 : nouveau pic électoral

3.1 Calendrier : 2018 année des législatives en dictatures stables (données)

Calendrier des élections en Afrique du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2022

Prévision des processus électoraux entre 2017 et 2022 selon la présence ou l’absence de démocratie[11]

Processus électoraux

démocratiques (**)

Processus électoraux

en régime non-démocratique

Total
Présidentielles Législatives Total Présidentielles Législatives Total Prés. Lég. Tot.
2017 3+2* 6 9+2* 1+1* 4 5+1* 4+3* 10 14+3*
2018 3 6 9 5 10 15 8 16 24
2019 7+3* 9 16+3* 3 2 5 10+3* 11 21+3*
2020 5 4 9 5 5 10 10 9 19
2021 6+1* 6 12+1* 4 2 6 10+1* 8 18+1*
2022 2+1* 5 7+1* 1+1* 4 5+1* 3+2* 9 12+2*
Total 26+7* 36 62+7* 19+2* 27 46+2* 45+9* 63 108+9*
  • * : Election du chef de l’Etat (président ou 1er ministre) par le parlement
  • ** : Y compris dans pays en régime instable, en suite de guerre, en transition réelle vers la démocratie (en Tcii).

 

Résumé 2018 (résumé de l’Annexe B) : présidentielles et législatives

25 élections (sans la Libye) :

  • 8 présidentielles
  • 17 législatives
  • 9 processus électoraux dans un cadre démocratique
  • 16 processus électoraux dans un cadre non-démocratique (en gras ci-dessous)

 

23 février 2018 : législatives Djibouti 

7 mars 2018 : présidentielle Sierra Leone

7 mars 2018 : législatives Sierra Leone

24 au 26 mars et 24 au 26 avril 2018 : présidentielle Egypte

2018 : législatives Gabon (avril ?)

Mai 2018 : législatives Guinée Bissau (tous les 4 ans : avril ?)

2018 : législatives Togo (tous les 5 ans : juillet ?)

2018 : législatives Zimbabwe (tous les 5 ans : juillet ?)

2018 : présidentielle Zimbabwe (tous les 5 ans : juillet ?)

2018 : présidentielle Mali (tous les 5 ans : juillet-août ?)

2018 : législatives Guinée C (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : législatives Rwanda (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : pseudo-législatives Swaziland (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : législatives Cameroun (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : présidentielle Cameroun (tous les 7 ans : octobre ?)

2018 : législatives Sao Tomé-et-Principe (tous les 4 ans : octobre ?)

2018 : législatives Madagascar (tous les 5 ans : oct-déc ?)

2018 : présidentielle Madagascar (tous les 5 ans : oct-déc ?)

2018 : législatives Mali (tous les 5 ans : novembre ?)

2018 : législatives Mauritanie (tous les 5 ans : nov-déc ?)

23 décembre 2017 : présidentielle Congo Kinshasa

23 décembre 2017 : législatives Congo Kinshasa

Très incertaines pour 2018 :

2018 ? : présidentielle Sud Soudan

2018 ? : législatives Sud Soudan

NB : Probablement en 2019 (comptée en 2019) :

2018, 2019 ? : présidentielle Libye (report 2013, 2015)

Présidentielles Législatives Total
Processus électoraux démocratiques (**) 3 6 9
Processus électoraux en régime non-démocratique 5 11 16
Total 8 17 25
  • ** : Y compris dans pays en régime instable, suite de guerre, transition réelle vers la démocratie (en Tcii).

 

A partir de la nature des régimes organisateurs des élections et selon le contexte actuel entourant chaque processus électoral, il est possible d’envisager la qualité des différents processus électoraux. Le classement utilisé ci-dessous est celui de l’étude du 27 avril 2017[12], comprenant 5 catégories de processus électoraux en dictature stable étendu aux élections en période TCII et en démocratie avec ajout d’une 6e catégorie concernant uniquement les pays en TCII et en démocratie :

  • processus électoral détourné en amont avec boycott de l’opposition réelle,
  • processus électoral principalement détourné en amont, principale catégorie en dictature stable,
  • processus électoral avec principalement des fraudes massives le jour du vote,
  • processus électoral avec inversion d’un résultat réel à la compilation des procès-verbaux et à la publication des résultats
  • processus électoral douteux (en TCII et démocratie uniquement)
  • processus électoral corrects (en dictature : rares cas d’exceptions à la règle des élections en dictature).

 

Date Pays Type

Régime

Scrutin

P ou L

Prévision du type de processus électoral

(selon le type de régime organisateur)

Durée

pouvoir

23.02.18 Djibouti Dict.S L Détourné en amont (+ boycott ?) 19 ans
07.03.18 Sierra Leone Démo P + L Corrects + application limite 2×5 ans 10 ans
24-26.03.18 Egypte Dict.S P Détourné en amont (+ boycott ?) 4 ans
Avril 18 ? Gabon Dict.S L Détourné en amont (+ boycott ?) ou exception à règle Dict.S suite conflit sur inversion du résultat présidentielle 9 ans
Mai 18 Guinée Bissau TCII L (pas de prévision)  –
Juillet ? Togo Dict.S

ou TCII 18 ?

L Détourné en amont ou exception à la règle Dict.S après lutte politique 17-18 13 ans
Juillet-août ? Zimbabwe Dict.S

ou TCII 18?

P + L Détourné en amont ou exception à la règle Dict.S après chute Mugabe Zanu-PF

38 ans

Juillet-août ? Mali Démo P Correct (ou douteux ?) 5 ans
Septembre ? Guinée C TCII L Correct (ou douteux ?) 8 ans
Septembre ? Rwanda Dict.S L Détourné en amont 24 ans
Septembre ? Swaziland Dict.S L Détourné en amont (sans partis) 32 ans
Sept-oct ? Cameroun Dict.S P + L Détournés en amont 36 ans
Octobre ? Sao Tomé-et-Principe Démo L Correct 2 ans
Oct-déc Madagascar Démo P + L Corrects ou douteux ? 5 ans
Novembre ? Mali Démo L Correct 5 ans
Nov-déc ? Mauritanie Dict.S L Détourné en amont ? 10 ans
23.12.18 RDC TCII P + L Détournés en amont ou douteux ? 17 ans
2018 Tchad Dict.S L Détourné en amont ou exception à règle DS suite inversion présidentielle 28 ans
2018, 2019 ? Sud Soudan TCII P + L Détourné en amont ? 8 ans

NB : En Libye, la présidentielle est considérée comme possible seulement en 2019, même s’il y a débat pour une organisation en 2018.

 

Prévision de la qualité des processus électoraux en 2018 selon le type de régime en 2018

Quand il y a plusieurs possibilités envisagées, est noté, dans le tableau ci-dessous, la plus probable, et, en dictature stable le plus souvent la plus négative, et, en démocratie la plus positive. En TCII, dans le cas d’absence de prévision, la catégorie notée est celle intermédiaire, ‘douteuse’.

Les processus électoraux détournés en amont avec ou sans boycott de l’opposition réelle, avec principalement des fraudes massives le jour du vote, et avec inversion d’un résultat réel à la compilation des procès-verbaux et à la publication des résultats, sont, dans le classement suivant, regroupés sous l’étiquette « mascarade ». « Mascarade » signifie dans cette étude « élection au processus électoral détourné en amont ou détourné le jour du vote ou en amont et le jour du vote, ou avec inversion de résultat à la compilation et/ou à la publication des résultats » et « ≥ 10 ans » signifie « après plus de 10 ans de pouvoir ».

Pays Présidentielles
Type régime Correctes Douteuses Mascarade

En TCII

Mascarade Mascarade

≥ 10 ans

Dictatures S. Egypte

Zimbabwe***

Cameroun
TCII (NB RDC ? improbable ) (NB RDC ?) Sud Soudan

RDC

Démocraties Sierra Leone

Mali (?)

Madagascar (?)

Totaux 3 0 2 (1) 2 1

Total : 8 dont 5 processus électoraux détournés probables et avec possibilité de bonne ‘surprise’ en RDC.

 

Pays Législatives
Type régime Correctes Douteuses Mascarade

En TCII

Mascarade Mascarade

≥ 10ans

Dictatures S. (NB : Togo ?)

(NB : Tchad ?)

Djibouti

Gabon (57 ans PDG)

Togo*

Zimbabwe *** (38)

Rwanda

Swaziland

Cameroun

Mauritanie

Tchad**

TCII Guinée C (?) Guinée Bissau

(NB RDC ?)

Sud Soudan

RDC

Démocraties Sierra Leone

Mali

Sao Tomé-et-Principe

Madagascar

Totaux 5 1 2 (1) 0 9

* Togo : processus électoral pouvant devenir correct en raison de la lutte politique.

** Tchad : processus électoral pouvant devenir correct suite à inversion de résultat de la présidentielle en 2016.

*** Zimbabwe : processus électoral pouvant devenir correct en raison transition vers démocratie : improbable.

 

Total : 17 législatives dont 11 processus électoraux détournés probables et avec possibilité de bonne ‘surprise’ en RDC, au Togo et au Tchad.

Prévision du bilan de la qualité des processus électoraux en 2018

Présidentielles Législatives Total
Correctes 3 5 8
Douteuses 0 1 1
Mascarades en TCII 2 (1) 2 (1) 4 (2)
Mascarades 2 0 2
Mascarades ≥ 10 ans 1 9 10
8 (7) 17 (16) 25 (23)

Entre parenthèse : avec hypothèse de report en 2019 ou après au Sud Soudan

 

Pays Présidentielles Législatives Totaux
Type régime Cor Dout Masc.

En TCII

Masc Masc.

≥ 10ans

Cor. Dout Masc.

enTCII

Masc Masc.

≥ 10ans

Cor. Dout Masc Total
Dictatures S. 2 1 9 12 12
TCII 2 (1) 1 1 2 (1) 1 1 4 (2) 6 (4)
Démocraties 3 4 7 7
Totaux 3 2 (1) 2 1 5 1 2 (1) 9 8 1 16 (14) 25 (23)

 

Prévision de l’évolution des totaux depuis 1990 de 2016 à 2018

Total Mascarades Douteuses Correctes
1990-2015 499 259 19 221
2016 24 8 2 14
1990-2016 523 267 21 235
2017 17 6 1 10
1990-2017 540 273 22 245
2018 25 (23) 16 (14) 1 8
1990-2018 565 (563) 299 (297) 23 253

Entre parenthèse : avec hypothèse de report en 2019 ou après au Sud Soudan

 

Le report des élections au Sud Soudan est assez probable. Si les élections en RDC ne sont pas une nouvelle fois reportées elles-aussi, il y aura 23 élections en Afrique en 2018 : 7 ou 8 présidentielles, 16 ou 17 législatives, 9 processus électoraux dans un cadre démocratique, 14 ou 16 processus électoraux dans un cadre non-démocratique (sans ou avec Sud Soudan).

L’année devrait être surtout marquée par le grand nombre de législatives en dictature stable, 9 dans les pays Djibouti, Gabon, Togo, Zimbabwe, Rwanda, Swaziland, Cameroun, Mauritanie, Tchad. Le ressenti continental de 2016 était très négatif en raison de la proportion de présidentielle mais l’année 2018 s’annonce également difficile en raison du grand nombre de législatives en pays non-démocratiques. 6 des 9 pays sont des ex-colonies françaises. Avec la présidentielle au Cameroun, la tension va monter dans les ex-colonies françaises et avec les élections en RDC, la tension va monter plus globalement dans les pays francophones.

En outre, un autre pic d’élections adviendra en 2018, concomitant du pic d’élections législatives[13], celui des locales dans 13 à 15 pays, avec quelques dates incertaines, et quelques possibilités de reports de 2018 à 2019. Ce pic montrera probablement, que les élections locales sont constamment rabaissées et en réalité neutralisées dans leur capacité à faire progresser un processus de démocratisation, là où il est volontairement arrêté, par des dirigeants installés et maintenus au pouvoir au travers du détournement régulier des processus électoraux. Sans reports, 8 élections locales auront lieu en 2018 dans des dictatures stables : Ethiopie, Guinée Equatoriale, Côte d’Ivoire, Zimbabwe, Togo, Cameroun, Mozambique, Mauritanie. Ces locales augmenteront la tension liée aux législatives. L’ensemble de ces élections locales ou municipales pourraient également permettre de mettre l’accent sur le besoin d’enracinement de la démocratie en contrepoids d’une culture dictatoriale.

La possibilité hors dictature d’améliorer les processus électoraux pourra être visible, à Madagascar, au Mali, en Guinée Conakry et à Sierra Leone. Dans ces pays, il sera plus aisé d’agir pour améliorer la qualité du processus électoral, et en particulier, des soutiens techniques en amont et des missions d’observation pourraient y être utiles. Cela pourrait aussi être valable en Guinée Bissau.

Trois des 4 inversions de résultats des présidentielles en 2016 aboutiront à des législatives en 2018 : à Djibouti, au Gabon et au Tchad. A Djibouti comme au Congo Brazzaville en 2017, le dictateur a décidé de détruire l’opposition après l’inversion de résultat. Le niveau de dictature a durablement remonté à Djibouti : répression, corruption, désorganisation de l’opposition par le clonage des partis. Au Gabon, le niveau de dictature est monté mais l’opposition garde un soutien populaire. Au Tchad, l’opposition est demandeuse des législatives. Les analyses des processus électoraux à Djibouti, au Gabon et au Tchad, dépendront des inversions de résultats en 2016, qui ont été rendues ‘tabou’ par la communauté internationale et les media, sauf pour l’Ue au Gabon.

 

3.2 Processus de démocratisation nationaux et équilibre continental des types de régime en 2018

Un référendum constitutionnel au Burundi en mai marquera la poursuite de la crise africaine des limitations de nombre de mandats présidentiels dans les constitutions, qui a été surtout active entre 2014 et 2016[14]. Au Togo, cette même crise est maintenant ouverte, et Faure Gnassingbé aura, lui, des difficultés à imposer un référendum constitutionnel qui validerait une remise à zéro de son compteur. Enfin, les conditions de départ de Joseph Kabila en RDC continueront d’attirer l’attention internationale, alors que la désorganisation de la diplomatie américaine depuis l’arrivée de Donald Trump début 2017 continue de se faire sentir dans le manque du suivi.

Les limitations du nombre de mandats dans les constitutions peuvent continuer de faire baisser lentement le nombre de dictatures stables. Après la RDC en 2017, ce pourrait être le Togo qui pourrait entrer dans une instabilité de gouvernement suffisante pour aller vers une fin de la dictature. En 2018, le Zimbabwe, soit, entrera en transition vers la démocratie, soit, restera en dictature stable évoluant vers une dictature de parti sous Emmerson Mnangagwa, en fonction de la qualité du processus électoral de la présidentielle et des législatives.

Les prévisions de changements de type de régimes en 2018 les plus probables restent finalement incertaines au Togo ou au Zimbabwe et très probable en Gambie :

Modif°. Etat Pays Evénements et changements Dates
TCII>Démo

Très probable

Gambie Fin d’une transition rapide vers la démocratie après la victoire d’Adama Barrow (UDP) contre Yahya Jammeh (APRC) à la présidentielle du 1.12.16 et à l’exil de Yahya Jammeh le 20.1.17 après une intervention militaire de la CEDEAO, puis aux législatives réussies du 6.4.17 01.12.2016

20.01.2017

06.04.2017

Dict.S>TCII

Assez probable

Togo Instabilité en dictature en raison des manifestations massives à partir du 19.8.17 contre le 3e mandat et la possibilité d’un 4e mandat, et à l’approche de législatives prévues mi-2018 19.08.2017

7.2018 ?

Dict.S>TCII

Assez peu probable

Zimbabwe Possibilité de transition vers la démocratie en 2017 lors des élections après la démission forcée par l’armée le 21.11.17 de Robert Mugabe au pouvoir depuis 31.12.87 et remplacement par Emmerson Mnangagwa le 24.11.17, qui dépendra de la qualité des processus électoraux en 2018. 21.11.2017

24.11.2017

7.2018 ?

En quantité de population, le processus de démocratisation de l’Afrique en 2018 et ensuite dépendra beaucoup de l’évolution du Kenya et de la RDC. Le Kenya pourrait revenir à un état démocratie fragile en 2018 ou ensuite, si le conflit électoral baisse d’intensité et si l’état de droit résiste à la crise. En RDC, le scénario le pire serait un retour d’un système dictatorial en cas d’échec sur le processus électoral. Ailleurs, au Gabon, puis au Tchad, les législatives pourraient finir par mettre en difficulté le système dictatorial.

Des transitions vers la démocratie ou de l’instabilité entre l’état de dictature stable et l’état de démocratie peuvent précéder des passages en démocratie. Le pays ou le processus avance sûrement est la Gambie. Les pays où le processus avancent semblent être la RDC, le Togo, et plus lentement la Guinée Conakry. Avec des incertitudes plus ou moins grandes, les pays où ce processus de démocratisation pourrait se remettre à avancer sont sans doute, le Zimbabwe, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, le Tchad, et éventuellement le Gabon.

Ainsi, malgré toutes les difficultés, vers 2018 puis 2019, se profile le début d’une lente bascule vers une majorité de démocraties par rapport aux dictatures : en 2018, 22 – 21, puis 23 – 21, puis, 23 – 20, et peut être en 2019 23 – 19, etc… Un léger écart pourrait commencer à se creuser à partir de l’affaiblissement des vieux régimes dictatoriaux sans que ne se stabilisent encore autant de nouvelles démocraties.

 

Conclusion

De 2015 à 2017, les dictatures et les démocraties sont restées en nombre à l’équilibre en Afrique. Pour 2018, le pronostic pour 2017 qui s’est ensuite avéré faux peut cependant être reposé : le nombre de démocraties ne va pas vraiment augmenter – + 1 avec la Gambie – mais le nombre de dictatures stables peut baisser en raison des crises dans plusieurs pays. L’avenir du Congo Kinshasa sera déterminant. Les dictatures menacées de perdre leur majorité en nombre, vont rester quelques années encore presque aussi puissantes. Le respect des règles de souveraineté fait que les dirigeants en difficulté gardent de l’influence. L’argent circule sans doute d’un pays à l’autre sans que des journalistes d’investigation puissent décrire suffisamment le phénomène.

Alors que 2016 a été une année de durcissement des méthodes des dictatures menacées par les élections, au Congo Brazzaville, à Djibouti et au Gabon, 2017 a été une année de statu quo provisoire.

Si des dictatures se retrouvent de nouveau menacées, elles pourraient encore se durcir. Malgré cela, l’Afrique change : nouvelles technologies, remplacement des générations, rajeunissement de la population, évolution des thèmes prioritaires débattus internationalement, montée sur le devant de la scène des thèmes du climat, des migrations, du développement et de la jeunesse, qui, d’un côté, occulte partiellement le thème des processus électoraux, alors que, d’un autre côté, les appels à une meilleure gouvernance réapparaissent régulièrement. Les règles du jeu peuvent encore changer au niveau des processus électoraux.

En particulier, la relation entre l’Union européenne et l’Union africaine est à un tournant. Si l’Ue souhaite accompagner l’Afrique vers la démocratie, elle se confronte à un processus de démocratisation continental globalement arrêté depuis 2005. Elle a suffisamment subi d’échecs dans l’accompagnement a posteriori des crises électorales. En 2018, s’amorce la renégociation des accords de Cotonou dont dépend l’utilisation de l’aide européenne à plus long terme. Cette aide européenne vient de servir à pousser l’Ua à changer de posture sur les migrations vers l’Europe. La question d’une conditionnalité de l’aide liée à la qualité de processus électoraux se pose en arrière-plan et pour l’instant de manière peu transparente.

Avec la perspective d’un dépassement du point de bascule de l’équilibre entre démocraties et dictatures entre 2018 et 2020, au moment de la négociation de l’accord de Cotonou, se présente, au pire, un risque d’un décalage historique entre dirigeants en poste au moment de l’accord et les populations. Dès maintenant, le travail pour le plus long terme nécessite un endiguement de l’influence des dirigeants non-démocratiques.

A partir de 2020, une amélioration du fonctionnement de l’Union africaine sur les processus électoraux serait bénéfique en cas de passage au-delà du point de bascule en nombre de pays par type de régime. Même si cela ne déterminera pas les progrès au niveau national, un abandon par l’Ua de la position de soutien de principe des régimes non-démocratiques, marquerait symboliquement le passage à une majorité de démocraties. Celles-ci pourraient alors plus facilement devenir capable de résister continentalement à l’influence des régimes non-démocratiques issus de la période des partis uniques d’avant 1990. Dans l’attente de la confirmation de ces perspectives, 2018 s’annonce comme une nouvelle année de très forte confrontation au niveau des processus électoraux.

Régis Marzin,

Paris, 14 janvier 2018

 

ANNEXES

A.    Historique 2017 : année électorale

 

Source Historique électoral 2017 au 14.1.18 mis à jour sur :

https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#17

 

NB : 19 janvier 2017 : Gambie : investiture Adama Barrow après présidentielle 1er décembre 2016 : (source) (Adama Barrow (United Democratic Party, UDP d’Ousseynou Darboe emprisonné et alliés de coalition unitaire de l’opposition) 227 708 sur 525 963 suffrages exprimés, 43,2%, Yahya Jammeh (APRC), 208 487,  39,6% Mama Kandeh, 89 768, 17%, 1ere alternance en dictature depuis le Kenya le 27.12.2, 3e depuis 1994, quasi exception (3e ) à la règle ‘pas d’élection correcte en dictature sans transition’ mais avec nuance que le départ du dictateur n’a pas été volontaire mais forcé de l’extérieur, source, Yahya Jammeh refuse de quitter malgré les pressions internationales unanimes et les menaces de la CEDEAO, Yahya Jammeh est contraint à l’exil le 20.1.17 par une intervention militaire de la CEDEAO, de 7000 soldats du Sénégal, du Nigéria surtout, soutenue par l’Onu et l’Ua, source, source2)

23 janvier 2017, Ile Maurice : démission du 1er ministre Anerood Jugnauth (86 ans) et remplacement par son fils Pravind Jugnauth (55 ans) nommé par la présidente Ameenah Gurib-Fakim, ministre des Finances et chef du Mouvement socialiste mauricien (MSM), boycott prestation de serment, source

30 novembre 2016 + 8 février 2017 : législatives + élection président par parlement Somalie (14 000 délégués choisis par les anciens de chaque clan élisent les 275 députés (328?), première élection au suffrage universel depuis 1967 abandonnée, source, source UE30.9.16, 284 parlementaires élus (328?) prêtant serment le 27.12.16, fraudes dénoncées par Onu, UK et USA = fraudes locales (pas une mascarade nationale), source1, source2, 328 députés le jour du vote, source, report vote président du 28.12.16 à janvier puis 8.2.17, source, alternance : Mohamed Abdullahi Farmajo : 184 voix sur 328, président sortant Hassan Cheikh Mohamoud 97, source)

24 février 2017 : locales/communales et régionales Djibouti (mascarade et boycott, sans aucune valeur ni enjeu, source)

6 avril 2017 : législatives Gambie (Parti démocratique unifié (UDP) (Adama Barrow) 31 / 53 sièges + députés nommés, Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC) (Jammeh) : 5, Congrès démocratique de Gambie (GDC) 5, alliés d’UDP 11, indépendant 1, source)

4 mai 2017 : législatives Algérie (mascarade en amont, source, + jour J, boycott d’un seul parti Talaie El Houriat d’Ali Benflis, fraude jour vote : gonflage bulletins nuls à travers le vote des militaires, bourrages urnes, bureaux de vote sans observateur, source, source2, source3, FLN 161 sièges / 462 (-60) et son allié RND 100 sièges (+29) (161+100 forment majorité), coalition islamiste  du Mouvement de la société pour la paix (MSP) + Front du changement (FC) et 1 partis 34, coalition islamiste Alliance Nahda-Adala-Bina (Ennahda/Al-Bina) 15, total islamiste 67 ?, autres opposition : FFS (Front des forces socialistes) 14 (-12), RCD (9), PT(11), 26,19% de femmes, participation 35,37 % avec beaucoup de nuls (1 778 373), source4mai, source, source2, source19.5.17)

3 juin 2017 : législatives Lésotho avec désignation 1er ministre (anticipé de ‘tous les 5 ans : février 2020’, source, Alternance : Convention des Basothos (ABC) de Thomas Thabane 48/120, forme gouvernement de coalition avec trois petits partis, Alliance démocratique, Parti national basotho et Congrès réformé du Lesotho, ancienne majorité Democratic Congress de l’ancien 1er ministre Pakalitha Mosisili 30/120, source)

2 juillet 2017 : législatives Sénégal (scrutin majoritaire à un tour, 47 listes, problème de délivrance des cartes d’électeur, source, source2, coalition du président Sall : Benno Bokk Yakaar 1 633 000 voix = 49,48%, 125 / 165 sièges, coalition Wattu Sénégal Abdoulaye Wade de 549 000 voix 19, liste maire Dakar en prison Khalifa Sall 7, source, sourcedate)

16 juillet 2017 : législatives Congo Brazzaville (mascarade en amont + boycott : répression désorganisant complètement l’opposition, pas de CENI correcte, mauvais fichier électoral, découpage électoral très déséquilibré, combat dans le pool, source, taux de participation inconnu, source, PCT (Sassou) 90 / 151, Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki) (Guy-Brice Parfait Kolélas) 8, Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) 8, source)

16 juillet 2017 : locales Congo Brazzaville (mascarade en amont + boycott, source)

4 août 2017 : présidentielle Rwanda (tous les 7 ans, après suppression limite de 2 mandats en 2015, mascarade en amont : désorganisation en amont de l’opposition, élimination de candidats, … , source, Paul Kagame FPR 6 675 472 =98,79%, Philippe Mpayimana indépendant 49 031 = 0,73%, Frank Habineza PVDR 32 701 = 0,48%, participation NEC 98,15%, source, sourceNEC)

5 août 2017 : référendum constitutionnel Mauritanie (report du 15 juillet 2017, source, source, modification du drapeau 85,6% oui, 9,9% non, suppression Sénat 85,6% oui, 10,02% non, boycott et participation officielle contestée 53,75%, source)

31 août 2017 : sénatoriales Congo Brazzaville (mascarade en amont + suite de boycotts, source)

8 août 2017 : législatives + représentantes des femmes au parlement Kenya (tous les 5 ans = mars 2018 <=> rattrapage pour 2012+5 au lieu 2013 +5, source, pas encore de résultat le 1.9 quand est annulé la présidentielle, résultat publié par IPU avant le 1.11.17 : Jubilee Party (JP, Uhuru Kenyatta)) 171 / 349, Orange Democratic Movement (ODM, alliance NASA, Odinga) 76, Wiper Democratic Movement-Kenya (WDM-K, Nasa) 23, Amani National Congress (ANC, NASA) 14, Independents 14, Forum for the Restoration of Democracy (FORD-KENYA, Nasa) 12 , Kenya African National Union (KANU) 10, Chama Cha Uzalendo (CCU, Nasa) 1 , … alliance NASA : ODM 76 + WDM-K 23 + ANC 14 + FORD-K 12 + CCU 1 = 126 / 349, sourceIPU repris par wikipedia1.11.17)

8 août 2017 : sénatoriales Kenya (Jubilee Party (Uhuru Kenyatta) 34 / 67 (–2), Orange Democratic Movement (Nasa, Raila Odinga) 20 (+3), source, sourcedate)

8 août 2017 : locales Kenya (gouverneurs et assemblées des 47 pays créés par 2010 constitution, avec législatives et présidentielle, source, gouverneurs du parti Jubilee : 29 comtés sur 47, source, source, début résultat 9.8)

23 août 2017 : législatives Angola + présidentielle élu par parlement (José Eduardo dos Santos au pouvoir depuis 1979, 75 ans et 2 mandats 2008-2012 et 2012-2017 sur 2 constitutions, limitation à 2 mandats en 2010 non rétroactive mais ne se représente pas et a désigné un dauphin, le ministre de la Défense, João Lourenço, source1douteux, source2, source3, source23.8.17, mascarade et début de passage en dictature de parti politique, Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) : 115 sièges / 220 : 61,07% voix, Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) : 51 : 26,67%, Large convergence pour le salut de l’Angola – Coalition électorale (CASA-CE) : 16 : 9,54 %, João Lourenço (MPLA) élu président, sourceCNE7.9, source)

30 septembre 2017 : locales Lésotho (report d’octobre 2016, puis report à cause des législatives anticipées du 3 juin 2017 ?, source, source, source3)

10 octobre 2017 : législatives Liberia (avec 1er tour présidentielle, source, Coalition pour le changement démocratique (CDC-NPP-LPDP) 234 767 voix = 15,64% 21/73, Parti de l’unité (Unité) 209 677 = 13,96% 19 (-5), source)

26 octobre 2017 après annulation 8 août 2017 : présidentielle Kenya (tous les 5 ans : mars 2018 <=> rattrapage pour 2012+5 au lieu 2013 +5, source, authentification biométrique le jour du vote par Morpho, 2e essai de Morpho au Kenya après échec en 2013, 7e essai en Afrique après 5 réussites, source, élection de type « conflit autour d’un score proche de 50/50 en démocratie fragile » (très mal installée), au moins 21 morts au 5.9, contestation des résultats par Nasa peu documentées les premiers jours, source, 4 morts au 11.8, MOE-UE1.9.17 + SEAE5.9.17, résultat 8.8 annulé par Cour suprême le 1.9.17, source, jugement Cour suprême 21.9 440 + 91 + 178 pages, report du 17 au 26.10, source : IEBC pour 8.17: Uhuru Kenyatta (Jubilee) 54,27% sortant réélu, Raila Odinga (Nasa) 44,74%, source, source2, UE10.8, avis préliminaireMOE-UE10.8, UE13.8, MOE-UE16.8, Elysée13.8, MOE-UE16.8 ; élection du 26.10.17 : boycott de NASA, IEBC30.10 : Kenyatta 98,26%, Odinga 0,96%, sans 4 Comtés Ouest, participation 38,84%, total des morts entre 33 tués par police (HRW15.10) et 49 morts (AFP28.10), MOE-UE26.10, observateurs27.10)

12 novembre 2017 : législatives Guinée Equatoriale (mascarade maximale, source Collectif solidarité afrique, avancées par surprise de mai 2018 sans raison officielle processus électoral détourné en amont par la désorganisation de l’opposition, par exemple désorganisation du parti Cored, exclusion Gabriel Nse Obiang leader de Citoyens pour l’innovation (CI) mais CI et UCD et CPDS participent (pas de boycott), fausse observation UA, source, PDGE et alliés 99 / 100 : Citoyens pour l’innovation (CI) 1, officiellement selon président de la Commission électorale et ministre de l’Intérieur : participation 84%, 273.502 votants, srceAFP)

12 novembre 2017 : locales Guinée Equatoriale (mascarade maximale, avec législatives, avancées de tous les 5 ans en mai, source, Citoyens pour l’innovation (CI) 1, PDGE et alliés : le reste, sourceAFP)

12 novembre 2017 : sénatoriales Guinée Equatoriale (mascarade maximale avec législatives, avancées de tous les 5 ans en mai, source, PDGE et alliés : 75/75, sourceAFP)

13 novembre 2017 : présidentielle Somaliland (avec biométrie  par reconnaissance de l’iris, trois candidats issus des trois partis officiels, Ahmed Mohamed Mahamoud, dit Silanyo ne se représente pas, report du 26 juin 2015, puis de décembre 2016, source, source2, source3, biométrie : sourceb1, sourceb2, source27.3.17, source2, report du 27.3.17 en janvier 17 à cause de la sécheresse, source, report13.12.17, source13.11.17, Alternance de président mais pas de parti : Muse Bihi Abdi (Kulmiye = Parti de la Paix, l’unité et du Développement) 55,19%, Abdirahman Mohamed Abdullahi Irro (mouvement Waddani) 40,73 %, Faisal Ali Warabe (UCID), 4,17 %, participation 80%, source)

21 novembre 2017 : Zimbabwe : démission forcée par l’armée le 21.11.17 de Robert Mugabe au pouvoir depuis 31.12.87 et remplacement par Emmerson Mnangagwa le 24.11.17, source.

23 novembre 2017 : locales/communales + départementales Algérie (Assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux, 1 541 municipalités) et Assemblées populaires de wilaya (APW, 48 assemblées départementales), source1, source2 ; Front de libération nationale (FLN, Bouteflika) 603 (moins 400) 30,56 % sièges APC 35,48 % APW, allié FLN Rassemblement national démocratique (RND, 1er ministre Ahmed Ouyahia) 451 communes (26,21 %  sièges) (+ 100 environ) 527 sièges APW (26,3 %), Front el Moustakbel (Front de l’Avenir, proche pouvoir) 71 communes, Mouvement populaire algérien (MPA, proche du pouvoir) 62 ; opposition : Front des forces socialistes (FFS), 64 communes, islamistes Mouvement de la société pour la paix (MSP) 49 + 152 sièges APW (7,58 %), Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) 37. participation 46,93 % communales et 44,96 % pour  départementales, source)

21 décembre 2017 : Ouganda modification constitution par parlement (315 voix contre 62) : suppression limite 75 ans et ajout limite 2×5 avec remise à zéro du compteur en 2021, source)

10 octobre et 26 décembre 2017 (report 2nd tour du 7 nov) : présidentielle Liberia (tous les 6 ans : oct-nov, source, limitation de nombre mandat 2×6 ans atteinte pour Ellen Johnson-Sirleaf (article 50), 1er tour : George Weah Congrès pour le changement démocratique (CDC) 596 037 = 38,4%, Joseph Boakai (Parti de l’unité) 446 716 = 28,8%, source, report2ndtour, date26dec, 2e tour : George Manneh Weah (CDC) 732,185 = 61.5%, Joseph Nyuma BOAKAI (UP) 457,579 = 38.5%, NEC)


B.    Prévisions 2018 : année électorale (au 8.1.18)

 

Agenda électoral 2018 au 14.1.18 qui sera mis à jour régulièrement sur :

https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#18

 

4 février 2018 : locales/communales Guinée Conakry (reportées de 2015, source, report d’avant 30.6.16, source, source12.16, report du 18.12.16 selon accord12.10.16, source, report de mars-avril 2017, source4.2.17, désignation des chefs de quartier et de district au prorata communales, selon opposition Alpha Condé « nomme des militants zélés de son parti, comme chefs de quartier, chefs de district, maires des communesé » qui servent pour « fraude » électorale, Cellou Dalein Diallo26-5-17)

23 février 2018 : législatives Djibouti (sourceIPU, source23.2)

7 mars 2018 : présidentielle Sierra Leone (report 4 mois / tous les 5 ans : novembre, source, source2) (limitation de mandat 2×5 ans atteinte pour Ernest Bai Koroma)

7 mars 2018 : législatives Sierra Leone (report 4 mois / tous les 5 ans : novembre, source, source2)

7 mars 2018 : locales Sierra Leone (Local Council Elections, reportées de novembre 2016 à pas avant la présidentielle de 2018, même jour que présidentielle et législatives du 7 mars, source, source2)

24 au 26 mars et 24 au 26 avril 2018 : présidentielle Egypte (tous les 4 ans : mai, src, src2)

12 avril 2018 : locales Gambie (sourceIEC)

Avril 2018 ? (au plus tard ?) : législatives Gabon (report de tous les 5 ans : décembre 2016, puis de juillet 2017, source)

Avril 2018 ? : locales / conseillers de cercles et communales partielles Mali (report29.10.17, source, source, report 26.12.17, source)

Avril 2018 ? : régionales Mali (report régionales du 26.4.14  puis d’octobre 2014, puis du 26 ou 28 avril 2015 pour cause insécurité et impossibilité de réviser liste au Nord, puis du 25 octobre 2015, puis du 25.9.16, puis du 26.11.17 source 1, source 2, source3, source25oct15, sourcereportoct15, source report9.16, source20.11, source26.11.17, source26.12.17, report 26.12.17, source)

2018 : locales/zones-districts-municipales Ethiopie (tous les 5 ans, avril ?)

2018 (21 avril ?) ou 2020, 2021 ? : locales/municipales et régionales Côte d’Ivoire (report d’avril 2018, source), retour à avril 2018, source)

2018 ? : sénatoriales Côte d’Ivoire (source)

6 mai 2018 : locales/municipales Tunisie (régions s’ajoutent aux départements et aux communes, report du 30 octobre 2016 source, source2, infosavenir, source26.3.17, report du 26.3.17 source25.7.16, source10.1.17, sourceNov, srce26.11.17, source17.12.17, dossier, du 17.12.17, source, du 25.3.18, report, src060518)

2018 ? (au moins 2 mois après locales ?) : régionales Tunisie (report du 30 octobre 2016 source, source2, infosavenir, source26.3.17, report du 26.3.17 source25.7.16, source10.1.17, source2018?, source, source17.12.17, report du 17.12.17, source, source2moisaprès)

Mai 2018 ? : législatives Guinée Bissau (tous les 4 ans : avril ?, srcmai)

Mai 2018 : Burundi : référendum constitutionnel (passage à 7 mandats de 7 ans avec remise à zéro du compteurs pour que Pierre Nkuruziza fasse 5 mandats et reste jusqu’à 2034 (29 ans de pouvoir), source, sourceMai)

2018 : locales Guinée Equatoriale (avec législatives, tous les 5 ans : mai ?)

2018 : législatives Togo (tous les 5 ans : juillet ?)

2018 ? : locales Togo (report de 2014, 2016, 2017 puis à 2018, avec législatives en juillet 2018 ?, source-juillet2018, source-déc2018, pas de locales depuis 1987 malgré Constitution de 1992, communes dirigées par délégations spéciales nommées par décret présidentiel, exigées par opposition)

2018 : législatives Zimbabwe (tous les 5 ans : juillet ? avant septembre)

2018 : présidentielle Zimbabwe (tous les 5 ans : juillet ?)

2018 : sénatoriales Zimbabwe (tous les 5 ans : juillet ?)

2018 : locales Zimbabwe (avec présidentielle et législatives, 59 districts, tous les 5 ans : juillet ?)

2018 : présidentielle Mali (tous les 5 ans : juillet-août ?)

2018 : législatives Guinée C (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : législatives Rwanda (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : pseudo-législatives Swaziland (tous les 5 ans : septembre ?, mascarade !, partis politiques interdits,, Mswati III au pouvoir depuis 25 avril 1986, boycott PUDEMO, source)

2018 : législatives Cameroun (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : municipales Cameroun (tous les 5 ans : septembre ?)

2018 : présidentielle Cameroun (tous les 7 ans : octobre ?, Paul Biya 86 ans !)

2018 : législatives Sao Tomé-et-Principe (tous les 4 ans : octobre ?)

2018 : locales/municipales et régionales Sao Tomé-et-Principe (avec législatives, tous les 4 ans : octobre ?)

Septembre et novembre 2018 ? : législatives Madagascar (tous les 5 ans : sept-oct-déc, source)

Novembre 2018 ? : présidentielle Madagascar (tous les 5 ans : sept-oct-déc, source)

2018, 2019 ? : provinciales et régionales Madagascar (territoriales au suffrage universel et non suffrage indirect, source1, source2, report de 2017 ?, source)

2018 : législatives Mali (tous les 5 ans : novembre ?)

2018 : législatives Mauritanie (tous les 5 ans : nov-déc ?)

2018 : locales/municipales Mozambique (tous les 5 ans : novembre ?, source)

2018 : locales/municipales Mauritanie (tous les 5 ans : novembre-décembre ?)

2018 ? : locales/villageoises et districts Ile Maurice (130 ? conseils de villages puis indirectement 9 ? conseils de districts, tous les 6 ans ? : décembre ?)

23 décembre 2018 ? : présidentielle Congo Kinshasa (report du 27 novembre 2016, puis de décembre 2017, source, source13.2.15, calendrier, 29 avril 2018 selon accord du 18.10.16 du pseudo dialogue national avec Vital Kamerhe, 12.17 selon accord du 31.12.17, source2, source23-12-18, limitation 2×5 ans atteinte pour Joseph Kabila (PPRD))

23 décembre 2018 ? : législatives Congo Kinshasa (report du 27 novembre 2016, puis de décembre 2017 : source13.2.15, calendrier, 29 avril 2018 selon accord du 18.10.16 du pseudo dialogue national avec Vital Kamerhe, 12.17 selon accord du 31.12.17, source2, source23-12-18)

23 décembre 2018  ? : élections provinciales RDCongo (députés provinciaux) (report du 25 février 2013, et 2013, source1, report 2014 source2, source3, source13.2.15, source, report du 25 octobre 2015, 12.17 selon accord du 31.12.17, source2, possibilité de report de 3 mois ?, source, report de décembre 2017, source23-12-18)

2018 : législatives Tchad (tous les 4 ans : report de février 2015 à 2016, reporté en janvier 2016 à après la présidentielle, pas de date prévue, report sans aucun debat par Déby de 2017 à 2019 le 3.2.17) (source, source2, source3, source1-2019, source2-2019, 2018-180101)

* * *

Elections très incertaines pour 2018, 2019, …

2018 : locales Gabon (tous les 5 ans : décembre ?)

2018 ? : présidentielle Sud Soudan (source report 2017 en mai 2014, source annulation report janvier 2015, 3 ans de plus voté par Assemblée nationale (5+3), report du 30 juin 2015 à 2018  (?) source24.3.15)

2018 ? : législatives Sud Soudan (source report 2017 en mai 2014, source annulation report janvier 2015, 3 ans de plus voté par Assemblée nationale (5+3), report du 30 juin 2015 à 2018  (?) source24.3.15)

Elections probablement reportées en 2019, …

2018, 2019, … : locales/municipales Egypte (report de 2016, 2017-2018, pour après présidentielle mai 2018 ?)

2018, 2019 ? : présidentielle Libye (report avant 23.10.11+22 mois = juin 2013 ?, report 2015)(source dernières infos)

2018-2019 ? : locales Tchad, (report de 2015 avec 1ere fois biométrie ? reporté en janvier 2016 à après la présidentielle, source, reporté en même temps que législatives le 3.2.17 faute d’argent ?, source)

* * *

Notes de bas de page

[1] http://fr.africanews.com/2017/11/29/retrouvailles-tres-chaleureuses-entre-ali-bongo-et-macron-au-sommet-ua-ue-a/

[2] Régis Marzin 18.12.16: mauvaise prévision sur le Gabon et correctes sur RDC et Gambie,

https://regardexcentrique.wordpress.com/2016/12/18/democraties-et-dictatures-en-afrique-bilan-2016-et-perspectives-2017/

[3] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/democratisation-de-lafrique-cartes-de-1989-a-2017-extrait-de-letude-du-27-4-17/#jp-carousel-6201

[4] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/democratisation-de-lafrique-cartes-de-1989-a-2017-extrait-de-letude-du-27-4-17/

[5] R.Marzin, règle : partie 6.5.2 30.3.16 : https://regardexcentrique.wordpress.com/2016/03/30/apres-26-ans-de-democratisation-dictature-et-democratie-bientot-a-lequilibre-en-afrique/, Exceptions partie 3.5 27.4.17 : https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/2016-annee-des-coups-detat-electoraux-en-afrique-et-democratisation-de-lafrique-depuis-1990/#_Toc481083399

[6] Régis Marzin, étude 27 avril 2017 : https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/2016-annee-des-coups-detat-electoraux-en-afrique-et-democratisation-de-lafrique-depuis-1990/#_Toc481083370

[7] MOE-UE rapport final 11.1.18 https://eeas.europa.eu/sites/eeas/files/eu_eom_kenya_2017_final_report.pdf, RMarzin, 19.9.17

https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/09/19/kenya-discordances-entre-technique-electorale-et-discours-politiques-exterieurs/

[8] https://regardexcentrique.wordpress.com/2016/07/05/les-elections-sans-democratie-de-mars-et-avril-2016-en-afrique/

[9] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/09/19/kenya-discordances-entre-technique-electorale-et-discours-politiques-exterieurs/

[10] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/11/27/sommet-union-africaine-union-europeenne-et-qualite-des-processus-electoraux-en-afrique/

[11] Régis Marzin, 21.11.17,  https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#3

[12] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/2016-annee-des-coups-detat-electoraux-en-afrique-et-democratisation-de-lafrique-depuis-1990/#_Toc481083377

[13] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/10/18/2018-annee-des-elections-locales-en-afrique/

[14] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/10/05/limitations-du-nombre-de-mandats-en-afrique-synthese-historique-et-bilan-2017/

Publicités