Aller au contenu principal

Démocraties, dictatures et élections en Afrique : bilan 2021 et perspectives 2022

3 février 2022

Démocraties, dictatures et élections en Afrique : bilan 2021 et perspectives 2022

Après le fort recul de la démocratie entre 2016 et 2019,

2021 une année surprise de léger progrès de la démocratie,

avant une année 2022 complexe mais positive.

Régis Marzin, journaliste et chercheur indépendant, Twitter : @Regis_Marzin

3 février 2022

Télécharger le dossier en version PDF

Actualisation des principaux graphiques et principales cartes

et suite des études de 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021

du 30 mars 2016 : ‘Après 26 ans de démocratisation, dictature et démocratie bientôt à l’équilibre en Afrique

du 27 avril 2017 : 2016 : Année des coups d’Etat électoraux en Afrique, démocratisation de l’Afrique depuis 1990

du 14 janvier 2018 : ‘Démocraties et dictatures en Afrique : bilan 2017 et perspectives 2018,

2017 une année supplémentaire à l’équilibre continental

du 13 février 2019 ‘Démocraties et dictatures en Afrique : bilan 2018 et perspectives 2019

Nouvelle vague d’élections non démocratiques en 2018 après celle de 2016 :

à l’échelle continentale, les dictatures reprennent le dessus,

et l’écart entre Afrique anglophone et francophone se creuse.

du 11 mars 2020 ‘Démocraties, dictatures et élections en Afrique : bilan 2020 et perspectives 2021

Depuis 2016, la démocratie continue de reculer en Afrique en nombre de pays mais pas en quantité de population et cela malgré une très bonne année électorale en 2019

du 29 mai 2021, ‘Démocraties, dictatures et élections en Afrique : bilan 2021 et perspectives 2022,

2020 une année de statu quo après le fort recul de la démocratie entre 2016 et 2019

https://regardexcentrique.wordpress.com/

Sommaire

Introduction. 3

1.       Bilan 2021 : évolution de la nature des régimes politiques. 4

1.1 Changements de régimes et de type de régimes en 2021. 4

1.2 Dictatures de parti politique : arrêt de la diffusion en 2021. 6

1.3 Evolution du classement des régimes en Afrique de 1990 à 2021 (55 pays) 8

1.5 L’avance de l’Afrique anglophone sur l’Afrique francophone en termes de démocratisation. 12

1.51 Un décalage structurel établi depuis 1990 en raison de la persistance des régimes post-coloniaux. 12

1.52 Evolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2021 selon la colonisation. 13

1.53 2021 : le décrochage des ex-colonies françaises de 2018 établi pour durer 14

1.54 Leadership démocratique : Afrique de l’Ouest ou Afrique australe ?. 15

1.6 Limitation du nombre de mandats présidentiels dans les constitutions selon colonisation. 16

1.7 Carte d’Afrique des régimes politiques, des démocraties et dictatures en 2020. 18

2.       Processus électoraux en 2021 : une année à l’équilibre entre absence et présence de démocratie. 19

2.1 Bilan électoral de l’année 2021 : données principales résumées. 19

2.2 Prévisions de la qualité des processus électoraux selon la nature des régimes début 2021. 24

2.3 Alternances en 2021. 26

2.4 Elections en dictature : accalmie dans les inversions de résultats de présidentielles. 28

2.5 Evolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2020. 29

MOE-UE et politique européenne. 29

3. Perspectives 2022 :  entre 17 et 23 scrutins, une large majorité de démocratiques mais beaucoup dans des régimes instables. 31

3.1 Calendrier 2022 : données principales résumées. 31

3.11 Données électorales 2022. 31

3.12 Principaux enjeux politiques autour des élections en 2022. 32

3.2 Prévision de la qualité des processus électoraux en 2022 selon le type de régime en 2021(et 2022) 33

3.3       En 2022, que deviendra l’avance de l’Afrique anglophone au niveau démocratie dans les élections ?  36

Conclusion. 37

ANNEXES. 38

A.        Historique 2021 : année électorale réelle : données plus détaillées. 38

B.         Prévisions 2022 : année électorale et données plus détaillées. 41

Agenda électoral détaillé 2022 au 2.2.22. 44

C.         Rappel : calendrier prévisionnel 2021 des élections de l’étude du 29.5.21. 46

Introduction

En 2021, comment la démocratisation en Afrique peut-elle avancer dans un contexte international si tendu, si défavorable à la démocratie, et alors que personne ne s’y attend ? Tchad, le 20 avril 2021, Mali, le 24 mai, Guinée, le 5 septembre, Soudan, le 25 octobre, Burkina Faso, le 24 janvier 2022, les coups d’Etat militaires se succèdent rapidement et cette succession rapide fait craindre un recul de la démocratie. Pourtant, cette série implique au moins la chute d’un régime dictatorial en Guinée et le début d’une transition potentiellement vers la démocratie au Tchad. Deux ‘régimes de dictatures’ stables disparaissent sans certitudes sur la suite. Deux personnalités accrochées au pouvoir et faisant barrage ne sont plus là, et, une évolution positive est possible dans les deux pays. Au Mali et au Soudan, la probabilité d’une évolution positive est moins forte.

C’est une zone géographique qui est touchée par cette instabilité dans laquelle les anciennes colonies françaises sont nombreuses. Le nombre de pays en instabilité politique et militaire (Mali, Tchad, Centrafrique, Guinée, Tunisie) et le nombre de régimes intermédiaires (Mauritanie) augmentent dans les anciennes colonies françaises. Dans tous ces pays, une évolution positive reste possible à plus ou moins long terme. En attendant, le nombre de démocraties est au plus bas. Dans 20 pays, il ne reste plus que le Sénégal, Madagascar et le Niger fragilisé lui aussi par la guerre.

En 2021, l’écart se creuse entre Afrique anglophone et francophone. Même quand la démocratie est fragile, les institutions sont plus fréquemment plus solides dans les anciennes colonies britanniques. Ainsi, 5 ans après des difficultés électorales de 2016, la Zambie bénéficie d’une double alternance qui prouve le retour à un état démocratique normal. Le Kenya, marqué par un conflit électoral en raison d’un score proche du 50/50 en 2017, tente d’arriver au même retour en 2022. Au Somaliland, un pays qui attire peu l’attention extérieure, n’étant pas reconnu par l’ONU, une démocratisation se fait progressivement et un seuil qualitatif est franchi en 2021 lors d’une alternance au parlement.

L’Ethiopie a bénéficié entre 2018 et 2020, d’avis très optimistes sur une possible transition de retour à la démocratie, alors qu’il n’y avait pas encore assez d’éléments probants concernant l’évolution politique avant des élections. Après la fin de la naïveté et de la propagande, arrivé au stade d’une concrétisation électorale, les conflits passants des élections à la guerre, un château de carte s’est écroulé.

L’hémorragie démocratique de la période 2016-2019 s’est arrêtée en 2020. Les régimes clairement antidémocratiques sont maintenant plus nombreux, de 5 pays de plus que les démocraties en 2020, mais ils reculent un peu en 2021, n’ayant plus que 3 pays de plus. En 2021, les deux dictateurs qui ont chuté ne sont pas des moindres puisqu’ils avaient été récemment choisis à la présidence de l’UA, Idriss Déby en 2016 et Alpha Condé en 2017. Il n’y avait pas eu président de l’UA démocrate depuis Yayi Boni en 2013 et l’arrivée de Macky Sall en 2022 est une rupture de ce point de vue.

En termes de processus électoraux, le bilan de l’année 2021 est équilibré entre processus électoraux démocratiques ou détournés. En 2021, étaient prévus au calendrier des élections dans des pays en sortie de guerre, des pays où la qualité des élections était indispensable pour garantir le maintien de la paix et cela aurait pu apporter du positif, mais cela n’a pas été aussi simple car en Libye et en Somalie, les scrutins ont été reportées à 2022. Les 10 processus électoraux sans démocratie n’ont pas donné lieu à beaucoup de conflits importants, parce que les blocages en amont étaient forts et désespérants dans 6 pays sur 8, le Congo Brazzaville, Djibouti, le Bénin, le Tchad, l’Ethiopie et l’Algérie. L’Afrique passe par un maximum d’élections boycottées avec 6 cas en 2021, dont 4 présidentielles, un maximum depuis 1990 au-dessus des 3 présidentielles de 2009. L’Ouganda s’est démarqué par une forte lutte des démocrates qui a attiré l’attention sur le pays. En Côte d’Ivoire, après l’écrasement de la constitution sur le troisième mandat à la présidentielle de 2020, les législatives ont été de manière surprenante moins conflictuelles et des progrès ont été paradoxalement constatés sur la valeur du processus électoral.

Régis Marzin

Paris, 30 janvier, 3 février 2022

1.     Bilan 2021 : évolution de la nature des régimes politiques

1.1 Changements de régimes et de type de régimes en 2021

Rappel méthodologique : Le classement des régimes issu de l’étude du 30 mars 2016 distingue 3 catégories : « Dictature stable, Transition vers la démocratie, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII), Démocratie. Les critères principaux de classement des régimes sont la manière d’arriver au pouvoir et la manière de conserver le pouvoir, et il se rajoute d’autres critères. La catégorie ‘Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII)’ est aussi la catégorie de tous les régimes qui ne sont pas des Dictatures stables ou des Démocraties. »

Dans ce classement, en 2021, 6 pays ont changé de catégorie, contre 7 en 2019 et 4 en 2020[1], 4 positivement, le Tchad, la Guinée, la Zambie et le Somaliland, et 2 négativement, l’Ethiopie et la Tunisie :

Modif°. EtatPaysEvénements et changementsDates
TCII>Dict.SEthiopieRetour à un nouveau régime stable éloigné de la démocratie visible dans fin de la libéralisation débutée à l’arrivée au pouvoir d’Abiy Ahmed  en 2018 lors de la répression des manifestations de l’opposition Oromo en 2020 par exemple le 29.6.20, dans l’organisation de législatives sans valeur démocratique le 21.06.21 sans doute dans un retour au « parti unique de fait » (le Parti de la prospérité) après le début de la guerre au Tigré le 4.11.2029.06.20 04.11.20 21.06.21
Dict.S>TCIITchadPassage en régime de transition de 18 mois potentiellement vers la démocratie après la mort d’Idriss Déby au front du FACT le 20.4.21, sorte de coup d’Etat d’un Conseil militaire de transition dirigé parle fils d’Idriss Déby, Mahamat Idriss Déby, et nomination d’un gouvernement de transition ouvert aux opposants (UNDR, PLD) le 2.5.21 dirigé par Albert Pahimi Padacké.20.04.21 26.04.21 02.05.21  
Dict.S>TCII (noté en 2021 mais aurait pu être noté en 2022)GuinéeInstabilité suite au 3e mandat et à élection présidentielle du 18.10.20 après un coup d’Etat constitutionnel avec remise à zéro du compteur de mandats, et fin de la dictature d’Alpha Condé lors d’un coup d’Etat mené par le colonel Mamadi Doumbouya le 5.9.21 mise en place du Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD), et passage en régime de transition potentiellement vers la démocratie, libération des prisonniers politiques, nomination d’un Conseil national de transition le 22.1.22.18.10.20 05.09.21 22.01.22
TCII>TCIIMaliCoup d’Etat au Mali le 24.05.21 du vice-président Assimi Goïta contre le Premier ministre, Moctar Ouane, après le 1er coup d’Etat du 18.8.21 contre IBK après des modifications de résultats des législatives du 29.03.20 et 19.04.20.19.04.20 18.08.20 24.05.21
TCII>DémoZambieRetour à un régime démocratique stable et incontesté visible dans une double alternance aux élections du 12.08.21 après un début de dérive autoritaire d’Edgar Lungu entre 2017 et 201912.08.21
TCII>DémoSomalilandNouveau progrès dans processus de démocratisation et seuil qualitatif niveau démocratie atteint lors des élections législatives du 31.5.21 avec alternance au parlement, majorité de l’alliance Waddani (Abdirahman Mohamed Abdullahi) et UCID et cohabitation avec le président Muse Bihi Abdi (Kulmiye) Cependant, seulement 3 partis sont autorisés.31.05.21
Démo>TCIITunisieTrès forte régression démocratie sous présidence de Kaïs Saied élu le 13.10.19 après conflit avec le parlement : sorte de coup d’Etat le 25.07.22 : limogeage du  gouvernement Mechichi, suspension de l’assemblée, formation d’un nouveau gouvernement le 29.9.21 responsable devant lui et décision de gouverner par décrets. Début de répression et risque de régression vers régime dictatorial stable.13.10.19 25.07.22 29.09.21

Après un fort recul du nombre de démocraties entre 2016 et 2019, après un arrêt de la dégradation en 2020, la tendance est de nouveau positive en 2021, avec d’un côté la défaillance de la Tunisie et de l’autre côté un retour à la normale en Zambie et des progrès au Somaliland qui passe le cap d’une alternance parlementaire. Dans ce pays, la démocratie reste encore fragile : selon ICG, « les forces de sécurité ont harcelé et détenu certains candidats de l’opposition pendant la campagne », « la plupart des résultats reflétaient les loyautés claniques traditionnelles », il manque de « l’inclusion politique des clans non-Isaaq », il n’y a que 3 partis autorisés et il n’y a plus de femmes au parlement. La présidentielle attendue fin 2022 confirmera ou non le seuil atteint dans la démocratisation.

Il est simple de dire que la Tunisie n’est plus dans un état démocratique depuis la suspension du parlement par le président Kaïs Saïed en juillet 2021. D’un côté, il y a un coup d’état constitutionnel, une répression qui augmente selon HRW, allant jusqu’à toucher des journalistes en janvier 2022, et, de l’autre, il y a un certain soutien populaire du président. Un projet de modification constitutionnelle est en cours. Il se constate aussi une implication internationale pour défendre les acquis démocratiques. Cela ne semble pas encore une dictatorisation classique comme aux Comores ou au Bénin après 2016, mais les éléments qui pourraient permettre un rétablissement d’un régime démocratique ne sont pas bien visibles.

L’Ethiopie a bénéficié entre 2018 et 2020, d’avis très optimistes sur une possible transition de retour à la démocratie grâce au nouveau Premier ministre Abiy Ahmed, alors qu’il n’y avait pas encore assez d’éléments probants concernant l’évolution politique avant des élections. Il fallait encore passer l’étape des élections dans chaque province et au niveau du parlement fédéral. Comme cela était redouté, les identités ethniques ont repris le dessus dans la vie politique. La répression des manifestations de l’opposition Oromo en 2020 par exemple le 29.6.20 a signifié la fin des progrès au niveau Etat de droit. Les élections de l’Etat de Tigré le9 septembre 2020 sans l’accord du gouvernement sont à l’origine d’un conflit militaire à partir du 4 novembre 2020. Le géant aux pieds d’argiles africain a commencé à s’écrouler. Les élections fédérales du 21 juin 2021ont été organisées dans un climat de guerre et de répression et au final, le Parti de la prospérité est sans doute devenu un nouveau  « parti unique de fait »  à la place de l’EPRDF.

Le coup d’Etat du Mali de 2020 est le premier depuis 2013. Pour la première fois, l’Afrique venait de passer six ans sans coup d’Etat. Malheureusement, l’année 2021 est très marquée par le retour des coups d’Etat militaires, Tchad, le 20 avril, Mali, le 24 mai, Guinée, le 5 septembre, Soudan, le 25 octobre, sans compter le Burkina Faso, le 24 janvier 2022. Celui du Tchad à la mort d’Idriss Déby, par son fils Mahamat, n’a pas été considéré internationalement comme un coup d’Etat et n’a pas été sanctionné. Le président français Emmanuel Macron s’est lui-même impliqué sur un compromis entre prise de pouvoir d’une junte dirigée par Mahamat Déby et le début d’une transition potentielle vers la démocratie. Le parti présidentiel MPS a périclité après la mort de son chef. L’opposition politique a pris une place beaucoup plus importante, se divisant en plusieurs courants. D’une manière très différente, un autre coup d’Etat, en Guinée, correspond à la chute d’un dictateur et au début d’un transition potentielle vers la démocratie. Une fois les présidents faisant barrage exclus, une évolution positive est possible au Tchad et en Guinée. Au Mali, où deux coups d’Etat sont surtout lié à la guerre au Nord, un retour à l’ordre constitutionnel semble plus difficile. Au Soudan, les militaires sont intégrés au processus de transition vers la démocratie alors qu’ils ne semblent pas accepter l’idée de la démocratie. Seules les pressions de la rue et des diplomates internationaux jouant sur les aides financières semblent les retenir. 

Trois changements de type de régime sur 6 ont eu lieu dans les ex-colonies françaises et deux dans les ex-colonies britanniques. Les évolutions sont réparties dans toutes les régions de l’Afrique.

ColonisationRégionPositif – DémocratisationNégatif – Dictatorisation
FrançaiseOuestGuinée 
 Australe  
 CentreTchad 
 Nord Tunisie
BritanniqueEstSomaliland 
 AustraleZambie 
AutresEst Ethiopie

La régression ponctuelle de l’Afrique australe en 2018 et 2019 (Malawi, Comores, Zambie) s’arrête en 2020 et le Malawi et la Zambie sont maintenant revenu à un régime démocratique. L’année 2021 a été une année de lutte intense des démocrates en eSwatini mais le régime de monarchie archaïque a survécu aux manifestations.

1.2 Dictatures de parti politique : arrêt de la diffusion en 2021

Evolution du nombre de dictature de parti depuis la fin du monopartisme en Afrique vers 1990-1991

PaysPériode(s)Partis
Algérie1962-1992+ 1999-Front de libération nationale (FLN)
Tanzanie1962Chama cha Mapinduzi (CCM)
Mozambique1975Front de libération du Mozambique (Frelimo)
Ethiopie1992-2018 (fin)Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (FDRPE)
Angola2017 (1979) –Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA)
Zimbabwe2018 (1980) –Union nationale africaine du Zimbabwe – Front patriotique (ZANU-PF)
Mauritanie2019 (2009)-2021(fin)Union pour la République (UPR)
Burundi2020 (2006) –Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD)

Données du début des années 90 sans considérer la fin des partis uniques

Rappel : Dans une dictature de parti, le pouvoir se répartit sur un système d’acteurs à l’intérieur du parti au pouvoir au lieu de se concentrer sur un homme, une famille et un clan réduit autour. Les alternances de chef de l’Etat se font sans démocratisation, même si l’installation dans une dictature avec alternance à long terme peut se faire avec des progrès sur des points secondaires sur les processus électoraux et l’Etat de droit, qui n’affectent pas la solidité du régime et l’impossibilité d’alternance de parti. Le nombre de dictature de parti est aussi indirectement lié au nombre de de pays avec une limitation du nombre de mandats qui reste stable à 39 depuis 2019. Depuis 2017, la menace d’une multiplication des dictatures des partis reste forte après la montée de 4 à 7 du nombre de ces dictatures. Il reste 18 anciens partis uniques des années 80 au pouvoir, dont très peu de démocratisés, seuls 5 étant revenus au pouvoir de manière démocratique. Les dictatures de parti sont sans doute plus stables que les dictatures de personne et constitue un danger d’autant plus fort.

La phase de recul de la démocratie de 2016-2019 s’accompagne d’une phase d’augmentation du nombre de dictatures de partis politiques. Non seulement, cette phase s’arrête en 2021, mais l’évolution régresse grâce à la Mauritanie. En effet, en Mauritanie, la succession de Mohamed Ould Abdel Aziz par Mohamed Ahmed El-Ghazouani en 2019 prend d’abord l’apparence d’un passage en dictature de parti, mais Aziz quitte UPR en 2020 et va dans un autre parti le Ribat National le 10.4.21. Il est poursuivi par la justice au point d’être emprisonné le 22 juin 2021 pour des faits de corruption et de détournements de biens publics pointés dans un rapport d’enquête parlementaire. L’état de droit progresse dans le même temps. L’UPR de Ghazouani n’est pas l’UPR d’Aziz et une démocratisation réelle apparaît finalement derrière la succession, même si l’évolution positive reste à confirmer par la suite lors de ne nouveaux processus électoraux.

Bilan historique des dictatures de parti politique en Afrique depuis 1990

(sans la fin des partis uniques)

PaysPériode(s)PartisListe des présidents ou chefs de gouvernements
Algérie1962-1992 1999-2019 2020-  Front de libération nationale (FLN) de manière complexe et diminuante. Egalement une dictature militaire Parti unique de 1962 à 1991. Au pouvoir entre 1962 et 1992, puis exclu du pouvoir pendant guerre civile 92-99, puis de retour au pouvoir avec alliés RND et MSP sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika. Très affaibli à partir de 2019. Limitation 2×5 1996 à 2008 et >2016.1962-1965 : Ahmed Ben Bella 1965-1978 : Houari Boumédiène 1978-1992 : Chadli Bendjedid 1992 : Mohamed Boudiaf HCE et militaires : 92-94+94-98 : 1992-1993 : Haut Comité d’État : Ali Kafi 1994-1998 : g.al Liamine Zeroual sans FLN FLN et alliés (sauf présidentielle 2004) : 1999-2018 : Abdelaziz Bouteflika 2019 : Abdelkader Bensalah, + armée Ahmed Gaïd Salah 2020 … : Abdelmadjid Tebboune
Tanzanie1962–  Chama cha Mapinduzi (CCM) 1962-1977 : Union nationale africaine du Tanganyika (Tanganyika African National Union, TANU) Parti unique de 1962 à 1992 Limitation 2x5ans depuis 1984.1964-1985 : Julius Nyerere 1985-1995 : Ali Hassan Mwinyi 1995-2005 : Benjamin Mkapa 2005-2015 : Jakaya Kikwete 2015-2021 : John Magufuli 2021…      : Samia Suluhu Hassan
Mozambique1975Front de libération du Mozambique (Frelimo) Parti unique de 1975 à 1992. Limitation 2x5ans depuis 2004.1975-1986 : Samora Machel 1986-2004 : Joaquim Chissano 2005-2014 : Armando Guebuza 2014…      : Filipe Nyusi
Angola1979-2017 2017Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) Parti unique de 1975 à 1991. Limitation 2x5ans depuis 2010.1979-2017 : José Eduardo dos Santos 2017…      : João Lourenço
Zimbabwe1980-2017 2018–  Union nationale africaine du Zimbabwe – Front patriotique (ZANU-PF) ZANU entre 1963 et 1987. Parti unique de fait entre 1990 et 2000 Limitation 2x5ans depuis 2013.1980-2017 : Robert Mugabe (de 1980 à 1987 : premier ministre) 2017- …    : Emmerson Mnangagwa
Burundi2006-2019 2020Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD) Créé en 1994, groupe armée de la guerre civile de 1993 à 2005 devenu parti politique en 20052006-2019 : Pierre Nkurunziza 2020-…     : Évariste Ndayishimiye

Anciennes dictatures de partis disparues :

Ethiopie Terminée en 20191992-2018 2019 : FinFront démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (FDRPE) Coalition autour du TPLF. Opposant au Parti unique sous Mengistu. Parti (coalition) unique de fait entre 2010 et 2018. Très affaibli en 2018-2019. Dissout le 25.12.19. Pas de limite de mandat pour 1er min.Premiers ministres : 1994-2012 : Meles Zenawi 2012-2018 : Haile Mariam Dessalegn 2018-2019 : Abiy Ahmed (2.4.18)   NB : 2020 : Abiy Ahmed hors FDRPE
Mauritanie Terminée en 20212009-2019 2019-2021Union pour la République (UPR) Créé en 2009 pour présidentielle 2009 après coup d’Etat militaire de 2008. Limitation 2x5ans depuis 2006.2008-2019 : Mohamed Ould Abdel Aziz 2019-2020 : Mohamed Ahmed El-Ghazouani Aziz quitte UPR en 2020 et va dans un autre parti le Ribat National le 10.4.21

Rappel : Dans les 4 premiers pays concernés par les dictatures de parti, les partis sont soit deux anciens partis uniques datant des indépendances (Algérie, Tanzanie), soit deux partis sortis dominants de guerre d’indépendance suivi de guerre civile (Mozambique) ou de guerre civile (Ethiopie). Le CCM de Tanzanie et le Frelimo en Mozambique sont les deux modèles de parti en dictature de parti basée sur des alternances de président causées par une limitation à deux mandats. A partir de 2017, apparaît en Angola une nouvelle sorte de parti de dictature de parti, basé sur la transmission du pouvoir d’un chef d’Etat ayant établi une dictature personnelle à un successeur dans son parti. La conséquence est une transformation d’une dictature de personne en dictature de parti avec limite de deux mandats de 5 ans. Cependant, le MPLA en Angola est aussi un ancien parti unique. Au moment de la transformation du régime lors du départ du dirigeant historique, en Angola, le régime s’assouplit, se libéralise mais n’est a priori pas prêt d’accepter de perdre le pouvoir. Au Zimbabwe, le parti au pouvoir fait semblant de s’assouplir mais remontre aussitôt son contrôle de la vie politique dès la première élection. En 2020, au Burundi, le niveau de répression et de dictature diminue peut-être un peu mais reste très élevé.

1.3 Evolution du classement des régimes en Afrique de 1990 à 2021 (55 pays)

Les paliers ‘hauts’ sont facilement compréhensibles : quand il ne reste que des régimes dictatoriaux très solides, aucune démocratisation ne survient. Il pourrait alors y avoir des paliers ‘bas’ : s’il ne reste que des régimes démocratiques très solides, aucune dictatorisation ne survient. A priori non, car il est en général plus facile de détruire et de figer dans le simplifié que de construire. Pourtant après un minimum de démocraties à 18 entre 2009 et 2012, il y a un nouveau minimum à 19 en 2019 et 2020. Après 3 années consécutives d’équilibre, 22/22 en 2015, 23/23 en 2016, 22/22 en 2017, en 2018 les dictatures stables dominent les démocraties à 24 contre 20, puis en 2019 et 2020 à 24 contre 19. La tendance finit par s’inverser en 2021 à 23 contre 20.

Année1990199119921993199419951996199719981999
Delta ‘N démocraties – N Dictatures S’ / année précédente 65241-1-3-21
N dictatures – N démocraties38262119151415182019
20002001200220032004200520062007200820092010201120122013201415161718192021
4225-1050-1-2-14-10-1000-4-102
1513116772235623340004553

Delta ‘Nombre démocraties – Nombre dictatures stables’ / année précédente

L’année 2018, la pire année pour le processus de démocratisation de l’Afrique, s’éloigne.

Quantité de population (millions) selon régime en 2015, 2016, 2017, 2018, 2020, 2021

Population des pays changeant de catégorie en Millions d’habitants (chiffre de mars 2016 non mis à jour) :

  • en 2020 : TCII>DS Algérie 39,5, DS>TCII Mauritanie 3,6, TCII>Dé  Malawi 18,0, Dé>TCII Mali 17,0
  • en 2021 : DS>TCII Tchad 11,6 + Guinée 11,8, TCII>DS Ethiopie 99,5, Dé>TCII Tunisie 11,0, TCII>Dé Zambie 15,0 + Somaliland 3,5

Au niveau quantité de population, en 2021, la régression de l’Ethiopie renvoie plus de 100 Ms de personnes en régime dictatorial (115 Ms en 2020). Les autres pays sont moins peuplés. La quantité de population en démocratie reste stable, un tiers.

1.4 Evolution du classement des régimes en Afrique de 1990 à 2021 et régimes intermédiaires (Tcii)

Classement et évolution dans le classement des régimes en 2021 avec détails des régimes en Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII).

Les pays changeant de catégories sont notés en gras.

Dictatures stables 23 au lieu 24 +1-2  Erythrée, Guinée Equatoriale, Zimbabwe, Congo Brazzaville, Cameroun, Swaziland, Ouganda, Djibouti, Togo, Gabon, Angola, Egypte, Algérie, Tanzanie, Mozambique, Burundi, Côte-d’Ivoire (2016), Rwanda (1994 suite génocide, 2003 Kagamé élu, 2017 3e mandat), RDCongo (2018 processus électoral de dictature), Maroc (1999 Mohammed VI, 2011 démocratisation, 2018 répression), Bénin (2018-2019 répression opposition + législatives), Comores (2018-2019 dictatorisation + présidentielle), Algérie (2019 chute Bouteflika, 2020 répression), Ethiopie (2021 guerre et élections),  
Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII) 12 au lieu 12 +2-1+1-2  Guerre et suite de guerre : Guerre (dont guerre en Etat failli) : Somalie (1991 guerre, 2000 parlement exil, 2012 Sheikh Mohamud), Libye (2011 guerre Etat failli), Suite guerre en Etat failli (dont en transition démocratique) :Soudan du Sud (2005 suite guerre, 2010 Kiir, 2011 indépendance), Centrafrique (2013 suite guerre Etat failli, 2014 transition, 2016 Touadéra) NB : En 2017, ces 2 Etats, Sud Soudan et RCA, sont à la limite de la guerre active et il y a peu de différence entre guerre et suite de guerre. Suite guerre hors Etat failli (dont suite indépendance) : – Suite génocide : –   Instabilité de gouvernement (dont suite coup d’Etat) et/ou contestation populaire : Guinée Bissau (2009 instabilité), Mali (2020 coup d’Etat),   Indéterminé : –   Transition de dictature vers démocratie :Soudan (2019 chute El-Beshir et transition), Mauritanie (2020 éloignement du système d’Aziz), Tchad (2021 mort I.Déby), Guinée C (2021 coup d’Etat),   Dictatorisation, chute de l’Etat de droit : Kenya (2017 conflit électoral, 2018 soutien Kabila, 2019 baisse état de droit), Tunisie (2021 coup d’Etat constitutionnel),
Démocraties 20 au lieu 19 -1+2Botswana, Ile Maurice, Cap Vert, Sao Tomé-et-Principe, Afrique du Sud, Namibie, Malawi, Lesotho, Sénégal, Nigéria, Ghana, Sierra Leone, Libéria, Seychelles, Madagascar, Burkina Faso (2016), Gambie (2018 transition vers la démocratie réussie), Niger (2019 fin répression de 2018), Malawi (2020 élection contestée refaite), Zambie (2021 alternance et fin dérive 2017-19), Somaliland (2021 alternance parlement),

Les dictatures stables ou ‘dictature africaine contemporaine’ se divisent en plusieurs sous-catégories : en premier lieu des régimes issus des partis uniques des années 80 qui n’ont pas accepté le principe de la démocratie (Guinée Equatoriale, Congo Brazzaville (avec guerre en 1997), Cameroun, Ouganda, Djibouti, Togo, Gabon (7 sur 23 en 2021)), des régimes militaires récents issus de coup d‘Etat (Egypte), des régimes issus d’une victoire militaire dans une guerre (Côte-d’Ivoire, Rwanda), des régimes issus de victoire électorale démocratique évoluant dans une grave régression des libertés, de l’État de droit et un passage à des processus électoraux sans démocratie, une régression qui peut aussi être nommée ‘dictatorisation’ (Bénin depuis 2018-2019 avec législatives, Comores depuis 2018-2019 avec présidentielle), des dictatures de partis politiques (trois historiques Algérie, Tanzanie, Mozambique, et plus récemment Zimbabwe, Angola, Burundi), une monarchie constitutionnelle (Maroc), une monarchie absolue traditionnelle (eSwatini), un régime totalitaire sans élection (issue de guerre) (Erythrée) et, enfin, un régime original mixte entre issu de guerre et installé par processus électoral de dictature (RDC en 2019). Les derniers régimes issus des régimes militaires des années 80 ont disparu (Burkina Faso).


Evolution du classement régimes en Afrique de 1990 à 2020 avec détails des régimes intermédiaires (Tcii)

Comme en 2020, en 2021, l’analyse des régimes intermédiaires permet d’entrevoir des espoirs de progrès démocratiques concernant des pays classés en « transition vers la démocratie » mais les pays changent par rapport à l’années précédente. Les espoirs aux plus courts termes de « transitions vers la démocratie » abouties se reportent du Soudan vers le Tchad et la Guinée. Au Mali, le régime militaire semble vouloir s’incruster.

En Mauritanie, un pays pas reconnu internationalement comme étant en « transition » mais étant actuellement considéré comme « en transition dans cette étude », il faudra attendre des législatives en 2023 pour juger de la poursuite de l’évolution.

Dans des Etats faillis ou faibles subissant ou ayant subi des guerres, Somalie, Libye, Soudan du Sud, Centrafrique, une démocratie fiable est un élément important d’une solution de maintien de la paix et les évolutions sont lentes. En Centrafrique, un conflit de plus basse intensité perdure, et, avec une qualité des élections fin 2020 et début 2021 moyenne, une certaine démocratie continue de se consolider faiblement. En Somalie, la fin des élections prévues en 2021 est actuellement reportée à fin février 2022 après un conflit entre le président et le Premier ministre sur l’organisation. En Libye, les élections, longtemps fixées au 24 décembre 2021 sont une nouvelle fois reportées.

L’attention internationale se déplace en 2021 de la Libye vers les pays qui viennent de connaître des coups d’Etat, et la CEDEAO est très visible au Mali et en Guinée.

Entre UE et UA, l’accord de Cotonou qui devait initialement expirer en février 2020 voit « ses dispositions prorogées jusqu’au 30 novembre 2021 ». Un accord post-Cotonou est « paraphé le 15 avril 2021 ». Il attend depuis une ratification. Il est toujours aussi difficile de savoir si l’Ue va vers un engagement ou un désengagement, ou juste une gestion pragmatique au cas par cas. La Libye et le Sahel restent très présents dans les préoccupations européennes.

1.5 L’avance de l’Afrique anglophone sur l’Afrique francophone en termes de démocratisation

1.51 Un décalage structurel établi depuis 1990 en raison de la persistance des régimes post-coloniaux

Le décalage structurel entre l’Afrique francophone et l’Afrique anglophone s’observe facilement dans l’état des lieux des pays sans aucune alternance depuis 30 ans et plus.

Au Tchad, la mort d’Idriss Déby ayant été suivie d’un placement de son fils Mahamat à la tête d’une junte pendant une transition potentielle vers la démocratie, il est difficile de savoir la probabilité pour que cela conduise à une sorte de succession monarchique comme au Togo en 2005 ou au Gabon en 2009. Dans le graphe ci-dessous, il est considéré qu’il n’y a pas de succession de père en fils au-delà d’une période transitionnelle. A ce stade, le Tchad disparait du noyau dur des dictatures accumulant le plus d’années sans alternance.

Noyau dur des 8 dictatures en Afrique sans alternance depuis 1990 (sur 23 dictatures stables)

Cumul des années sans alternance de président (et famille) et de parti au pouvoir fin 2021 (5.7)

A partir de 2021, le noyau dur des dictatures sans alternance contient toujours une ex-colonie britannique, une ex-colonie italienne, une ex-colonie espagnole, et 5 ex-colonies françaises, les 5 ancienne colonies françaises occupant les 5 premières places du classement.

Population des Etats selon arrivée au pouvoir des chefs d’Etat ou de leur famille,

En Millions, 52 payssans 2 monarchies, Populations de 2016

Comme en 2019 et 2020, en 2021, parmi les populations concernées par les absences d’alternance de pouvoir, en nombre, seule la population ougandaise (Museveni depuis 1986) se remarque aux milieux des populations des ex-colonies françaises, Togo et Gabon (famille depuis 1967), Djibouti (famille depuis 1977), Congo B (Sassou depuis 1979), Cameroun (Biya depuis 1982), Tchad (famille Déby depuis 1990, 1990 laissée dans le graphe ci-dessus) et une ex-colonie espagnole, la Guinée équatoriale (Nguéma depuis 1979).

1.52 Evolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2021 selon la colonisation

(française, britannique ou autres)

Du point de vue de la qualité des processus électoraux, l’année 2021 reste assez représentative de la forte avance des anciennes colonies britanniques sur les anciennes colonies françaises en termes de qualité démocratique. Parmi les 10 processus électoraux correctes, 4 se situent dans les anciennes colonies britanniques et 3 dans les anciennes colonies françaises. Parmi les 10 processus électoraux non démocratiques, 2 se situent dans les anciennes colonies britanniques, 6 dans les anciennes colonies françaises et 2 ailleurs, dans 2 en Ethiopie jamais colonisée.

Bilan de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2021 selon la colonisation

Nombre de processus électorauxColonisation françaiseColonisation britanniqueAutre : Colonisation It + Be + Pt + Es + Afr. Sud ou sansTotal
Elections : correctes84 (+3)146 (+4)53 (+3)283 (+10)
Elections : douteuses8 (+1)10 (idem)6 (idem)24 (+1)
Elections : Mascarades en TCII20 (+1)2 (idem)22 (idem)44 (+1)
Elections : Mascarades en dictature131 (+5)82 (+2)59 (+2)272 (+9)
 Total243 (+10)240 (+6)140 (+5)623 (+21)

Dans le bilan depuis début 1990, l’avance des anciennes colonies britanniques augmentent encore un peu en 2021 comme en 2020. C’est d’abord l’Afrique anglophone qui est en avance sur le reste de l’Afrique car les chiffres des anciennes colonies françaises et des autres colonisations sont comparables.

Bilan de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2021 selon la colonisation

Nombre de processus électoraux et pourcentage pour chaque qualitéColonisation françaiseColonisation britanniqueAutre : Colonisation It + Be + Pt + Es + Afr. Sud ou sansTotal
Elections : correctes84   – 34,57%146 – 60,83%53   – 37,86%283 – 45,43%
Elections : douteuses8     – 03,29%10   – 04,17%6     – 04,29%24   – 03,85%
Elections : mascarades en TCII20   – 08,23%2     – 00,83%22   – 15,71%44   – 07,06%
Elections : mascarades en dictature131 – 53,91%82   – 34,17%59   – 42,14%272 – 43,66%
Total243 – 100%240 – 100%140 – 100%623 – 100%

Depuis 1990, les élections non démocratiques sont beaucoup plus nombreuses dans les ex-colonies françaises que dans les ex-colonies britanniques : 151 (131 en dictature stable + 20 en TCII) contre 84 (82+2) (en 2020 : 146 contre 82). Inversement, les élections démocratiques correctes sont plus nombreuses dans les ex-colonies britanniques que dans les ex-colonies françaises : 146 contre 84 (en 2020 : 142 contre 81). Le taux d’élections correctes est de 60, 83% (60,68% fin 2020, 60,44% fin 2019) dans les ex-colonies britanniques et de 34,57% (34,61% fin 2020, 34,97% fin 2019) dans les ex-colonies françaises. Le taux d’élections non démocratiques en dictature stable (mascarades sur graphe) est de 4,17% (34,19% fin 2020, 34,22% fin 2019) dans les ex-colonies britanniques et de 53,9% (53,85% fin 2020, 53,36% fin 2019) dans les ex-colonies françaises. Alors que le processus de démocratisation continental est bloqué depuis 2005, l’expérience démocratique continue constamment à s’accumuler plus vite dans la partie anglophone de l’Afrique que dans la partie francophone[2].

Evolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2021 selon la colonisation : française, britannique, ou autre : Italie + Belgique + Portugal + Espagne + Afrique du Sud et sans colonisation (8.12)

623 élections incluant 46 élections du président ou 1er ministre par le parlement

C’est depuis 2002 qu’une avance démocratique s’accumule côté francophone. Cela fait donc 19 ans que la qualité moyenne des processus électoraux est plus élevée en Afrique anglophone.

1.53 2021 : le décrochage des ex-colonies françaises de 2018 établi pour durer

Rappel : Depuis la création du Sud Soudan, il y a 20 ex-colonies britanniques et 20 ex-colonies anglaises (sans la Namibie comptée comme colonisée par l’Afrique du Sud). La comparaison est ainsi facilitée.

Dictatures stables selon la colonisation de 1988 à 2020

Dans les anciennes colonies françaises, les chutes d’Alpha Condé en Guinée et d’Idriss Déby au Tchad sont les éléments les plus visibles en 2021.

Démocraties selon la colonisation de 1988 à 2020

En 2021, l’écart se creuse entre Afrique anglophone et francophone. Comme en 2020 avec le retour du Malawi, l’année 2021 est favorable aux anciennes colonies britanniques avec le retour de la Zambie dans une situation démocratique normale et un seuil franchi dans la démocratisation du Somaliland. Même quand la démocratie est fragile, les institutions sont plus fréquemment plus solides dans les anciennes colonies britanniques. Ainsi, 5 ans après des difficultés électorales de 2016, la Zambie bénéficie d’une double alternance qui prouve le retour à un état démocratique normal. Le Kenya, marqué par un conflit électoral en raison d’un score proche du 50/50 en 2017, tente de faire d’arriver au même retour en 2022. Au Somaliland, un pays qui attire peu l’attention extérieure, n’étant pas reconnu par l’ONU, une démocratisation se fait progressivement et un seuil qualitatif est franchi en 2021 lors d’une alternance au parlement.

Depuis 2018, la situation niveau démocratisation-dictatorisation se dégrade côté ex-colonies françaises seulement. La guerre contre les djihadistes au Sahel touche surtout des anciennes colonies françaises. Le nombre de pays en instabilité politique et militaire (Mali, Tchad, Centrafrique, Guinée, Tunisie) et le nombre de régimes intermédiaires (Mauritanie) augmentent dans les anciennes colonies françaises. Dans tous ces pays, une évolution positive reste possible à plus ou moins long terme. En attendant, le nombre de démocratie es au plus bas. Dans 20 pays, il ne reste plus que le Sénégal, Madagascar, le Niger fragilisé lui aussi par la guerre et le Burkina Faso jusqu’en janvier 2022 seulement.

1.54 Leadership démocratique : Afrique de l’Ouest ou Afrique australe ?

NB : Le classement des pays dans des zones géographiques est contestable : les Comores sont classées en Afrique australe alors que ce sont surtout des îles séparées de l’Afrique par la mer. Le Kenya, en difficulté en 2017, est classé en Afrique de l’Est alors que son histoire le lie beaucoup à l’Afrique australe. L’Afrique de l’Ouest plus francophone compte 15 pays et l’Afrique australe plus anglophone 14, ce qui rend la comparaison entre les 2 régions possible.

La phase de conflits électoraux et de durcissement autoritaires se terminant au Malawi et en Zambie, en 2021, l’Afrique australe (9/14) se rétablit en nombre de démocraties à égalité avec l’Afrique de l’Ouest (9/15). Par contre, après la chute d’Alpha Condé, l’Afrique de l’Ouest conserve un avantage en nombre de dictatures avec seulement 3 sur 15 contre 5 sur 14 en Afrique australe.

Nombre de démocraties par région de 1988 à 2021

Pourcentage de démocraties par région de 1990 à 2021

Depuis 2001, l’Afrique australe et l’Afrique de l’Ouest sont proches en pourcentage de démocraties et empruntent des trajectoires parallèles malgré de multiples soubresauts. Dans les 2 régions, des régimes dictatoriaux solides empêchent de nouveau progrès, Togo d’un côté (Côte d’Ivoire et Bénin sans doute moins solides) et Zimbabwe, Mozambique, Angola, de l’autre (Comores en plus moins solide, eSwatini qui traverse en 2021 une période de manifestations pro-démocratie). Dans les années à venir, l’Afrique de l’Ouest a plus de chance de progrès grâce aux régimes intermédiaires actuellement en Guinée Bissau, au Mali et en Guinée.

1.6 Limitation du nombre de mandats présidentiels dans les constitutions selon colonisation

Limitation du nombre de mandats présidentiels dans les constitutions : comparaison ex-colonies françaises et britanniques

Evolution du nombre de limites du nombre de mandats présidentiels dans les constitutions en Afrique de 1987 à 2019 par type de régime en 2020

Attention ! Graphique trompeur : le type de régime chaque année n’est pas celui de l’année mais celui de 2020.

Rappel : L’actualité forte sur les limitations du nombre de mandats s’est calmée en 2020 (cf bilan sur dossier R.Marzin, 2017). En 2019, au Togo une limite 2×5 avait été ajoutée avec remise à zéro compteur, en Algérie, Abdelaziz Bouteflika a chuté près sa remise à 1 du compteur de mandats, au Soudan, Omar El-Beshir est tombé le 11.4.19 en raison de sa tentative de suppression de la limitation, en Egypte, Abdel Fattah al-Sissi a modifié la limite 2×4 en 2×6 avec mise à 1 du compteur par des par référendum, en Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a abandonné son idée de briguer un 3e mandat, en Guinée, Alpha Condé a envisagé de modifier la constitution.

En 2020, Alpha Condé, pour imposer son troisième mandat, a fait passer la longueur des mandats à 6 ans au lieu de 5 en gardant la limite dans l’Article 40, et a remis à zéro son compteur de mandats. Après le cas de l’Egypte en 2019, c’est la deuxième fois dans l’histoire de l’Afrique qu’un président se permet de faire cela sans passer d’une constitution sans limite à une constitution avec limite. La mobilisation contre la modification de la constitution a été intense : une dizaine de morts lors de manifestations en octobre 2019, une trentaine de morts en 2020, et sans doute « 140 morts depuis 2014 ». Ces deux cas forment un comble de l’appropriation de la constitution dans un but personnel et dans une certaine ‘provocation’ de la population. Dans le 1er cas, en Egypte, la dictature est la plus forte d’Afrique et dans le 2nd cas, il s’agit d’une dictature récente, que la population refuse de voir s’installer durablement. Le coup d’Etat constitutionnel correspond à une forte montée du niveau de dictature. Le coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamadi Doumbouya le 5 septembre 2021 est donc ensuite un aboutissement logique de l’histoire qui s’est tendue sur la question du nombre de mandats. Dans cette histoire, une alliance s’est mise en place entre Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, Faure Gnassingbé au Togo et Alpha Condé en Guinée. Alassane Ouattara a particulièrement semé la confusion dans la CEDEAO sur les compteurs de mandats, et la possibilité de les remettre à 0 ou 1, alors que cela contredit tous les principes démocratiques défendus sur la base du respect des constitutions comme garantie contre l’abus de pouvoir personnel.

Rappel : Les conflits concernent particulièrement le compteur de mandats, que des dictateurs remettent à zéro (plus rarement à 1) contre l’opinion populaire majoritaire. Le rapport de force qui se crée alors, reflète le fonctionnement de régime en question : il peut y avoir une mobilisation forte et une répression forte ou une population qui craint la répression et évite alors les manifestations. Les remises à zéro de compteurs lors d’ajout de limite se font surtout dans les ex-colonies françaises. Le respect des constitutions considérées comme des garanties contre les abus de pouvoirs personnels est un facteur de distinction des démocraties au même titre que la séparation des pouvoirs. Au contraire, la remise à zéro – dans quelques rares cas à 1 – du compteur de mandats est devenu un critère pour classer des régimes en dictature, car il reflète la volonté de s’approprier une constitution pour des intérêts personnels à la manière désormais caractéristique des régimes non démocratiques.

1.7 Carte d’Afrique des régimes politiques, des démocraties et dictatures en 2020

Pour comprendre cette carte, voir aussi sur le blog R*E 

le diaporama de l’évolution des régimes de 1989 à 2021[3]

Cette carte, qui reprend les données du paragraphe 1.1, s’analyse par contraste avec la carte de 2020 dans l’étude du 29 mai 2021[4], et avant avec la carte de 2019 dans l’étude du 11 mars 2020[5], et avant avec la carte de 2018 dans l’étude du 13 février 2019[6], et avant avec la carte de 2017 dans l’étude du 14 janvier 2018[7] et encore avant avec la dernière carte de la série de 1990 à 2016 dans l’étude du 27 avril 2017[8].

2.     Processus électoraux en 2021 : une année à l’équilibre entre absence et présence de démocratie

2.1 Bilan électoral de l’année 2021 : données principales résumées

Ce bilan se base surtout sur les 9 législatives et 12 présidentielles dont 1 élection de Premier ministre par un parlement. D’autres élections ont eu lieu : des locales dans 8 pays, des régionales dans 2 pays, des départementales dans 1 pays. Aucune sénatoriale et aucun référendum constitutionnel n’a eu lieu en 2021.

Listes des 11 élections de 2021 autres que présidentielles et législatives (et référendum) :

14 janvier 2021 : locales Ouganda (avec présidentielle et législatives)

20 février et 5 mars 2021 : locales Rwanda (conseil des 36000 villages + chefs secteurs et districts)

31 mai 2021 : municipales/locales Somaliland (avec législatives, servent de primaires en multipartisme intégral pour savoir quels sont les 3 partis autorisés aux législatives)

21 juin 2021 : régionales Ethiopie (avec législatives)

21 juin 2021 : locales/zones-districts-municipales Ethiopie (avec législatives)

12 août 2021 : locales Zambie (avec présidentielle et législatives)

8 septembre 2021 : régionales Maroc (9.21)

8 septembre 2021 : communales Maroc (9.21)

1er novembre 2021 : municipales Afrique du Sud (wk)

27 novembre 2021 : locales : communales Algérie (boycott partiel)

27 novembre 2021 : départementales Algérie (boycott partiel)

Les régionales de l’Etat de Tigré le 9 septembre 2020 contre la volonté de l’Etat fédéral provoque une guerre à partir de novembre 2020 avec l’Etat central qui annule ces élections remportées par le TPLF (152 sièges sur 190).

Parmi les 9 législatives et 12 présidentielles dont 1 élection de Premier ministre par un parlement, 10 ont eu lieu dans des contexte démocratiques (démocraties ou TCII), contre 11 seulement dans des contextes non démocratiques :

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
202164105+1*510+1*11+1*920+1*
  • er ministre) par le parlement (Lesotho en 2020

Résumé 2021 : présidentielles et législatives

21 élections dont une par un parlement :

  • 12 présidentielles dont 1 par parlement
  • 9 législatives
  • 10 processus électoraux dans un cadre démocratique
  • 11 processus électoraux dans un cadre non démocratique (en gras ci-dessous)

Liste des 9 législatives, 11 présidentielles, 1 élections de chef de l’exécutif par parlement de 2021

3 élections à cheval sur 2020-2021 comptées en 2021 :

27 décembre 2020 et 14 février 2021 : présidentielle Centrafrique (tous les 5 ans : décembre)

27 décembre 2020 et 20 février : présidentielle Niger (tous 5 ans : février)

27 décembre 2020 et 14 mars et 23 mai 2021 : législatives Centrafrique (tous 5 ans : 12.20 ou 2.21)

+

14 janvier 2021 : présidentielle Ouganda (tous les 5 ans : février)

14 janvier 2021 : législatives Ouganda (tous les 5 ans : février)

6 mars 2021 : législatives Côte Ivoire (tous les 5 ans : décembre)

21 mars 2021 (T1/2) : présidentielle Congo Brazzaville (tous les 5 ans : mars, limite 3×5 atteinte en 2026)

18 avril 2021 : législatives Cap-Vert (tous les 5 ans : mars)

9 et 23 avril 2021 : présidentielle Djibouti (tous les 5 ans : avril)

10-11 avril 2021 : présidentielle Tchad (tous les 5 ans : avril)

11 avril 2021 : présidentielle Bénin (tous les 5 ans : mars)

31 mai 2021 : législatives Somaliland (report depuis 2010 et de décembre 2020)

12 juin 2021 : législatives Algérie (tous 5 ans : mai 2022, anticipées)

21 juin 2021 : législatives Ethiopie + élection 1er ministre (Conseil représentants des peuples)

18 juillet et 29 août 2021 : présidentielle Sao Tomé-et-Principe (tous les 5 ans : juillet-août)

12 août 2021 : législatives Zambie (tous les 5 ans : août)

12 août 2021 : présidentielle Zambie (tous les 5 ans : août)

8 septembre 2021 : législatives Maroc (Chambre des représentants) (tous les 5 ans, octobre) (DS en 2018)

17 octobre 2021 : présidentielle Cap-Vert (tous les 5 ans : octobre)

4 décembre 2021 : présidentielle Gambie (tous 5 ans : décembre)

Bilan de l’année électorale 2021 : liste des 9+1présidentielles et 11 législatives (cf aussi Annexe A)

DatePaysType RégimeScrutin P ou LPrésident ou parti victorieuxDurée pouvoir
27.12.2014.02.21CentrafriqueTCIIPFaustin-Archange Touadéra – MCU réélu, 53,92 % Processus globalement correct.5
27.12.2020.02.21NigerDémoP  Alternance dans même parti liée à limite 2×5 atteinte pour Issoufou, Mohamed Bazoum 1er tour 39,30 % , 2e tour 55,67 %0
27.12.20 14.03.21 23.05.21CentrafriqueTCIILMouvement Cœurs Unis (MCU) (Faustin-Archange Touadéra) : 40 sur 133 avec ‘majorité’ relative’ Processus globalement correct.5
14.01.21OugandaDict.SPDétournement global avec accusation inversion en aval avec suppression 2nd tour, Yoweri Museveni (MNR) 58,38%30
14.01.21OugandaDict.SLDétournement global et en amont, Mouvement de résistance nationale (NRM) 41,60% 336/529,30
06.03.21Côte IvoireDict.SLRHDP – Alassane Ouattara, 1 313 886 = 49,18 %, 137 / 255 (−30) Processus électoral moyen en grand progrès mais classé ‘détourné en amont’ (discutable).10
21.03.21Congo BDict.SPDenis Sassou – PCT 88,40%, Guy Brice Parfait Kolélas UDH-YUKI 7,96%, Kolélas meurt de la Covid-19 le jour du vote dans avion vers Paris37
18.04.21Cap-VertDémoL1er ministre Ulisses Correia e Silva, 50,02% 38/725
09.04.2 23.04.21DjiboutiDict.SPDétournement en amont et boycott, Ismaïl Omar Guelleh – UMP, 97,44 %20(42)
10.04.21 11.04.21TchadDict.S > TCIIPDétournement en amont et boycott, Idriss Déby – MPS, 79,32 % + IDéby tué par balle 19-20 avril31
11.04.21BéninDict.SPDétournement en amont et boycott, Patrice Talon – Indépendant 86,30 %5
31.05.21SomalilandTCII > DémoLAlternance et début cohabitation : Waddani (Abdirahman Mohamed Abdullahi) 31/82 avec 37,23 % voix+ UCID 21 avec 25,85 % = 52 allié après scrutin contre Kulmiye (Muse Bihi Abdi) 30 avec 36,92 %,0
12.06.21AlgérieDict.SLDétournement en amont et boycott partiel, Front de libération nationale (FLN) 105(98)/ 407 -56(63),59
21.06.21EthiopieTCII > Dict.SL + PparlAlternance (confirmation / 2018) : Parti de la prospérité 410 / 421 / 547, Abiy Ahmed réélu Premier ministre0/3
18.07.21 29.08.21Sao TetPDémoPCarlos Vila Nova – ADI,  1er tour  32 022  = 39,47 %, 2e tour  45 481 = 57,54 %5
12.08.21ZambieTCII > DémoPAlternance : Hakainde Hichilema (UPND) 2 852 348 = 59,02%0
12.08.21ZambieTCII > DémoLAlternance : Parti unifié pour le développement national (UPND) 82 / 167 +240
08.09.21MarocDict.SLAlternance : alternance par rapport au PJD qui perd 90% sièges, Rassemblement national des indépendants (Aziz Akhannouch), 102 / 395 +65 Exception : Processus électoral de législatives correct en régime monarchique antidémocratique0
17.10.21Cap-VertDémoPAlternance et début cohabitation : 1er tour sur 2 : José Maria Neves (PAICV), 95 221 = 51,68 %0
04.12.21GambieDémoPAdama Barrow – NPP 457 519 = 53,23 %5

Bilan de l’année électorale 2021 : présidentielles et législatives par type de régime

DatePaysType RégimeScrutin P ou LPrésident ou parti victorieuxDurée pouvoir

Démocraties : 5 présidentielles + 0 chef exécutif par parlement + 3 législatives = 8

27.12.2020.02.21NigerDémoP  Alternance dans même parti liée à limite 2×5 atteinte pour Issoufou, Mohamed Bazoum 1er tour 39,30 % , 2e tour 55,67 %0
18.04.21Cap-VertDémoL1er ministre Ulisses Correia e Silva, 50,02% 38/725
31.05.21SomalilandTCII > DémoLAlternance et début cohabitation : Waddani (Abdirahman Mohamed Abdullahi) 31/82 avec 37,23 % voix+ UCID 21 avec 25,85 % = 52 allié après scrutin contre Kulmiye (Muse Bihi Abdi) 30 avec 36,92 %,0
18.07.21 29.08.21Sao TetPDémoPCarlos Vila Nova – ADI,  1er tour  32 022  = 39,47 %, 2e tour  45 481 = 57,54 %5
12.08.21ZambieTCII > DémoPAlternance : Hakainde Hichilema (UPND) 2 852 348 = 59,02%0
12.08.21ZambieTCII > DémoLAlternance : Parti unifié pour le développement national (UPND) 82 / 167 +240
17.10.21Cap-VertDémoPAlternance et début cohabitation : 1er tour sur 2 : José Maria Neves (PAICV), 95 221 = 51,68 %0
04.12.21GambieDémoPAdama Barrow – NPP 457 519 = 53,23 %5

TCII : 2 présidentielle + 1 législative  = 3

27.12.2014.02.21CentrafriqueTCIIPFaustin-Archange Touadéra – MCU réélu, 53,92 % Processus globalement correct.5
27.12.20 14.03.21 23.05.21CentrafriqueTCIILMouvement Cœurs Unis (MCU) (Faustin-Archange Touadéra) : 40 sur 133 avec ‘majorité’ relative’ Processus globalement correct.5
10.04.21 11.04.21TchadDict.S > TCIIPDétournement en amont et boycott, Idriss Déby – MPS, 79,32 % +  IDéby tué par balle 19-20 avril31

Dictatures stables : 4 présidentielles + 1 élection 1er ministre + 5 législatives = 10

14.01.21OugandaDict.SPDétournement global (et en amont) avec accusation inversion en aval avec suppression 2nd tour (non prouvé ?), Yoweri Museveni (MNR) 58,38%30
14.01.21OugandaDict.SLDétournement global et en amont, Mouvement de résistance nationale (NRM) 41,60% 336/529,30
06.03.21Côte IvoireDict.SLRHDP – Alassane Ouattara, 1 313 886 = 49,18 %, 137 / 255 (−30). Processus électoral moyen en grand progrès mais classé ‘détourné en amont’ (discutable).10
21.03.21Congo BDict.SPDenis Sassou – PCT 88,40%, Guy Brice Parfait Kolélas UDH-YUKI 7,96%, Kolélas meurt de la Covid-19 le jour du vote dans avion vers Paris37
09.04.2 23.04.21DjiboutiDict.SPDétournement en amont et boycott, Ismaïl Omar Guelleh – UMP, 97,44 %20(42)
11.04.21BéninDict.SPDétournement en amont et boycott, Patrice Talon – Indépendant 86,30 %5
12.06.21AlgérieDict.SLDétournement en amont et boycott partiel, Front de libération nationale (FLN) 105(98)/ 407 -56(63),59
21.06.21EthiopieTCII > Dict.SL + PparlDétournement en amont et boycott + alternance (confirmation / 2018) : Parti de la prospérité 410 / 421 / 547, Abiy Ahmed réélu Premier ministre0/3
08.09.21MarocDict.SLAlternance : alternance par rapport au PJD qui perd 90% sièges, Rassemblement national des indépendants (Aziz Akhannouch), 102 / 395 +65 Exception : Processus électoral de législatives correct en régime monarchique antidémocratique classé ‘douteux’.0

Bilan de la qualité des processus électoraux en 2020 selon le type de régime

NB : « Mascarade » signifie « élection au processus électoral détourné en amont ou détourné le jour du vote ou avec inversion de résultat à la compilation et/ou à la publication des résultats ».

PaysPrésidentielles
Type régime en 2020CorrectesDouteusesMascarade En TCIIMascaradeMascarade ≥ 10ans
Dictatures stables   Bénin P parlement : Ethiopie (TCII>DS)Ouganda Congo B Djibouti  
TCIICentrafrique Tchad (DS>TCII)  
DémocratiesNiger Cap-Vert Sao TetP Zambie (TCII>Dé) Gambie    
Totaux60123

Parl : par parlement

Total : 12 dont 1 par parlement

PaysLégislatives
Type régime en 2020CorrectesDouteusesMascarade En TCIIMascaradeMascarade ≥ 10ans
Dictatures stables Maroc EthiopieOuganda Côte Ivoire (disc) Algérie
TCIICentrafrique    
DémocratiesCap-Vert Somaliland (TCII>Dé) Zambie(TCII>Dé)    
Totaux41013

B = boycott, Non-P = non partisan

Total : 9

Bilan 2021 de la qualité des processus électoraux

PrésidentiellesLégislativesTotal
Correctes6410
Douteuses011
Mascarades en TCII101
Mascarades1+1*12+1*
Mascarades ≥ 10 ans336
Total11+1*920+1*

* : élection président ou chef de l’exécutif par le parlement

PaysPrésidentiellesLégislativesTotaux
Type régime en 2016CorDoutMasc. En TCIIMascMasc. ≥ 10ansCor.DoutMasc. enTCIIMascMasc. ≥ 10ansCor.Dout.Masc.Total
Dictatures S.   23 1 13 1910
TCII1 1  1    2 13
Démocraties5    3    8  8
Totaux60123410131011021

Evolution des totaux depuis 1990 de 2016 à 2021

TotalMascaradeDouteusesCorrectes
1990-201549826218218
2016248214
1990-201652227020232
2017176110
1990-201753927621242
2018181206
1990-201855728821248
2019246216
1990-201958129423264
2020211209
1990-202060230623273
20212110110
1990-202162331624283

En termes de processus électoraux, le bilan de l’année 2021 est équilibré entre processus électoraux démocratiques ou détournés par des régimes non démocratiques, 10 et 10 sur 21.

Un dernier processus, classé ici douteux, est une nouvelle fois difficile à catégoriser, celui des législatives au Maroc. Comme chaque fois dans ce pays, le processus des législatives est correct formellement mais dans un cadre plus global monarchique non démocratique, sans liberté politique suffisante.

Les 10 processus électoraux sans démocratie n’ont pas donné lieu à beaucoup de conflits importants. Dans 6 pays sur 8, le Congo Brazzaville, Djibouti, le Bénin, l’Ethiopie, l’Algérie et le Tchad, le détournement en en amont était évident. Un certain ‘désespoir’ a conduit les opposants démocrates au boycott à Djibouti, au Bénin, au Tchad, en Ethiopie et partiellement en Algérie. L’Afrique passe par un maximum d’élections boycottées avec 6 cas en 2021, dont 4 présidentielles, un maximum depuis 1990 au-dessus des 3 présidentielles de 2009. La présidentielle au processus détourné en amont du Congo Brazzaville s’est terminée tragiquement par la mort du principal opposant participant, Guy Brice Parfait Kolélas, décédé de la Covid-19 le jour du vote dans un avion l’emmenant se faire soigner à Paris.

En Ouganda, un nouveau politicien est venu revivifier l’opposition démocratique, Bobi Wine, plus connu précédemment comme chanteur. Face à une répression féroce et des assassinats politiques, dont 54 personnes lors d’un massacre le 18 novembre 2020, il a mené la lutte des démocrates et a su attirer l’attention sur le pays. Il a dénoncé une inversion finale de résultat de la présidentielle avec suppression du second tour, mais aucune démonstration claire n’a circulé dans les media. L’image de Yoweri Museveni, réélu pour un sixième mandat et qui a maintenant 77 ans, s’est fortement détériorée. Malgré la défaite, grâce à Bobi Wine, l’espoir est sans doute revenu de pouvoir un jour le faire partir pour établir la démocratie.

En Côte d’Ivoire, après l’écrasement de la constitution sur le troisième mandat à la présidentielle de 2020, les législatives ont été moins conflictuelles. Des progrès ont été accomplis sur la valeur du processus électoral. Cela montre sans doute, qu’au-delà d’une absence de démocratie imposée par Alassane Ouattara, les processus électoraux restent dans un contexte de suite de guerre qui modifie la perception de l’électorat sur la valeur du régime politique et la valeur de chaque parti et de chaque leader et impose un minimum de qualité du processus électoral après de longues luttes et négociations sur ce processus.

En 2021, étaient prévus au calendrier des élections dans deux pays en sortie de guerre, des pays où la qualité des élections était indispensable pour garantir le maintien de la paix et cela aurait pu apporter du positif, mais en Libye et en Somalie, les scrutins ont été reportées à 2022. En Libye, l’organisation est très incertaine. En Somalie, surveillée par la communauté internationale et africaine, les élections pourraient se terminer en février 2022.

En 2020, « la pandémie de covid-19 a participé à invisibilisé les luttes politiques pour la démocratie », « en particulier au Togo ». En 2021, l’effet pandémie s’est peu fait sentir en Afrique au niveau des processus électoraux organisés sans délais supplémentaires et avec assez peu d’allusion.

2.2 Prévisions de la qualité des processus électoraux selon la nature des régimes début 2021

Rappel : La qualité des processus électoraux sur un an est presque globalement prévisible l’année précédente ou en début d’année en fonction du classement par type de régime, en particulier en raison de la prédictibilité des élections en dictatures stables consubstantielles du type de régime.

La règle des élections en dictature est la suivante (rappel des études précédentes)[9] : « Il n’y a pas en dictature d’élection présidentielle ou d’élections législatives correctes ou même douteuses sans une transition vers la démocratie préalable. D’une part, il n’y a pas d’élection perdue par le chef d’Etat sortant ou le parti au pouvoir en dictature stable, sauf rares exceptions. D’autre part, il n’y a pas d’élections gagnées par un chef d’Etat sortant ou son parti en dictature stable sans détournement du processus électoral en amont ou fraudes massives le jour du vote. L’absence de processus électoraux corrects définit la dictature. Si une élection correcte était organisée, le régime tomberait. Dans les cas où le résultat n’est pas inversé à la compilation des procès-verbaux et à la publication des résultats officiels, et où une majorité de votants a voté pour le président sortant ou son parti, le processus électoral a été détourné des règles de la démocratie en amont selon de multiples modalités disponibles. »

Cette règle correspond à l’observation de la qualité des processus électoraux selon la nature des régimes :

Type régimeProcessus électoraux correctsProcessus électoraux douteuxProcessus électoraux détournés et sans valeur (mascarades)
Dictatures stablesRares exceptionsAucuneToutes les élections sauf les rares exceptions
TCIINombreux casQuelques casNombreux cas
DémocratiesGrande majorité des casQuelques casCas très peu nombreux
DatePaysType RégimeScrutin P ou LPrévision du type de processus électoral[10] (selon type de régime organisateur)Réel / Prévision
27.12.20+14.2.21CentrafriqueTCIIPCorrect là où c’est possible<26.5.21
27.12.20+20.2.21NigerDémocratiePCorrect (avec contestation)<26.5.21
27.12.20+14.03.21 +23.05.21CentrafriqueTCIILCorrect là où c’est possible<26.5.21
14.01.21OugandaDictature.SPInversion +suppression 2nd tour?<26.5.21
14.01.21OugandaDictature.SLDétourné en amont<26.5.21
06.03.21Côte IvoireDictature.SL1 tour + amont ou correct = exception à règle ou pas ?<26.5.21
21.03.21Congo BDictature.SPDétourné en amont<26.5.21
18.04.21Cap-VertDémocratieLCorrect<26.5.21
9+23.4.21DjiboutiDictature.SPDétourné en amont + boycott<26.5.21
10-11.4.21TchadDictature.SPDétourné en amont + boycott<26.5.21
11.04.21BéninDictature.SPDétourné en amont + boycott<26.5.21
31.05.21SomalilandTCIILCorrect (ou douteux)OK
12.06.21AlgérieDictature.SLDétourné en amont + boycottOK
21.06.21EthiopieTCII>DSL+PparlDétournés en amont + boycottOK
?SomalieTCIIP+LCorrects (ou douteux)reportées
18.07.21Sao Tomé-et-PrincipeDémocratiePCorrectOK
12.08.21ZambieTCII(>démo?)P+LCorrect (ou douteux ?)OK
08.09.21MarocDictature.SLMonarchie : comme correcte mais orientée en amont = douteuse ?OK
17.10.21Cap-VertDémocratiePCorrectOK
04.12.21GambieDémocratiePCorrectOK
Datesincertaines :    
24.12.21LibyeTCIIL+PReport ? ou sinon correct ou douteux (ou détourné amont)reportées

Au niveau calendrier 2021, aucune élection ne s’est ajoutée de fin mai au 31 décembre, sachant que deux élections de 2021, les législatives en Ethiopie étaient reportées de 2020 en raison de la Covid-19, et les législatives en Somaliland reportées de 2019 et 2020).

En comptabilisant le report des législatives tchadiennes en avril 2021 à 2022, 5 élections ont été reportées de 2021 à 2022 :

  • Législatives Tchad (déjà reportées de 2018, 2019 et 2021)
  • Présidentielle et législatives Libye (présidentielle déjà reportée de 2020 et depuis 2011)
  • Législatives complètes somalienne et élection d’un président en fin de législatives

Ont donc été reportées 4 élections, 2 législatives, une présidentielle et une élection de président par un parlement (pas d’élection à cheval sur 2021-2022.

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
Prév°7+1*613+1*5+1*510+1*12+2*1123+2*
Réel64105+1*510+1*11+1*920+1*

NB : Prévision 2021 avec Ethiopie en ‘non-démocratique’ (pas dans tableau 17-22)

Les prévisions du 29 mai 2021 sur 8 processus électoraux ne contenaient aucune erreur.

Encore une foi, la règle des élections en dictatures stables qui dit qu’il n’y a pas de processus électoraux corrects en régime de dictature stables a été respectée à 100% : aucune élection correcte n’a été organisée dans un pays où la démocratie n’a pas encore remplacé un régime identifié comme anti-démocratique.

Cependant, le Maroc a fourni un cas à la limite de l’exception, et ce cas est habituel : en effet, tous les 5 ans, dans un cadre monarchique très anti-démocratique, dans un cadre restreint à un espace politique limité en objectif, les processus électoraux des législatives marocaines sont correctes formellement.

En outre, la Côte d’Ivoire a surpris par l’absence de conflit sur les législatives. Dans ce pays, les législatives ont affiché un progrès réel, mais l’essentiel reste associé à un historique avec guerre civile. Cela apporte un espoir, celui que malgré la guerre, malgré ce qu’a fait Alassane Ouattara pour être au pouvoir, y compris un troisième mandat inconstitutionnel, un processus de démocratisation puisse reprendre et que la qualité des processus électoraux puisse continuer d’augmenter jusqu’à, soit une alternance, soit un assouplissement du régime comme en Mauritanie dernièrement. L’hypothèse est à envisager pour le départ d’Alassane Ouattara en 2025.

Ainsi, neuf des processus électoraux des 11 élections dans les pays classés au préalable en dictature stable ont été détournés et n’ont pas eu de valeur démocratique : 6 avec boycott, à Djibouti (P), au Tchad (P), au Bénin (P), en Algérie (L, boycott partiel), en Ethiopie (L+Pparl), 3 sans boycott, en Ouganda (P+L), au Congo Brazzaville (P). Les législatives de Côte d’Ivoire ne peuvent pas être considérée comme ‘démocratique’ mais ont une certaine ‘valeur démocratique’ quand même. Les législatives du Maroc, correcte formellement dans un contexte non démocratique, ont une valeur démocratique dans un espace politique limité.

Idem : L’année 2021 confirme comme les années 2019 et 2020 que la qualité des processus électoraux en Afrique est presque totalement prévisible en fonction de la nature démocratique ou non démocratique des régimes pendant l’organisation du scrutin, avec toutes les conséquences qui en découlent par exemple sur la valeur des missions d’observation dans les pays non démocratiques, qui facilitent plus souvent le détournement du processus électoral qu’elles ne l’empêchent.

La prévision peut se faire sur plusieurs années, par exemple un cycle de 5 ans.

Le tableau de 2017 corrigé début 2022 en fonction des reports, ci-dessous, reste valable :

Prévision des processus électoraux entre 2017 et 2022 selon la présence ou absence de démocratie v1.2.22

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
20173+2*69+2*1+1*45+1*4+3*1014+3*
20183+1*25+1*48127+1*1017+1*
20196+3*915+3*42610+3*1121+3*
20204+1*59+1*56119+1*1120+1*
202164105+1*510+1*11+1*920+1*
20225+2*1015+2*1+1*45+1*6+3*1420+3*
Total27+10*3663+9*20+3*2949+3*47+12*65112+12*

* : Election chef de l’Etat par le parlement ** : Y compris dans pays en régime instable, suite de guerre, en transition réelle vers la démocratie.

2.3 Alternances en 2021

Comme en 2020, 5 alternances ont eu lieu en 2021, les 5 dans un contexte démocratique préétabli :

Bilan de l’année électorale 2021 : présidentielles et législatives par type de régime

DatePaysType RégimeScrutin P ou LPrésident ou parti victorieuxDurée pouvoir

Démocraties : 5 présidentielles + 0 chef exécutif par parlement + 3 législatives = 8

27.12.2020.02.21NigerDémoP  Alternance dans même parti liée à limite 2×5 atteinte pour Issoufou, Mohamed Bazoum 1er tour 39,30 % , 2e tour 55,67 %0
31.05.21SomalilandTCII > DémoLAlternance et début cohabitation : Waddani (Abdirahman Mohamed Abdullahi) 31/82 avec 37,23 % voix+ UCID 21 avec 25,85 % = 52 allié après scrutin contre Kulmiye (Muse Bihi Abdi) 30 avec 36,92 %,0
12.08.21ZambieTCII > DémoPAlternance : Hakainde Hichilema (UPND) 2 852 348 = 59,02%0
12.08.21ZambieTCII > DémoLAlternance : Parti unifié pour le développement national (UPND) 82 / 167 +240
17.10.21Cap-VertDémoPAlternance et début cohabitation : 1er tour sur 2 : José Maria Neves (PAICV), 95 221 = 51,68 %0

TCII : 2 présidentielle + 1 législative  = 3

Dictatures stables : 4 présidentielles + 1 élection 1er ministre + 5 législatives = 10

En outre, 2 présidents sont décédés :

  • 17 mars 2021, Tanzanie : décès de John Magufuli de la Covid-19 dont il niait l’existence, intérim de la vice-présidente Samia Suluhu Hassan, jusqu’en 2025
  • 19 et 20 avril 2021, Tchad : mort par balle d’Idriss Déby pendant offensive de la rébellion FACT suivi de coup d’Etat militaire dirigé par son fils Idriss Déby Itno (coup d’Etat aussitôt soutenu à Paris par Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian)

Cinq alternances sur 5 se sont faites dans un cadre démocratique correct, parmi 8 élections en régime démocratie. Au Niger, l’alternance présidentielle est liée à une limite de 2 mandats. En régime dictatorial, aucune limitation du nombre de mandat n’a été atteinte.

Trois alternances sur 5 sont présidentielles et 2 de majorité parlementaire. Deux alternances sur 5 correspondent à un début de cohabitation, au Cap-Vert et au Somaliland.

Deux alternances signifient un progrès démocratique impactant le bilan de démocratisation globale de l’Afrique : en Zambie, la double alternance prouve un retour à un état démocratique normal après la dérive autoritaire de 2017 à 2019, et, au Somaliland, l’alternance prouve la réalité de la démocratisation de cet état qui atteint ainsi un seuil qualitatif même s’il lui reste encore des progrès à faire.

Aucune dictature ne disparaît par des élections. Aucun partis uniques et anciens partis uniques revenus au pouvoir ne perd le pouvoir. Le nombre de pays qui n’ont pas connu d’alternance de président dans une élection depuis 1990 reste à 18 (avec le Tchad dans les 18). Le nombre de pays qui n’ont pas connu d’alternance de parti au gouvernement depuis 1990 passe de 25 à 24 (moins le Somaliland). Le nombre de pays ayant vécu une alternance complète de président et de parti de gouvernement passe de 30 à 31 (plus Somaliland). Comme en 2020, 13 ex partis uniques des années 80 sont au pouvoir depuis 1990 et 5 sont revenus au pouvoir.

Comparaison du nombre de pays sans alternance depuis 1990, gouverné par un ancien parti unique, en dictature

Du point de vue des alternances, la démocratie a gagné un nouveau pays en 2021, le Somaliland. Le nombre de dictatures (23) reste proche du nombre de pays sans alternance de parti au pouvoir (24) ou sans alternance complète (24).

En 2020, il se constatait que si les changements de chef d’Etat sans changement de parti au pouvoir se multipliaient, l’installation des dictatures de partis politiques serait favorisée. En 2021, le Niger est le seul concerné et l’élection montre un niveau de démocratie stable malgré des difficultés.

2.4 Elections en dictature : accalmie dans les inversions de résultats de présidentielles 

En 2021, un seul résultat de scrutin a peut-être été inversé à la compilation des résultats et à l’annonce officielle, celui de la présidentielle ougandaise, une inversion avec suppression du second tour et augmentation du score de moins de 50% à 58,38% pour Yoweri Museveni (MNR), mais des documents donnant des éléments probants sur l’inversion n’ont pas suffisamment circulé, et, cela reste une hypothèse pour l’auteur du dossier.

Rappel : Après le déversement d’impunité validé internationalement en RDC début 2019, après une dernière inversion au Togo en 2020, l’impunité semble totalement acquise en Afrique francophone dans la modification des résultats en sortie des urnes. Sur les 16 inversions repérées seules 2 n’ont pas eu lieu dans les anciennes colonies françaises (au Zimbabwe et en RDC).

Six présidentielles ont été gagnées par des chefs d’Etat en dictature stable, en Ouganda à Djibouti, au Tchad, au Bénin, en Ethiopie, au Congo Brazzaville et au Tchad. Celle du Tchad est rapidement suivi de l’assassinat d’Idriss Déby qui provoque un début de transition potentielle vers la démocratie. Les 5 détournements des processus électoraux (sans le Tchad dans le graphe) sont plus simples et classiques, détournement amont avec boycott au Bénin, en Ethiopie et à Djibouti, et détournement amont sans boycott total en Ouganda avec très forte lutte de l’opposition et au Congo Brazzaville. Il y a également 2 législatives boycottées, en Ethiopie et partiellement en Algérie. La pandémie de Covid-19 détourne les regards de l’Afrique et cela joue peut-être sur le nombre d’élections boycottées, au maximum actuellement. Pour les présidentielles, cela dépasse le précédent maximum de 2009, avec 4 cas en 2021 (3 + Tchad) contre 3 en 2009.

2.5 Evolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2020

Avec 9 législatives et 12 présidentielles dont 1 élection de Premier ministre par un parlement, l’année 2021 contenait encore un nombre assez élevé de scrutins. 11 sur 21 se sont déroulés en dictatures stables, dont une en monarchie permettant un processus de législatives correct formellement (Maroc) et une aboutissant à une transition juste après (Tchad). Au niveau de la qualité des processus électoraux, l’année 2020 est une année ‘équilibrée’.

Synthèse évolution de la qualité des processus électoraux de 1990 à 2021, présidentielles et législatives ensemble

623 élections incluant 46 élections du président ou 1er ministre par le parlement (8.3)

Rappel : La diminution du nombre d’élections mal organisées dans des pays en Transition vers la démocratie, dans des situations complexes, des régimes intermédiaires ou indéterminés (TCII) continue. La présidentielle du Tchad correspond à un passage en transition après la présidentielle. 

 TotalMascaradeDouteusesCorrectes
1990-202060230623273
20212110110
1990-202162331624283

NB = Données du graphe 8.8 non présenté.

De 1990 à 2021, 284 présidentielles et législatives sur 623 (274 sur 602 fin 2020, 262 sur 582 fin 2019, 257 sur 558 fin 2018, 245 sur 540 fin 2017, 239 sur 523 fin 2016, 231 sur 499 fin 2015) ont été organisées dans des dictatures stables. Seulement 2005 scrutins sur 602 ont été organisés dans des démocraties bien installées (197 sur 602 fin 2020, 188 sur 582 fin 2019, 174 sur 558 fin 2018, 168 sur 540 fin 2017, 163 sur 523 fin 2016, 151 sur 499 fin 2015). Les 134 derniers l’ont été dans des contextes intermédiaires et complexes ou des transitions de la dictature vers la démocratie (TCII) (131 fin 2020). Quasiment tous les processus électoraux détournés ou au résultat inversé (ensemble des mascarades) sont advenus en dictature, 272 sur 316 (263 sur 307 fin 2020, 251 sur 295 fin 2019, 246 sur 288 fin 2018, 234 sur 276 fin 2017, 228 sur 270 fin 2016, 220 sur 262 fin 2015). 194 processus électoraux corrects sur 283 sont advenus en régime de démocratie (186 sur 273 fin 2020, 177 sur 264 fin 2020, 164 sur 250 fin 2018, 158 sur 244 fin 2017, 153 sur 234 fin 2016, 143 sur 220 fin 2015).

MOE-UE et politique européenne

En 2021, peut-être à cause de la crise sanitaire, les MOE-UE (liste) ont été présentes pour observer seulement 2 processus électoraux sur 21, comme en 2020, contre 9 sur 24 en 2019, ce qui est donc peu :

  • la présidentielle et les législatives en Zambie (menée par la députée Maria Arena) (en démocratie)

Comme celle de 2020 au Ghana, cette MOE-UE avait comme enjeu de vérifier un retour à la normale démocratique après les difficultés de 2016 et la dérive autoritaire de 2017 à 2019 dans un pays avec une forte expérience démocratique depuis 1992, un enjeu finalement assez limité.

Comme en 2019 et 2020 en 2020 la politique européenne a continué avec Josep Borrell un certain désengagement démarré en 2016 dans la communication du SEAE et de Federica Mogherini. La négociation de l’accord Post-Cotonou s’est terminé dans un contexte de crise sanitaire sans attirer beaucoup l’attention.

Processus électoraux en dictature stable et en régime ‘Transition démocratique, complexe, intermédiaire et indéterminé’ (TCII) de 1990 à 2020

Avec 10 élections non démocratiques, l’année 2021 est une année avec un assez grand nombre de processus électoraux non démocratiques.

3. Perspectives 2022 :  entre 17 et 23 scrutins, une large majorité de démocratiques mais beaucoup dans des régimes instables

3.1 Calendrier 2022 : données principales résumées

Beaucoup d’incertitudes plane sur le calendrier électoral africain de 2022, plus que jamais. Il est difficile de savoir si des élections auront lieu en Libye, au Soudan, au Tchad et au Mali. Ci-dessous est considérée l’hypothèse la plus optimiste de scrutins en 2022, même si les probabilités que cela se réalise ne sont pas bonnes et qu’il y a de forte probabilité de report en 2023. En fonction de ces reports, le nombre de scrutin devrait s’établir entre 18 et 24 (16 au pire). Il n’est pas envisagé d’élections en Guinée en 2022 faute d’annonce de calendrier en ce sens (au 2.2.22).

L’année 2022 pourrait comprendre jusqu’à 9 présidentielles (6 et 3 élections par un parlement) et 15 législatives.

Les transitions censées être vers la démocratie augmentent la probabilité de processus électoral correct car la qualité du processus électoral devient nécessaire pour terminer la transition avec un pouvoir légitime. Dans les données suivantes, il est fait l’hypothèse de processus électoraux corrects en Libye, au Tchad et au Mali, ce qui n’a rien d’évident et au contraire de processus électoraux incorrects au Soudan, en fonction de la résistance antidémocratique de la junte soudanaise fin 2020 et début 2021.

Le nombre de processus électoraux en cadre démocratique ou en cadre de transition, instable ou complexe favorable à la démocratie (14 à 18) dépassera le nombre de ceux en cadre non démocratique bien établi (4 à 6).

L’actualité électorale sera beaucoup plus chargée au second semestre, en particulier en raison des élections hors cadre démocratique au Congo Brazzaville, en Angola, en Guinée Equatoriale et peut-être au Soudan, mais aussi s’il y a des élections en Libye, au Tchad ou au Mali.

3.11 Données électorales 2022

Résumé 2022 : présidentielles et législatives

Au maximum 24 élections (18 à 24) :

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
20225+2*1116+2*1+1*45+1*6+3*1521+3*

Liste des 15 législatives, 6 présidentielles et 3 élections de chef de l’exécutif par le parlement :

22 avril 2022 : législatives Gambie (tous les 5 ans : avril ?)

juillet 2022 ? : législatives Sénégal (tous les 5 ans : juillet ?)

juillet 2022 ? : législatives Congo Brazzaville (tous les 5 ans : juillet ?)

9 août 2022 : présidentielle Kenya (tous les 5 ans : août ?)

9 août 2022 : législatives Kenya (tous les 5 ans : août ?)

août 2022 ? : législatives Angola et élection président par parlement (tous les 5 ans : août ?)

septembre 2022 : législatives Lesotho avec désignation 1er ministre (tous les 5 ans : juin 2022 ?)

octobre 2022 : législatives Sao Tomé-et-Principe(tous 4 ans : octobre ?)

2022 : législatives Guinée Equatoriale (tous les 5 ans : novembre ?)

2022 : législatives Guinée Bissau (tous les 4 ans : novembre ?)

2022 : présidentielle Somaliland (tous les 5 ans : novembre ?)

17 décembre 2022 : législatives Tunisie (avancée de 2024, doute dans prévision qualité)

Incertaines :

2022 ? : présidentielle Mali (février-mars : fin de 18 mois de pseudo-transition après coup d’Etat, 15.4.21)

2022 ? : législatives Mali (février-mars : fin de 18 mois de pseudo-transition après coup d’Etat, 15.4.21)

2022 ? : législatives Tchad (après nombreux reports depuis 2015, dont mai 2019, 12.20, 23-24.10.21)

2022 ? : présidentielle Tchad (après coup d’Etat du 20.4.21)

2022 ? : présidentielle Soudan (report d’avril 2020 lors accord transition 17.8.19) (DS>TCII en 2019)

2022 ? : législatives Soudan (report d’avril 2020 lors accord transition 17.8.19) (DS>TCII en 2019)

Reportées en 2023 :

2023 : présidentielle Sud Soudan (mai ? = accord 13.9.18+3 ans et 8 mois)

2023 : législatives Sud Soudan (mai ? = accord 13.9.18+3 ans et 8 mois)

2023 ? :

? 2023 : présidentielle Guinée

? 2023 : législatives Guinée

 PrésidentiellesLégislativesTotal
Processus électoraux démocratiques (**)5+2*1116+2*
Processus électoraux en régime non démocratique1+1*45+1*
Total6+3*1521+3*

Calendrier élections en Afrique 1er janvier 2018 au 31 décembre 2022 – 2.2.22 (sans correctif Ethiopie)

Prévision des processus électoraux entre 2017 et 2022 selon la présence ou l’absence de démocratie[11]

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
20173+2*69+2*1+1*45+1*4+3*1014+3*
20183+1*25+1*48127+1*1017+1*
20196+3*915+3*42610+3*1121+3*
20204+1*59+1*56119+1*1120+1*
202164105+1*510+1*11+1*920+1*
20225+2*1116+2*1+1*45+1*6+3*1421+3*
Total27+10*3764+9*20+3*2949+3*47+12*65113+12*

Evolution de la nature du régime perceptible en 2021 et changement de catégorie des élections :

NB : L Tchad passe en non gras

TCII>Dict.SEthiopieIdem (suite en 2026)
Dict.S>TCIITchadP+L 2022 correctes ? (non-gras) OK
Démo> TCIIGuinéeP+L 2023 correctes ? 
Démo> TCIITunisieL 2022 correcte ? (très incertain)
TCII>DémoSomalilandIdem (P correcte 2022)
TCII>DémoZambieIdem (suite en 2026)

3.12 Principaux enjeux politiques autour des élections en 2022

En 2022, l’enjeu principal au niveau élections en Afrique devrait être sur l’organisation en amont des processus après des coups d’Etat militaire au Mali et au Soudan, mais aussi en Guinée et au Burkina Faso après le coup d’état de janvier 2022, et d’une même manière au Tchad, lors de ce qui devraient être, dans ces 5 pays, des transitions de passage à la démocratie. En Guinée, le renversement d’une dictature est à l’origine du coup d’Etat en Guinée, et la probabilité de faire face à une volonté de retour à la démocratie est assez forte. Au Mali, la junte tente face à la CEDEAO de prolonger le régime militaire, et, la population est sans doute exigeante sur la qualité des processus électoraux une fois qu’ils sont lancés. Au Soudan, la junte a affiché sa volonté d’empêcher un pouvoir des civils de prendre le dessus. Les souhaits de la junte au Burkina Faso sont encore méconnus (au 2.2.22). Au Tchad, il y a des progrès depuis le décès d’Idriss Déby, la situation est encore incertaine, et les progrès pourraient continuer d’arriver.

Les élections les plus sensibles de l’année seront sans doute les élections libyennes reportées du 24 décembre 2021 et attendues depuis le 2013 en tant que solution de pacification à long terme et de maintien d’un Etat libyen après le règne de Khadafi. Elles ne pourront être indéfiniment reportées sans raison et débat.

Entre 6 et 12 élections sur 18 à 24 se dérouleront dans des contextes d’instabilité politique et militaire ou de régimes intermédiaires (TCII) (contre en 2021 5 prévues et 3 qui se sont déroulées), 2 en Somalie, 2 en Libye, 1 en Guinée Bissau, 1 en Tunisie et peut-être 2 au Tchad, 2 au Mali et 2 au Soudan. Le Soudan est le pays dans lequel il y a le plus d’incertitudes au niveau de la qualité des futurs processus électoraux. Le Kenya pourrait afficher un retour à la normale démocratique, comme le Malawi en 2020 et la Zambie en 2021.

Comme en 2021, au niveau maintien de la paix, la présidentielle somalienne reportée du début de l’année 2021 au début à février 2022 et les élections prévues en Libye continueront de provoquer une surveillance internationale. A cela s’ajoute sans doute dans une moindre mesure l’organisation des élections au Mali.

Dans ce contexte, les MOE-UE peuvent avoir un grand rôle à jouer. La CEDEAO peut jouer un rôle important au Mali, en Guinée, au Burkina Faso. Dans ce contexte aussi, il sera intéressant de voir si les pratiques de l’UA, spécialiste de la validation des élections non démocratiques, s’améliorent sur les processus électoraux.

Dans les dictatures stables, des législatives au Congo Brazzaville et en Guinée Equatoriale n’apporteront aucun changement. En Angola, le contexte garde un aspect « suite de guerre » en raison de la transformation des anciennes forces armées en partis politique et le processus électoral ne sera peut-être pas aussi caricatural.

L’année devrait aussi être marquée par 6 scrutins démocratiques en régime stable en Gambie (L), au Sénégal (L), au Lesotho (L+P par parlement), à Sao Tomé-et-Principe (L) et sans doute au Somaliland (P).

3.2 Prévision de la qualité des processus électoraux en 2022 selon le type de régime en 2021(et 2022)

Rappel : A partir de la nature des régimes organisateurs des élections et selon le contexte actuel entourant chaque processus électoral, il est possible d’envisager la qualité des différents processus électoraux. Le classement utilisé ci-dessous est celui de l’étude du 27 avril 2017[12], comprenant 5 catégories de processus électoraux en dictature stable étendu aux élections en période TCII et en démocratie avec ajout d’une 6e catégorie concernant uniquement les pays en TCII et en démocratie :

  • processus électoral détourné en amont avec boycott de l’opposition réelle,
  • processus électoral principalement détourné en amont, principale catégorie en dictature stable,
  • processus électoral avec principalement des fraudes massives le jour du vote,
  • processus électoral avec inversion d’un résultat réel à la compilation des procès-verbaux et à la publication des résultats
  • processus électoral douteux (en TCII et démocratie uniquement)
  • processus électoral corrects (en dictature : rares cas d’exceptions à la règle des élections en dictature).
 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
Prév°5+2*1116+2*1+1*45+1*6+3*1521+3*
Réel         
DatePaysType RégimeScrutin P ou LPrévision du type de processus électoral[13] (selon type de régime organisateur)Réel / Prévision
?LibyeTCIIL+PReport ? ou sinon correct ou douteux (ou détourné amont)Peu prévisible
25 févrierSomalieTCIIL+PparlCorrects (ou douteux) 
22 avrilGambieDémocratieLCorrect 
JuilletSénégalDémocratieLCorrect 
JuilletCongo BDictature.SLDétourné en amont (+boycott?) 
9 aoûtKenyaTCII> Dé ?P+LCorrect 
Août ?AngolaDictature.SL+PparlDétourné en amont (suite guerre) 
SeptembreLesothoDémocratieL+PparlCorrect 
OctobreSao T & PDémocratieLCorrect 
Novembre ?Guinée Eq.Dictature.SLDétourné en amont (+boycott?) 
Novembre ?Guinée BissauTCIILCorrect 
Novembre ?SomalilandDémocratiePCorrect 
17 décembreTunisieTCIILCorrect (ou douteux, détourné ?)Peu prévisible
Datesincertaines :    
?MaliTCIIP+LCorrect ? 
?TchadTCIIP+LCorrect ? (sans certitude) 
?SoudanTCIIP+LReport ? ou sinon correct ou douteux (ou détourné amont)Peu prévisible

La qualité du processus électoral est difficile à prévoir dans des cas de régimes intermédiaires, complexes ou instables, par exemple en Libye mais aussi en Tunisie.

Rappel : Les processus électoraux détournés en amont avec ou sans boycott de l’opposition réelle, avec principalement des fraudes massives le jour du vote, et avec inversion d’un résultat réel à la compilation des procès-verbaux et à la publication des résultats, sont, dans le classement suivant, regroupés sous l’étiquette « mascarade ». « Mascarade » signifie dans cette étude « élection au processus électoral détourné en amont ou détourné le jour du vote ou en amont et le jour du vote, ou avec inversion de résultat à la compilation et/ou à la publication des résultats » et « ≥ 10 ans » signifie « après plus de 10 ans de pouvoir ».

PaysPrésidentielles
Type régimeCorrectesDouteusesMascarade En TCIIMascaradeMascarade ≥ 10 ans
Dictatures S.   Angola (Pparl) 
TCII? Somalie ? Kenya (TCII>Démo) Mali ? Tchad ??? Libye ? ? Soudan ?   
DémocratiesLesotho (Pparl) Somaliland    
Totaux62010

Total : 9 dont 3 par parlement* et 1 avec processus électoral détourné en amont

PaysLégislatives
Type régimeCorrectesDouteusesMascarade En TCIIMascaradeMascarade ≥ 10ans
Dictatures S.    Congo B Angola Guinée Eq.
TCII? Somalie ? Kenya (TCII>Démo) Guinée Bissau ? Tunisie ? Mali ? Tchad ??? Libye ? ? Soudan ?   
DémocratiesGambie Sénégal Lesotho Sao T & P    
Totaux102003

Total : 15 législatives dont entre 3 processus électoraux détournés en amont.

Prévision du bilan de la qualité des processus électoraux en 2021

PrésidentiellesLégislativesTotal
Correctes6 dont 4 en TCII10 dont 6 en TCII16 dont 10 en TCII
Douteuses2 dont 2 en TCII2 dont 2 en TCII4 dont 4 en TCII
Mascarades en TCII000
Mascarades101
Mascarades ≥ 10 ans033

L’année 2022 devrait être marquée par :

  • les incertitudes de calendrier en raison des « transitions »,
  • une large majorité de processus électoraux démocratiques,
  • une complexité et des conflits dans l’organisation dans les régimes instables et en transition.

La grande quantité de scrutins dans des phases ‘Transition vers la démocratie, complexe, intermédiaire et indéterminé (TCII)’ des régimes instables politiquement et militairement (6 et 12 élections sur 18 à 24) fera que les processus électoraux seront difficiles à organiser. Pourtant la nécessité d’aboutir en cas de conflit à un pouvoir légitimé par les urnes pourrait provoquer un grand nombre de processus électoraux à peu près démocratiques.

Très peu de pouvoir sortant organisateur et candidat seront en mesure de détourner les processus. En outre, depuis quelques années, les processus électoraux en régime instable sont mieux maîtrisés sans doute parce que la maîtrise des processus électoraux est considérée comme une partie de la solution de maintien de la paix. Reste à savoir si le trop grand nombre de processus électoraux complexes ne peut pas ‘saturer’ des experts et diplomates internationaux accompagnant des processus et dans quelle mesure une éventuelle ‘saturation’ ne provoquerait pas des délais.

En raison d’un retour à la normal possible au Kenya et des processus électoraux des pays en transition potentielle vers la démocratie, le bilan au niveau démocratisation de l’Afrique, dans les changements de régimes, pourrait en 2022 être positif grâce au Kenya, au Tchad, au Mali, et peut-être à la Tunisie, sachant que la Somalie, la Libye (et le Soudan) même en cas de processus électoraux corrects ne sortiraient pas facilement d’une instabilité politico-militaire. La Guinée Bissau doit aussi sortir d’une sorte d’instabilité constitutionnelle au-delà des élections. Le tableau d’ensemble reste très hypothétique.

La possibilité hors dictature d’améliorer les processus électoraux, par du soutien technique en amont et des missions d’observation, pourra être encore visible éventuellement au Kenya, en Libye, au Tchad, au Somaliland, peut-être au Mali et au Soudan.

Dans ce contexte de complexité maximale des processus électoraux en 2022, les locales vont continuer de passer inaperçues bien qu’elles permettent d’enraciner la démocratie. Elles sont de plus en plus reportées.

En 2022, rien n’indique encore que la question des limitations du nombre de mandat reviendra dans l’actualité après plusieurs années très chargées en conflits et une accalmie en 2021.

PaysPrésidentiellesLégislativesTotaux
Type régimeCorDoutMasc. En TCIIMascMasc. ≥ 10ansCor.DoutMasc. enTCIIMascMasc. ≥ 10ansCor.DoutMascTotal
Dictatures S.   1     3  44
TCII42   62   104 14
Démocraties2    4    6  6
Totaux62010100003164424

Evolution des totaux depuis 1990 de 2016 à 2022 avec prévision pour 2022

TotalMascaradeDouteusesCorrectes
1990-201549826218218
2016248214
1990-201652227020232
2017176110
1990-201753927621242
2018181206
1990-201855728821248
2019246216
1990-201958129423264
2020211209
1990-202060230623273
20212110110
1990-202162331624283
2022244416
1990-202264732028299

3.3  En 2022, que deviendra l’avance de l’Afrique anglophone au niveau démocratie dans les élections ?

Ex-coloniesProcessus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.LégTot.
Françaises246 11257
Belges         
Britanniques2+1*35+1*1123+1*47+1*
Portugaises 221*11+1*1*33+1*
Italiennes1+1*23+1*  1+1*1+1*23+1*
Espagnole    11 11
Sans         
Total5+2*1116+2*1+1*45+1*6+3*1521+3*

Sur 24 élections potentielles, 7 auront lieu dans les ex-colonies françaises et en Afrique francophone, contre 8 dans les ex-colonies britanniques. Parmi les 18 processus électoraux dans un cadre démocratique, 6 auront lieu dans les ex-colonies françaises et 6 dans les ex-colonies britanniques. Sur les 6 processus électoraux dans un cadre non démocratique, 1 aura lieu dans les ex-colonies françaises et 2 dans les ex-colonies britanniques. Les prévisions sont équilibrées. L’avance structurelle des anciennes colonies britanniques ne devrait pas s’accentuer en 2022 contrairement à la plupart des années, ni au niveau de nature des régimes politiques ni au niveau de la qualité des processus électoraux.

Côté ex-colonies britanniques, les élections non démocratiques se feront peut-être au Soudan. Côté ex-colonies françaises, elles se remarqueront au Congo Brazzaville seulement, ce qui passera peut-être inaperçu au plan international.

Conclusion

Pandémie en Europe et coups d’Etat militaires en Afrique, après 4 années de recul de la démocratie en Afrique entre 2016 et 2019, personne n’aurait sans doute parié que derrière un tableau très inquiétant pouvait se cacher une légère reprise de la démocratisation de l’Afrique en 2021, et, c’est pourtant ce qui est arrivé. Les coups d’état militaires depuis 1990, avec un peu de recul historique, il est facile de comprendre pour chacun d’entre eux, s’ils ont favorisé une démocratisation ou au contraire éloigné les perspectives démocratiques. Les régimes dictatoriaux sont haïs de la population, mais ils ne reposent pas tous sur un parti politique structuré durablement ; des chefs d’Etat au pouvoir depuis, 3, 4, 5, 6 mandats vieillissent physiquement et mentalement, finissent par être éloignés d’une évolution culturelle et politique ; Si les alternances sont impossibles, la tension monte. Un coup d’Etat une fois réalisé, dans un contexte de guerre djihadiste s’aggravant, le risque est important que le rétablissement d’un pouvoir légitimé par les urnes soit longtemps repoussé et que l’instabilité de gouvernement augmente encore dans une certaine confusion.

A l’échelle continentale, le nombre de pays devenu instables car touchés par des coups d’Etat augmentant, les difficultés s’accroissent mais les possibilités de rétablir la paix au travers d’un régime basé sur une démocratie réelle augmente aussi. La démocratie arrive parfois aussi par nécessité en tant que moyen de construire des états stables. Le coup d’Etat tchadien d’avril 2021 a été peu critiqué, soutenu depuis Paris et bien accepté par d’autres chefs d’Etat, et il est resté beaucoup de doutes, comme si une transmission de pouvoir monarchique pouvait ensuite en découler, comme au Togo en 2005. Quelques mois après, à cause de ce qui se passe au Soudan, en Guinée, au Mali, au Burkina Faso, et en raison d’une contestation grandissante de la politique française, il serait difficile d’envisager autre chose pour le Tchad qu’une véritable transition vers la démocratie, aboutissant sans trop de délai à des processus électoraux incontestables.

En tenant compte des données militaires au Sahel, est-ce que la salve des coups d’Etat, ne peut pas aussi être comprise comme un signal pour les acteurs internationaux et africains sur le pourrissement qui s’installe faute de soutien suffisant à la démocratie ? Les positions internationales sont fragilisées par des années de manque d’engagement, entre autres la position européenne trop réservée et centrée sur l’outil des missions d’observation électorale et surtout la position française. Par exemple, que dire de la position de l’Elysée sur la présidentielle togolaise de 2020, quand Emmanuel Macron a félicité Faure Gnassingbé par « courtoisie » pour une inversion de résultat à l’annonce des résultats par suppression du second tour ? Dans la continuité de la politique française en Afrique, à ce stade et à la vue de l’évolution ultérieure de l’Afrique de l’Ouest, n’était-ce pas surtout une prise de risque inutile ? Maintenant, quand un nouveau coup d’Etat survient, certains reparlent de l’alliance entres les présidents ivoirien, togolais et guinéen sur les troisièmes mandats pour souligner les incohérences des acteurs. Depuis janvier 2022, dans un climat de tension avec la Russie à l’Est et au Sud de l’Europe, les décideurs français et européens, Jean-Yves Le Drian en particulier, semblent maintenant contraints de s’adapter et de réagir à des éléments nouveaux, comme s’ils n’avaient pas anticipé les problèmes et commencé à adapter leur discours et décisions suffisamment tôt. A moins qu’ils ne cachent des atouts dans leur jeu ? Au-delà des grands discours récurrents, que va changer bientôt l’application du nouvel accord ACP-UE au niveau soutien de la démocratie en Afrique ?

L’année 2022 devrait être marquée par les incertitudes de calendrier en raison des diverses transitions et une complexité et des conflits dans l’organisation dans les régimes instables et en transition. Cependant, Après déjà une légère inversion de la tendance en 2021, une année 2022 tournée comme jamais vers des élections dans des cadres démocratiques, devrait commencer à faire oublier le recul net de la démocratie entre 2016 et 2019. Il restera alors de cette période une avance maintenant très nette prise par l’Afrique anglophone sur l’Afrique francophone et le reste de l’Afrique. Y-a-t-il un tabou sur les statistiques construites à partir des origines de la colonisation comme s’il n’y avait plus aucune trace d’un lien entre influence de l’ancienne puissance colonisatrice et des pays indépendants depuis plus de soixante ans ? Le lien est historique, il s’est surtout établi ou rétabli de manière indirecte entre 1990 et 1994 au moment du retour au multipartisme mais aussi vers 1996 et 1997 au moment d’un recul de la démocratie au Niger, au Mali, au Bénin et au Congo Brazzaville. Longtemps après cet apparent accident statistique des années 1996 et 1997, jusqu’à quand l’Afrique francophone peut-elle se permettre d’accumuler du retard ? En attendant une nouvelle politique à Paris, une persistance de l’hypocrisie sur le maintien sans démocratie de chefs d’Etats continuerait de fragiliser la position française en Afrique.

Régis Marzin,

Paris, 3 février 2022

ANNEXES

A.    Historique 2021 : année électorale réelle : données plus détaillées

Résumé 2021 : présidentielles et législatives

21 élections dont une par un parlement :

Liste des 9 législatives, 11 présidentielles, 1 élections de chef de l’exécutif par parlement de 2021

3 élections à cheval sur 2020-2021 comptées en 2021 :

27 décembre 2020 et 14 février 2021 : présidentielle Centrafrique (tous les 5 ans : décembre)

27 décembre 2020 et 20 février : présidentielle Niger (tous 5 ans : février)

27 décembre 2020 et 14 mars et 23 mai 2021 : législatives Centrafrique (tous 5 ans : 12.20 ou 2.21)

+

14 janvier 2021 : présidentielle Ouganda (tous les 5 ans : février)

14 janvier 2021 : législatives Ouganda (tous les 5 ans : février)

6 mars 2021 : législatives Côte Ivoire (tous les 5 ans : décembre)

21 mars 2021 (T1/2) : présidentielle Congo Brazzaville (tous les 5 ans : mars, limite 3×5 atteinte en 2026)

18 avril 2021 : législatives Cap-Vert (tous les 5 ans : mars)

9 et 23 avril 2021 : présidentielle Djibouti (tous les 5 ans : avril)

10-11 avril 2021 : présidentielle Tchad (tous les 5 ans : avril)

11 avril 2021 : présidentielle Bénin (tous les 5 ans : mars)

31 mai 2021 : législatives Somaliland (report depuis 2010 et de décembre 2020)

12 juin 2021 : législatives Algérie (tous 5 ans : mai 2022, anticipées)

21 juin 2021 : législatives Ethiopie + élection 1er ministre (Conseil représentants des peuples)

18 juillet et 29 août 2021 : présidentielle Sao Tomé-et-Principe (tous les 5 ans : juillet-août)

12 août 2021 : législatives Zambie (tous les 5 ans : août)

12 août 2021 : présidentielle Zambie (tous les 5 ans : août)

8 septembre 2021 : législatives Maroc (Chambre des représentants) (tous les 5 ans, octobre) (DS en 2018)

17 octobre 2021 : présidentielle Cap-Vert (tous les 5 ans : octobre)

4 décembre 2021 : présidentielle Gambie (tous 5 ans : décembre)

Source : Historique électoral 2021 au 22.1.22 :

14 janvier 2021 : présidentielle Ouganda (tous 5 ans : février, wk, détournement global avec accusation inversion en aval avec suppression 2nd tour, très forte répression : 54 morts 18.11.20, Yoweri Museveni (MNR) 58,38%, Robert Ssentamu – Bobi Wine (NUP) 35,08%, wk, Macron5.21-2’45+p14/27)

14 janvier 2021 : législatives Ouganda (tous 7 ans : février 2023 ?, au lieu de tous les 5 ans après modification constitution le 21.12.17, src, détournement global et en amont, Mouvement de résistance nationale (NRM) 41,60% 336/529, Plateforme de l’unité nationale (NUP) 13,48%,  57, Forum pour le changement démocratique (FDC) 7,30% 32, Parti démocrate (PD) 2,44%, 9, Congrès du peuple ougandais (UPC) 1,80%, 9, wk,)

14 janvier 2021 : locales Ouganda (avec présidentielle et législatives,tous les 5 ans : février ?, 5 niveaux, src)

27 décembre 2020 et 20 février 2021 : présidentielle Niger (tous 5 ans : février 2021, src, Mohamed Bazoum élu – PNDS, 1er tour 39,30 % , 2e tour 55,67 %, Mahamane Ousmane – RDR, 1er tour 16,98 %, 2e tour 44,33 %, Seyni Oumarou – MNSD, 8,95 %, Albadé Abouba – MPR, 7,07 %, Ibrahim Yacouba – MPN, 5,38 %, wk, contestation sur processus qui reste globalement correct, rapport Opele-TournonslaPage9.2)

27 décembre 2020 et 14 février 2021 : présidentielle Centrafrique (tous 5 ans : déc. 2020, Minusca181119, Faustin-Archange Touadéra – MCU réélu, 53,92 %, Anicet-Georges Dologuélé – URCA, 21,01 %, Martin Ziguélé – MLPC, 7,46 %, wk)

20 février et 5 mars 2021 : locales Rwanda (conseil des 36000 villages + chefs secteurs et districts : tous 5 ans : février-mars, wk)

6 mars 2021 : législatives Côte d’Ivoire (tous 5 ans : décembre 21, src-d, src10-3, « découpage électoral partisan » + importance de l’élection à 1 tour : le 1er parti est très avantagé, srcPG, RHDP – Alassane Ouattara, 1 313 886 = 49,18 %, 137 (−30), Coalition PDCI-RDA-EDS(FPI « GOR ») – Henri Konan Bédié, Georges Armand Ouégnin, 720 771 = 26,98 %, 81, wk, implantations partis : LAMencartes, + 1er ministre Hamed Bakayoko meurt 10.3, remplacé 26.3 Patrick Achi)

17 mars 2021, Tanzanie : décès de John Magufuli de la Covid-19 dont il niait l’existence, intérim de la vice-présidente Samia Suluhu Hassan, jusqu’en 2025

21 mars 2021 : présidentielle Congo Brazzaville (1er tour) (tous 5 ans : mars, pour 3e mandat sur 3 ?, limite 3×5 en 2015, mascarade 4*, Denis Sassou – PCT 88,40%, Guy Brice Parfait Kolélas  UDH-YUKI 7,96%, Mathias Dzon UPRN 1,92%, Guy Brice Parfait Kolélas meurt de la Covid-19 le jour du vote dans avion vers Paris, wk)

18 avril 2021 : législatives Cap-Vert (tous les 5 ans : mars, Mouvement pour la démocratie (1er ministre Ulisses Correia e Silva, 50,02% 38/72, PAICV (Janira Hopffer Almada) 39,55% 30, UCI 9,01% 4, wk)

9 et 23 avril 2021 : présidentielle Djibouti (tous les 5 ans : avril, dernier mandat pour IOG car 75 ans en 2022, cf art.23, src, src2, détournement en amont et boycott, participation officielle a priori inventée 82,24 %, Ismaïl Omar Guelleh – UMP, 97,44 %, Zakaria Ismael Farah – MDEND, 2,56 % wk)

10-11 avril 2021 (1er tour, pas de date 2nd) : présidentielle Tchad (tous 5 ans : avril, src), détournement en amont et boycott, violences contre candidats : assassinat de 5 proches de Yaya Dillo Djérou dont sa mère, Idriss Déby – MPS, 79,32 %, Albert Pahimi Padacké – RND, 10,32 %, wk)

11 avril 2021 : présidentielle Bénin (tous 5 ans : mars, src1, scrc2, détournement en amont et boycott, Patrice Talon – Indépendant 86,30 %, Alassane Soumanou – FCBE, 11,36 %, wk)

19 et 20 avril 2021, Tchad : mort par balle d’Idriss Déby pendant offensive de la rébellion FACT suivi de coup d’Etat militaire dirigé par son fils Idriss Déby Itno (coup d’Etat aussitôt soutenu à Paris par Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, src)

27 décembre 2020, 14 mars 2021 et 23 mai : législatives Centrafrique (tous 5 ans : déc. 2020 ou février 2021 ?, wk, 2eT, 90 élus sur 140 au 3.5, restent 7 sièges non pouvus après 23.5, résultat : Mouvement Cœurs Unis (MCU) (Faustin-Archange Touadéra) : 40 sur 133 avec ‘majorité’ relative’, wk)

24 mai 2021 : Mali : coup d’Etat militaire contre le président Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane, principaux civils de la transition par miliaires menés par le colonel Assimi Goïta qui s’autoproclame ‘président de transition’, wk.

31 mai 2021 : législatives Somaliland (avec biométrie par reconnaissance de l’iris, report de 2010, puis 2013 pour être en même temps que présidentielle, puis du 26 juin 2015, puis de décembre 2016, src, src2, src3, report du 27.3.17 en janvier 17 à cause de la sécheresse, source, report2019, puis de 28 avril 2019, src1, src2, biométrie : srcb1, srcb2, src27.3.17, srcb3, report de décembre 2020 wk, observation : équipe internationale financée par UK gérée par Université de Londres, résultat : alternance et cohabitation : Waddani (Abdirahman Mohamed Abdullahi) 31/82 avec 37,23 % voix+ UCID 21 avec 25,85 % = 52 allié après scrutin contre Kulmiye (Muse Bihi Abdi) 30 avec 36,92 %, ICG : pas vers démocratie)

31 mai 2021 (avec législatives) : municipales/locales Somaliland (report du 28 avril 2019 : src1, src2, servent de primaires en multipartisme intégral pour savoir quels sont les 3 partis autorisés aux législatives, src, wk)

12 juin 2021 : législatives Algérie (tous 5 ans : mai 2022 = anticipée en 2021, amont + boycott partiel, Front de libération nationale (FLN) 105(98)/ 407 -56(63), Mouvement de la société pour la paix (MSP) 64(65) +30(31), Rassemblement national démocratique (RND) 57(58) -43(42), Front El Moustakbal (FM) 48 +34, Mouvement El-Bina (MEB) 39 -0, participation 23,03 %, wk, src)

21 juin 2021 : législatives Ethiopie + élection du premier ministre par assemblée (Conseil des représentants des peuples + régionales) (110 circonscriptions sur 547 retardées au 6.9.21, tous 5 ans : mai ?, src, report du 29 août 2020, src, 5.6.21 src2, report du 5.6.21, src, src21.6.21, amont, TCII>DS, contexte = guerre au Tigré, Parti de la prospérité 410 / 421 / 547, Mouvement national Amhara 5, Citoyens éthiopiens pour la justice sociale 4, Parti démocratique du peuple Gede’o 2, Sièges reservés 22, Sièges non pourvus en juin 63, src, wk1, wk2)

21 juin 2021 : régionales Ethiopie (tous 5 ans avec législatives, report de mai 2020, src2, report du 5.6.021, src, src21.6.21, wk)

21 juin 2021 : locales/zones-districts-municipales Ethiopie (tous 5 ans, avril 2020 ?, report 2018 à 2019, src, src2, report du 5.6.021, src, src21.6.21, wk)

12 août 2021 : présidentielle Zambie (alternance, Hakainde Hichilema (UPND) 2 852 348 = 59,02%, Edgar Lungu (PF) 1 870 780 = 38,71%, participation 70,61%, wk, MOE-UE, avis UE SEAE 16.8)

12 août 2021 : législatives Zambie (alternance, Parti unifié pour le développement national (UPND) 82 / 167 +24, Front patriotique (PF) 59 -21, Parti de l’unité nationale et du progrès (PNUP) 1 +1, Indépendants 13 -1, wk, MOE-UE)

12 août 2021 : locales Zambie (avec présidentielle et législatives, tous 5 ans : août, wk)

18 juillet et 5 septembre 2021 : présidentielle Sao Tomé-et-Principe (2e tour repoussé du 8 au 29.8 par Cour constitutionnelle, puis au 5.9, src, src2, src3, élu Carlos Vila Nova – ADI,  1er tour  32 022  = 39,47 %, 2e tour  45 481 = 57,54 % ; Guilherme Posser da Costa – MLSTP-PSD, 1er tour 16 829 = 20,75 %, 2e tour 33 557 = 42,46 %; Delfim das Neves – PCD-GR, 1er tour 13 691 = 16,88 %, suite cohabitation jusqu’en 2022, avisUe/SEAE, wk)

5 septembre 2021 : coup d’état militaire en Guinée C contre Alpha Condé mené par le Groupement des forces spéciales dirigé par le colonel Mamady Doumbouya, mise en place du Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD), Alpha Condé prisonnier (Amnesty), satisfaction de la population à Conakry + aavis UFDG Diallo, libération des prisonniers politiques, condamnation Onu/Gutteres, CEDEAO, UA, France, USA, UE, OIF, début de transition de retour à démocratie, wk)

8 septembre 2021 : législatives Maroc (Chambre des représentants) (tous 5 ans, octobre, 9.21, alternance / PJD qui perd 90% sièges, Rassemblement national des indépendants (Aziz Akhannouch), 102 / 395 +65, Parti authenticité et modernité (Abdellatif Ouahbi) 87 -15, Parti de l’Istiqlal (Nizar Baraka) 81 -35, Union socialiste des forces populaires (Driss Lachgar) 34 +14, … PJD 13 -112 défaite : passe de 1ere à 8e place !, participation 50,35 %, Aziz Akhannouch chef de gouvernement colalition RNIPAMPI le 7.10, wk)

8 septembre 2021 : communales et régionales Maroc (tous 6 ans, septembre, 9.21)

17 octobre 2021 : présidentielle Cap-Vert (tous les 5 ans : octobre, alternance + cohabitation : 1er tour sur 2 : José Maria Neves (PAICV), 95 221 = 51,68 %, Carlos Veiga (MpD) 78 142, 42,41 %,  wk)

25 octobre 2021 : Soudan : sorte de coup d’état de la branche militaire contre les membres civils du Conseil de souveraineté du Soudan et reprise d’une instabilitité avec manifestation et violences des forces des militaires, wk, Premier ministre Abdallah Hamdok placé en résidence surveillée et destitué, revient en place le 21 novembre, puis démissionne le 2.1.22.

1er novembre 2021 : municipales Afrique du Sud (tous les 5 ans : août, wk)

27 novembre 2021 : locales : communales+départementales Algérie (Assemblées populaires communales (APC) et Assemblées populaires de wilaya (APW), tous les 5 ans : avancées de 11.2022, boycott partiel RCD mais pas FFS, src1, src2, petite victoire du FLN, src)

4 décembre 2021 : présidentielle Gambie (tous 5 ans : décembre, avant fin 2019 selon accord de 2016 avant la présidentielle entre Adama Barrow et opposition à Yahya Jammeh alors fragilisée par répression et les emprisonnements en particulier de Ousseynou Darboe, le leader du Parti démocratique unifié (PDU), src1, src2, reporté à 2020 selon site CEI en 2019, Adama Barrow – NPP 457 519 = 53,23 %, Ousainou Darboe – UDP 238 253 = 27,72 %, Mammah Kandeh – GDC 105 902 = 12,32 %, MOE-UE, obs, contestation, wk)

B.    Prévisions 2022 : année électorale et données plus détaillées

Résumé 2022 : présidentielles et législatives

Au maximum 24 élections (18 à 24) :

  • 9 présidentielles dont 3 par parlement (Présidents Somalie, Angola et Premier ministre Lesotho)
  • 15 législatives
  • 18 processus électoraux dans un cadre démocratique : 7 présidentielles (dont 2 par parlement) et 10 législatives
  • 6 processus électoraux dans un cadre non démocratique (en gras ci-dessous +) : 2 présidentielles (dont 1 par parlement) et 4 législatives
 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
20225+2*1116+2*1+1*45+1*6+3*1521+3*
  • er ministre) par le parlement

Liste des 15 législatives, 6 présidentielles et 3 élections de chef de l’exécutif par le parlement :

22 avril 2022 : législatives Gambie (tous les 5 ans : avril ?)

juillet 2022 ? : législatives Sénégal (tous les 5 ans : juillet ?)

juillet 2022 ? : législatives Congo Brazzaville (tous les 5 ans : juillet ?)

9 août 2022 : présidentielle Kenya (tous les 5 ans : août ?)

9 août 2022 : législatives Kenya (tous les 5 ans : août ?)

août 2022 ? : législatives Angola et élection président par parlement (tous les 5 ans : août ?)

septembre 2022 : législatives Lesotho avec désignation 1er ministre (tous les 5 ans : juin 2022 ?)

octobre 2022 : législatives Sao Tomé-et-Principe(tous 4 ans : octobre ?)

2022 : législatives Guinée Equatoriale (tous les 5 ans : novembre ?)

2022 : législatives Guinée Bissau (tous les 4 ans : novembre ?)

2022 : présidentielle Somaliland (tous les 5 ans : novembre ?)

17 décembre 2022 : législatives Tunisie (avancée de 2024, doute dans prévision qualité)

Incertaines :

2022 ? : présidentielle Mali (février-mars : fin de 18 mois de pseudo-transition après coup d’Etat, 15.4.21)

2022 ? : législatives Mali (février-mars : fin de 18 mois de pseudo-transition après coup d’Etat, 15.4.21)

2022 ? : législatives Tchad (après nombreux reports depuis 2015, dont mai 2019, 12.20, 23-24.10.21)

2022 ? : présidentielle Tchad (après coup d’Etat du 20.4.21)

2022 ? : présidentielle Soudan (report d’avril 2020 lors accord transition 17.8.19) (DS>TCII en 2019)

2022 ? : législatives Soudan (report d’avril 2020 lors accord transition 17.8.19) (DS>TCII en 2019)

Reportées en 2023 :

2023 : présidentielle Sud Soudan (mai ? = accord 13.9.18+3 ans et 8 mois)

2023 : législatives Sud Soudan (mai ? = accord 13.9.18+3 ans et 8 mois)

2023 ? :

? 2023 : présidentielle Guinée

? 2023 : législatives Guinée

 PrésidentiellesLégislativesTotal
Processus électoraux démocratiques (**)5+2*1116+2*
Processus électoraux en régime non démocratique1+1*45+1*
Total6+3*1521+3*

Calendrier élections en Afrique 1er janvier 2018 au 31 décembre 2022 – 2.2.22 (sans correctif Ethiopie)

Prévision des processus électoraux entre 2017 et 2022 selon la présence ou l’absence de démocratie[14]

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
20173+2*69+2*1+1*45+1*4+3*1014+3*
20183+1*25+1*48127+1*1017+1*
20196+3*915+3*42610+3*1121+3*
20204+1*59+1*56119+1*1120+1*
202164105+1*510+1*11+1*920+1*
20225+2*1116+2*1+1*45+1*6+3*1421+3*
Total27+10*3764+9*20+3*2949+3*47+12*65113+12*
  • er ministre) par le parlement

Evolution de la nature du régime perceptible en 2021 et changement de catégorie des élections :

NB : L Tchad passe en non gras

TCII>Dict.SEthiopieIdem (suite en 2026)
Dict.S>TCIITchadP+L 2022 correctes ? (non-gras) OK
Démo> TCIIGuinéeP+L 2023 correctes ? 
Démo> TCIITunisieL 2022 correcte ? (très incertain)
TCII>DémoSomalilandIdem (P correcte 2022)
TCII>DémoZambieIdem (suite en 2026)
DatePaysType RégimeScrutin P ou LPrévision du type de processus électoral[15] (selon type de régime organisateur)Réel / Prévision
?LibyeTCIIL+PReport ? ou sinon correct ou douteux (ou détourné amont)Peu prévisible
25 févrierSomalieTCIIL+PparlCorrects (ou douteux) 
22 avrilGambieDémocratieLCorrect 
JuilletSénégalDémocratieLCorrect 
JuilletCongo BDictature.SLDétourné en amont (+boycott?) 
9 aoûtKenyaTCII> Dé ?P+LCorrect 
Août ?AngolaDictature.SL+PparlDétourné en amont (suite guerre) 
SeptembreLesothoDémocratieL+PparlCorrect 
OctobreSao T & PDémocratieLCorrect 
Novembre ?Guinée Eq.Dictature.SLDétourné en amont (+boycott?) 
Novembre ?Guinée BissauTCIILCorrect 
Novembre ?SomalilandDémocratiePCorrect 
17 décembreTunisieTCIILCorrect (ou douteux, détourné ?)Peu prévisible
Datesincertaines :    
?MaliTCIIP+LCorrect ? 
?TchadTCIIP+LCorrect ? (sans certitude) 
?SoudanTCIIP+LReport ? ou sinon correct ou douteux (ou détourné amont)Peu prévisible
PaysPrésidentielles
Type régimeCorrectesDouteusesMascarade En TCIIMascaradeMascarade ≥ 10 ans
Dictatures S.   Angola (Pparl) 
TCII? Somalie ? Kenya (TCII>Démo) Mali ? Tchad ??? Libye ? ? Soudan ?   
DémocratiesLesotho (Pparl) Somaliland    
Totaux62010

Total : 9 dont 3 par parlement* et 1 avec processus électoral détourné en amont

PaysLégislatives
Type régimeCorrectesDouteusesMascarade En TCIIMascaradeMascarade ≥ 10ans
Dictatures S.    Congo B Angola Guinée Eq.
TCII? Somalie ? Kenya (TCII>Démo) Guinée Bissau ? Tunisie ? Mali ? Tchad ??? Libye ? ? Soudan ?   
DémocratiesGambie Sénégal Lesotho Sao T & P    
Totaux102003

Total : 15 législatives dont entre 3 processus électoraux détournés en amont.

Prévision du bilan de la qualité des processus électoraux en 2021

PrésidentiellesLégislativesTotal
Correctes6 dont 4 en TCII10 dont 6 en TCII16 dont 10 en TCII
Douteuses2 dont 2 en TCII2 dont 2 en TCII4 dont 4 en TCII
Mascarades en TCII000
Mascarades101
Mascarades ≥ 10 ans033
PaysPrésidentiellesLégislativesTotaux
Type régimeCorDoutMasc. En TCIIMascMasc. ≥ 10ansCor.DoutMasc. enTCIIMascMasc. ≥ 10ansCor.DoutMascTotal
Dictatures S.   1     3  44
TCII42   62   104 14
Démocraties2    4    6  6
Totaux62010100003164424

Evolution des totaux depuis 1990 de 2016 à 2022 avec prévision pour 2022

TotalMascaradeDouteusesCorrectes
1990-201549826218218
2016248214
1990-201652227020232
2017176110
1990-201753927621242
2018181206
1990-201855728821248
2019246216
1990-201958129423264
2020211209
1990-202060230623273
20212110110
1990-202162331624283
2022244416
1990-202264732028299

Agenda électoral détaillé 2022 au 2.2.22

qui sera mis à jour régulièrement sur :

23 janvier 2022: locales/régionales, municipales et rurales Sénégal (tous les 5 ans, juin 2019, report à 2020, src1, src2, src3), report de 2021 : avant 28 mars 2021, src)

24 janvier 2022 : coup d’Etat au Burkina Faso contre Roch Marc Christian Kaboré mené par Paul Henri Sandaogo Damiba, src1, src2, src3, src4.

2022 ? : législatives Libye (report avant 23.10.11+22 mois = juin 2013, report 2015, src, .AccordParis290518, 24.12.21 selon accord à élection 1er ministre Abdel Hamid Dbeibah 5.2.21, report au 23.1.22 30 jours après présidentielle, src, wk)

2022 ? : présidentielle Libye (report avant 23.10.11+22 mois = juin 2013, report 2015, src, AccordParis290518, report 10.12.18, 24.12.21 selon accord à élection 1er ministre Abdel Hamid Dbeibah 5.2.21), report de 24.12.21, wk)

25 février 2022 : fin législatives + élection président par parlement Somalie (tous les 4 ans : février ?, abandon suffrage universel, suffrage par groupe de 101 personnes de 28000 délégués, src, report ‘1er janvier au 8 février’, report de 2 ans par Mohamed Abdullahi Mohamed annulé 1.5.21 en raison tension et pressions internationales, 10 octobre 2021 ajourné sans date …, wk)

22 avril 2022 : législatives Gambie (tous les 5 ans : avril ?, wk)

Juillet 2022 ? : législatives Sénégal (tous les 5 ans : juillet ?)

Juillet 2022 ? : législatives Congo Brazzaville (tous les 5 ans : juillet, src)

Juillet 2022 ? : locales Congo Brazzaville (tous les 5 ans : juillet, src)

25 juillet 2022, référendum constitutionnel Tunise (précédé d’une « consultation nationale populaire à travers une plate-forme électronique » au 1er trimestre, src25, src1)

9 août 2022 : présidentielle Kenya (tous les 5 ans : août, wk)

9 août 2022 : législatives + représentantes des femmes au parlement Kenya (tous les 5 ans : août ? , wk)

9 août 2022 : sénat + gouverneurs Kenya (tous les 5 ans : août ?)

9 août 2022 : locales Kenya (tous les 5 ans : août ?, avec législatives et présidentielle)

Août 2022 ? : législatives Angola + présidentielle au suffrage indirect (tous les 5 ans : août ?, wk)

11 septembre 2022, locales Centrafrique (dernières élections locales en 1988, src, date16.9.21)

Septembre 2022 ? : législatives Lésotho avec désignation 1er ministre (tous 5 ans : juin 2022, date, wk)

Septembre 2022 ? : locales Lésotho (tous les 5 ans : septembre 2022)

Octobre 2022 : législatives Sao Tomé-et-Principe (tous 4 ans : octobre ?)

Octobre 2022 : locales/municipales et régionales Sao Tomé-et-Principe (avec législatives, tous les 4 ans : octobre ?)

Novembre 2022 ? : présidentielle Somaliland (tous les 5 ans : novembre ?, wk)

17 décembre 2022 : législatives Tunisie (avancées de 2024 après dissolution de l’assemblée élue en 2019 par Kaïs Saied en juillet 2021, src1, src2, src25)

2022 : Elections incertaines

2022 ? : présidentielle Tchad (après assassinant d’Idriss Déby et coup d’Etat militaire du 20.4.21)

2022 ? : législatives Tchad (tous 4 ans : report de février 2015 à 2016, reporté en janvier 2016 à après la présidentielle, report sans aucun débat par Déby de 2017 à 2019 le 3.2.17, src, src2, src3, src1-2019, src2-2019, 2018-180101, src-nov18, report 11.18, Macron23.12.18, Ceni3.10.19, Ceni9.8.20, report 9.8.20, CENI14.2.20, report 9.8.20, CENI14.2.20, report 13.12.20 à 24.10.21, src2, 23-24 octobre 2021 = annulées par coup d’Etat 20.4.21, wk)

2022, 2023, … : locales Tchad, (report de 2015, reporté en janvier 2016 à après la présidentielle, src, reporté en même temps que législatives le 3.2.17, src, Macron23.12.18, Ceni3.10.19, report 13.12.20 à 24.10.21, report du 24.10.21, 2-3 avril 2022 annulées ou reportées par coup d’Etat 20.4.21)

27 février et 20 mars 2022 (2 tours) : présidentielle Mali (fin de 18 mois de transition après coup d’Etat, 15.4.21, date, wk)

27 février et 20 mars 2022 (2 tours) : législatives Mali (fin de 18 mois de transition après coup d’Etat, 15.4.21, date, wk)

2022, 2023 ? : locales / conseillers de cercles et communales partielles Mali (report29.10.17, source, source, report 26.12.17, source, report d’avril 2018, report de 2021 par coup Etat)

2022, 2023 ? : régionales Mali (report régionales du 26.4.14 puis d’octobre 2014, puis du 26 ou 28 avril 2015 pour cause insécurité et impossibilité de réviser liste au Nord, puis du 25 octobre 2015, puis du 25.9.16, puis du 26.11.17 source 1, source 2, source3, source25oct15, sourcereportoct15, source report9.16, source20.11, source26.11.17, source26.12.17, report 26.12.17, source, report d’avril 2018, report de 2021 par coup Etat)

2022, 2023 ? : locales/municipales Mali (tous les 5 ans, novembre ?, report de 2021 par coup Etat)

2022 ? : présidentielle Soudan (tous 5 ans : avril 2020, accord de transition signé le 17.8.19 prévoient élections en 2022, src, wk)

2022 ? : législatives Soudan (tous 5 ans : avril 2020, accord de transition signé le 17.8.19 prévoient élections en 2022, src, wk)

2022 ? : locales Soudan (tous 5 ans : avril 2020, report en 2022 avec élections générales ?)

2022 ? : locales/communales et régionales Djibouti (tous les 5 ans : février ?)

2022 ? : locales Sierra Leone (Local Council Elections, tous les 4 ans : mars ?)

2022 ? reporté de juin 2021 ? : locales/municipales Ile Maurice (5 villes, tous les 5 ans : juin 2020, reportée à juin 2021, reporté ?)

C.    Rappel : calendrier prévisionnel 2021 des élections de l’étude du 29.5.21

Résumé 2021 : présidentielles et législatives

25 élections (23 probables sans Libye) :

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
20217+2*714+2*54912+2*1123+2*
20217+1*613+1*5+1*510+1*12+2*1123+2*

Liste des 11 législatives, 12 présidentielles et 2 élections de chef de l’exécutif par le parlement :

Trois élections à cheval sur 2020-2021 comptées en 2021 :

27 décembre 2020 et 14 février 2021 : présidentielle Centrafrique (tous les 5 ans : décembre ?)

27 décembre 2020 et 20 février : présidentielle Niger (tous 5 ans : février 2021)

27 décembre 2020 et 14 mars et 23 mai 2021 : législatives Centrafrique (tous 5 ans : 12.20 ou 2.21 ?)

14 janvier 2021 : présidentielle Ouganda (tous les 5 ans : février)

14 janvier 2021 : législatives Ouganda (tous les 5 ans : février)

6 mars 2021 : législatives Côte Ivoire (tous les 5 ans : décembre)

21 mars 2021 (T1/2) : présidentielle Congo Brazzaville (tous les 5 ans : mars, limite 3×5 atteinte en 2026)

18 avril 2021 : législatives Cap-Vert (tous les 5 ans : mars)

9 et 23 avril 2021 : présidentielle Djibouti (tous les 5 ans : avril)

10-11 avril 2021 : présidentielle Tchad (tous les 5 ans : avril)

11 avril 2021 : présidentielle Bénin (tous les 5 ans : mars)

31 mai 2021 : législatives Somaliland (report depuis 2010 et de décembre 2020)

12 juin 2021 : législatives Algérie (tous 5 ans : mai 2022, anticipées)

21 juin 2021 : législatives Ethiopie + élection 1er ministre (Conseil représentants des peuples) (report5.6.21)(non démocratique)

Report de : 1er janvier au 8 février2021 : législatives Somalie + élection président parlement (février pour fin)

18 juillet 2021 : présidentielle Sao Tomé-et-Principe (tous les 5 ans : juillet-août)

12 août 2021 : législatives Zambie (tous les 5 ans : août)

12 août 2021 : présidentielle Zambie (tous les 5 ans : août)

8 septembre 2021 : législatives Maroc (Chambre des représentants) (tous les 5 ans, octobre) (DS en 2018)

17 octobre 2021 : présidentielle Cap-Vert (tous les 5 ans : octobre)

4 décembre 2021 : présidentielle Gambie (tous 5 ans : décembre)

Incertaines en 2021 (comptées dans tableau) :

24 décembre 2021 ? : présidentielle Libye (report 2013, 2015, 2018, 2019, 2020)

24 décembre 2021 ? : législatives Libye (report 2013, 2015, 2018, 2019, 2020)

NB : Annulées par coup d’Etat et reportées en 2022 (?) :

23-24 octobre 2021 : législatives Tchad (après nombreux reports depuis 2015, dont mai 2019 et 12.20)

 PrésidentiellesLégislativesTotal
Processus électoraux démocratiques (**)7+1*613+1*
Processus électoraux en régime non démocratique5+1*49+1*
Total12+2*1022+2*

Calendrier élections en Afrique 1er janvier 2018 au 31 décembre 2022 – 26.5.21 (sans correctif Ethiopie)

Prévision des processus électoraux entre 2017 et 2022 selon la présence ou l’absence de démocratie[16]

 Processus électoraux démocratiques (**)Processus électoraux en régime non démocratiqueTotal
 PrésidentiellesLégislativesTotalPrésidentiellesLégislativesTotalPrés.Lég.Tot.
20173+2*69+2*1+1*45+1*4+3*1014+3*
20183+1*25+1*48127+1*1017+1*
20196+3*915+3*42610+3*1121+3*
20204+1*59+1*56119+1*1120+1*
20217+2*714+2*53812+2*1022+2*
20224+1*711+1*2+1*57+1*6+2*1218+2*
Total27+10*3663+10*21+2*2849+2*48+12*64112+12*
  • .
  • L 2020 passe en gras OK)
TCII>Dict.SAlgérieidem
Dict.S>TCIIMauritanieidem
Démo> TCIIMaliidem
TCII>DémoMalawiidem

[1] En 2019 : positivement, le Soudan, l’Algérie, le Niger, négativement, les Comores, le Bénin, la Zambie et le Malawi, en 2020 : positivement la Mauritanie et le Malawi, négativement l’Algérie et le Mali.

[2] De manière aléatoire sans doute, certaines années, au contraire, des pics de processus électoraux non démocratiques dans les ex-colonies britanniques inverse la tendance : 1990 (+1 dans les ex-colonies britanniques que dans françaises), 1996 (+5), 2000 (+6), 2006 (+1), 2008 (+1), 2010 (+2), 2015 (+4).

[3] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/democratisation-de-lafrique-cartes-de-1989-a-2017-extrait-de-letude-du-27-4-17/#jp-carousel-6201

[4] https://regardexcentrique.wordpress.com/2021/05/29/democraties-dictatures-et-elections-en-afrique-bilan-2020-et-perspectives-2021/

[5] https://regardexcentrique.wordpress.com/2020/03/11/democraties-dictatures-et-elections-en-afrique-bilan-2019-et-perspectives-2020/

[6] https://regardexcentrique.wordpress.com/2019/02/13/democraties-et-dictatures-en-afrique-bilan-2018-et-perspectives-2019/

[7] https://regardexcentrique.wordpress.com/2018/01/14/democraties-et-dictatures-en-afrique-bilan-2017-et-perspectives-2018/

[8] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/democratisation-de-lafrique-cartes-de-1989-a-2017-extrait-de-letude-du-27-4-17/

[9] R.Marzin, 1.2 https://regardexcentrique.wordpress.com/2018/04/12/processus-electoraux-en-afrique-synthese-technique-et-politique-resume/, 6.5.2 30.3.16 : https://regardexcentrique.wordpress.com/2016/03/30/apres-26-ans-de-democratisation-dictature-et-democratie-bientot-a-lequilibre-en-afrique/, Exceptions 3.5 27.4.17 : https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/2016-annee-des-coups-detat-electoraux-en-afrique-et-democratisation-de-lafrique-depuis-1990/#_Toc481083399

[10] Note du 14.1.18 : Quand il y a plusieurs possibilités envisagées, est noté, dans tableau ci-dessous, la plus probable, et, en dictature stable le plus souvent la plus négative, et, en démocratie la plus positive. En TCII, dans cas d’absence prévision, catégorie notée est celle intermédiaire, ‘douteuse’.

[11] Régis Marzin, 21.11.17,  https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#3

[12] https://regardexcentrique.wordpress.com/2017/04/27/2016-annee-des-coups-detat-electoraux-en-afrique-et-democratisation-de-lafrique-depuis-1990/#_Toc481083377

[13] Note du 14.1.18 : Quand il y a plusieurs possibilités envisagées, est noté, dans tableau ci-dessous, la plus probable, et, en dictature stable le plus souvent la plus négative, et, en démocratie la plus positive. En TCII, dans cas d’absence prévision, catégorie notée est celle intermédiaire, ‘douteuse’.

[14] Régis Marzin, 21.11.17,  https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#3

[15] Note du 14.1.18 : Quand il y a plusieurs possibilités envisagées, est noté, dans tableau ci-dessous, la plus probable, et, en dictature stable le plus souvent la plus négative, et, en démocratie la plus positive. En TCII, dans cas d’absence prévision, catégorie notée est celle intermédiaire, ‘douteuse’.

[16] Régis Marzin, 21.11.17,  https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#3

%d blogueurs aiment cette page :